Les Mémoires Akashiques

La visite de votre bibliotèque Akashiques vous permet de meiux vous orientez dans votre chemin...

Boson de Higgs, la particule de Dieu

Cette particule élémentaire constitue l'une des clefs de voûte de la physique des particules.

Méditations Kabbalistiques

Méthode de méditation d'aprés Rav Aboulafia

L'imcomptatiblité de la Glande Pinéale et les Ordinateurs

Des études scientifiques révèlent que les cristaux de silicium polluent notre glande

Qu'est ce que le Saut Quantique

La partie spirituelle du cerveau serait la glande pineale est permettrait ce saut quantique par un changement brusque de l'état de manière pratiquement instantanée.

mardi 29 septembre 2015

432, la fréquence de la nature


432 hz

Par Yannick Van Doorne, ingénieur agricole, passionné des relations entre la musique et la vie
Toute la musique occidentale est actuellement accordée avec le La à 440 Hz. Cela veux dire que tout les instruments de musique, les diapasons, les programmes de création musicale sont accordés à cette fréquence. La musique occidentale n’a pas toujours été accordé à 440 Hz. 
En 1939 les Nazis décident par leur ministre de la propagande Goebbels d’accorder le La de référence à 440 Hz comme standard, bien que la référence la plus utilisé mondialement étaient encore le La à 432 Hz.
En 1955 le La à 440 Hz devient le standard mondial ISO. On peut se demander quelles raisons ont réellement poussés les hommes de pouvoir de cette époque à adopter le La à 440 Hz par opposition au La à 432 Hz. Le La à 432 serait beaucoup plus logique, plus riche d’arguments scientifiques et de correspondances qu’on retrouve dans l’univers et la nature qui nous entoure.
Le chiffre 432 est considéré comme sacré si on tient compte des mensurations de la majorité des temples sur notre planète.
Par exemple le coté de la grande Pyramide d’Egypte serait de 432 unités terrestres au niveau du niveau de l’eau qui inondait les pieds de la pyramides. Une unité terrestre mesure environ 51,49 cm à 52,5 cm et est une ancienne unité de mesure du temps de sa construction.
La grande pyramide du soleil du complexe Toltèque de Teotihuacan au Mexique mesure sur toute la périphérie de sa base 864 UTS (Unités de mesure Téotihuacan Standards), 864 est exactement le double de 432. Selon le mythe, cette mesure leur a été transmise par les dieux des étoiles.
Dans le calendrier Maya on retrouve aussi le chiffre 432, le cycle Katun comprend 7 200 jours où l’on retrouve à nouveau le 72, le tiers de 432.
Dans le calendrier des vedas on a un grand cycle de 432 000 ans.
Dans la bible aussi on retrouve souvent le chiffre 144, qui est aussi un harmonique du Re correspondant quand le La est accordé à 432 Hz.
Voici la fréquence de chaque note avec le La de référence à 440 Hz, suivi de leur fréquence correspondante de chaque note accordé au La de référence à 432 Hz :

Do, C, 261,63Hz, 256 Hz; Ré, D, 293,66 Hz, 288 Hz; Mi, E, 329,63Hz, 324 Hz; Fa, F, 349,23Hz, 342 Hz; Sol, G, 392,00Hz, 384 Hz; La, A, 440,00Hz, 432 Hz; Si, S, 493,88Hz, 484 Hz (selon les calculs de Yannick VD dans un tableau excel)

Avec les formules de physique quantique de Louis de Broglie, pour le calcul de l’onde lié à une particule, Yannick Van Doorne a pu calculer les fréquences de résonance des atomes et molécules qui nous entourent. C’est alors stupéfiant de voir que 432 Hz est une fréquence de résonance de l’eau et non pas le 440 Hz.


Rappelons que l’eau est un constituant majeur de toute la vie sur terre, des plantes aux animaux ou d’une bactérie jusqu’aux organismes les plus développés.
Louis de Broglie est un physicien qui a recu le prix nobel de physique pour ces découvertes de cette formules. Il aurait aussi dit que ses découvertes concernant l’onde associé aux particules pourraient s’appliquer à tout corpuscule, petit et grand, ainsi à tout objet. Ceci nous fait percevoir le monde qui nous entoure et ces interactions d’un point de vue complètement différemment que notre vision « matérialiste » des choses. 
Une vision d’interactions d’ondes, de dissonances, d’harmonies entre toutes choses inertes et organismes vivants. L’ensemble alors est alors plus que la somme de ces composants, comme en musique, un orchestre est plus que la somme de ces musiciens. Dit-on pas « une harmonie musicale » ou un concert de « l’ensemble » musical?
Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire.
La précession de la terre compte 25 920 années, c’est le cycle apparent de la rotation des étoiles dans notre ciel, produit par le mouvement de la terre dans l’univers, un peu comme une toupie qui a sa précession. Le cycle est mesuré par la durée pour parcourir un mouvement circulaire complet de 360 degrés. 
Quand on divise 25 920 par 360, on arrive au chiffre 72, les équinoxes se déplacent de 1° degré tout les 72 ans, ce qui correspond à une harmonique de la note du Ré ou D quand le La ou le A est accordé à 432 Hz.
Quand la musique est accordée à 432 Hz, Yannick remarque alors aussi que les autres notes correspondent exactement aux fréquences de résonances des éléments naturels tel que le sol pour l’oxygène. Il est intéressant de remarquer l’étonnante coîncidence par rapport au sol. E, agriculture on aére le sol par le labour ou des outils, car l’aération du sol amène plus d’oxygénation et augmente sa fertilité. 
La coincidence que la note nommé « sol » correspond à l’élément oxygène et qu’un sol « oxygéné » est plus reconnu comme augmentant la fertilité, qu’en plus on appelle la terre le sol en agriculture est au moins impressonnante..

Les plantes aussi y réagissent favorablement, elles poussent plus vite et deviennent resplendissantes. 
En cherchant encore un peu plus loin Yannick s’est demandé si il y aurait un lien avec les fréquence de la lumière et les fréquences les plus absorbées par les plantes pour la photosynthèse. Il a été heureux de découvrir que le « do » à une fréquence de résonance qui active le système chlorophyllien des plantes. La note do dans la gamme du diapason 432 hz est une note harmonique avec la fréquence de la lumière la plus absorbé pour la photosynthèse !

Une étude scientifique récente encadrée par l’université de Florence sur une plantation de vignes a démontré l’effet grandement bénéfique de certaines musiques classiques baroques spécifiques. Ainsi les vignes ont eu une croissance supérieure de plus de 30% et elles étaient beaucoup plus saines, sans maladies par rapport au groupe témoin ! Cette étude était réalisé avec des musique baroques classiques au 440 hz. On peut se demander de ce qu’il en serait si ils mettait les musiques au diapason 432 Hz. Une groupe d’étudiant la fait récemment en diffusant le la à la fréquence 432 hz durant 15 min sur la germination d’haricots. Ils ont pu constater une germination plus rapide et une croissance supérieure de plus de 30% en quelques semaines. La croissance donné par la longueur moyenne des plants du groupe témoin faisait 15 cm et 25 cm pour le groupe traité à 432 hz (essai 2010, expérience indicative d’un travail d’étudiants). Ce sujet d’étude mérite plus d’attention et d’expériences car les premiers résultats sont plus que prometteurs.
Quand le la est accordé à 432 Hz au lieu du 440 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.
Quelques correspondances :

La : A : 432 Hz : L’eau, Ondes Alpha cérébrales idéal au repos pour un fonctionnement cérébral harmonieux
Ré : 288 Hz : La précession de notre planète Terre, Battement idéal du cœur humain au repos
Sol : 384 Hz : Oxygène

Les effets sur l’humain 

Le battement du cœur de la planète aurait une pulsation de 144 Hz, la plus saine qui existe.
Le battement du cœur d’un être humain adulte au repos est idéalement de 72 battements par minute, ce qui correspond exactement à un sixième de 432 Hz ou la moitié de 144. Le 144 Hz est aussi la fréquence du D ou du Ré quand le la est accordé au 432 Hz.
Le 432 Hz est aussi une harmonique du 8 Hz. Le 8 Hz est le rythme de notre fréquence cérébrale Alpha dans laquelle notre processeur parallèle, ou nos deux hémisphères du cerveau, sont synchronisés pour fonctionner ensembles en harmonie.
Le néo-cortex du cerveau, 90% inutilisé commence à s’éveiller avec cette synchronisation et elle s’installe dans toutes les cellules du cerveau pour créer un flux d’information maximal.
Écouter la musique accordée au La naturel harmonise nos hémisphères cérébraux, ce qui nous éveille à l’orchestre de nos pensées, dans les cathédrales de nos esprits.
L’écoute d’une musique en 432 Hz nous rapproche de la nature. Elle nous met en résonance avec la nature. En 440 Hz cela nous éloigne de la nature par le décalage avec les fréquences naturelles, alors ne soyons pas surpris si l’humanité est décalée par rapport à la nature quand elle écoute des musique dis-harmonieuse avec elle.
Le La à 440 Hz nous emmène plus vers une appréciation intellectuelle de l’harmonie musicale, vers la réflexion, par contre une musique à 432 Hz nous emmène plus vers une réelle sensation de coeur ou nous facilite la sensation vers nos sentiments les plus intimes en profondeurs. En 432 Hz on arrive plus facilement à sentir la musique, elle arrive plus facilement à nous émouvoir.
La musique à 432 Hz est souvent perçue comme plus douce, plus chaleureuse, plus claire et plus belle à l’écoute. Une étude scientifique au Pays Bas a démontré que plus de 76% des gens ont perçus la musique à 432Hz comme plus belle par rapport à la même musique accordé à 440 Hz. Une autre étude scientifique a même démontré des effets plus bénéfiques sur le rythme cardiaque par rapports a une même musique en 440 Hz.
Ecouter la musique aux bonnes vibrations, aux bonnes fréquences nous dynamise, nous apporte un sentiment de bien-être et de relaxation profonde en harmonie avec la nature. Toutes des chemins qui nous mènent vers des perceptions extrasensorielles et inspirations ou intuitions plus fortes.
Les chamans de l’Amazonie nous disent qu’on peut communiquer avec les plantes et qu’elles ont aussi des sentiments et une intelligence. Respectons les et soignons les avec de belles musiques harmonieuses, elles nous en seront reconnaissantes, elles seront encore plus rayonnantes.
Un reportage sur l’histoire des indiens Lakota en Amérique du nord m’a appris une nouvelle chose. Il était dit que le « La » dans leur nom Lakota, veut dire « amour ».
Quand on dit amour avec un grand A, il n’y a t’il pas aussi la note « La » dans L’Amour.
Notre monde actuel baigné, même noyé dans le 440 hz par les diffusions musicales à la radio, télévision, dans tout nos médias, n’aurait ‘il pas tout intérêt à retrouver une certaines harmonie perdu du 432 hz.
Imaginons un monde baigné dans la création musicale en 432 Hz, serions nous pas tous plus intuitifs, plus en harmonie? Nos ingénieurs et hommes politiques ne seraient t’ils pas, inconsciemment, plus inspirées avec des idées plus conciliantes, respectueuses et harmonieuse de la vie. Ceci vaut probablement pour tout le monde, chacun d’entre nous. En prendre conscience, écouter ne serait-ce que une fois la différence entre 440 et 432 hz est un petit geste, mais un grand pas pour l’humanité. Ecouter la différence nous permet de lever un voile d’ignorance vers plus de clarté.
Lors des conférences, plusieurs personnes me demandent ou trouver des diapasons en 432 Hz pour leur permettre d’accorder leur instruments.
Voici quelques liens ou vous pouvez trouver des diapasons en 432 Hz et instruments de musiques :


Références, Sources et liens :


Mozart – Requiem (432 hz) 


 432 Hz la FREQUENCE DU VIVANT

432 Hz correspond à une harmonique de la fréquence terrestre. Chaque matière a une fréquence de résonance qui lui est propre. Tous les éléments à l’origine de la vie se retrouvent être une harmonique d’une note dans l’accordage en 432 Hz, à partir du moment où nous utilisons une gamme respectant les lois harmoniques juste.
Comme nous le précise Jacqueline Bousquet (Dr ès Sciences, Biologie, Endocrinologie, Biophysique, Physiologie, Immunologie, chercheur honoraire au CNRS (1962-1997), conférencière internationale et écrivain.) « tout être vivant ne peut se comporter qu’en récepteur ou émetteur d’une gamme de fréquence avec laquelle il entre en résonance ». L’information émise par des musiques en gamme tempérées ne peut donc pas avoir d’effet thérapeutique positif sur notre état puisqu’elles ne sont pas en phase avec notre propre champ vibratoire.

432 Hz ET « SPIRITUALITE »

A l’opposé, les musiques composées en gamme « naturelle » ont un effet profond sur l’organisme, en procurant rapidement une sédation du système neuro-végétatif et un état de bien-être. Les chants religieux, notamment chez les cisterciens, étaient composés avec cette gamme, on leur reconnaissait des vertus pour la sérénité et l’élévation de l’âme.
Le Nombre 432 est aussi présent dans de nombreuses traditions. Dans la bible, par exemple, nous retrouvons souvent le chiffre 144, qui est aussi une harmonique du ré correspondant au diapason la 432 Hz (exacte uniquement dans la gamme pythagoricienne).
D’ailleurs, je dis souvent que ce chiffre n’est en fait qu’une suite arithmétique qu’il nous faut terminer , 4, 3, 2, et UN. C’est ce qui nous ramène à l’unité. En fait, ce diapason est tout à fait de notre temps puisqu’il nous propose d’être un peu plus dans nos coeurs et de réaliser ce que nous sommes venus expérimenter sur Terre.
Le 432 Hz est aussi une harmonique du 8 Hz, qui n’est autre que le rythme de la fréquence cérébrale Alpha dans laquelle nos deux hémisphères du cerveau sont synchronisés pour fonctionner ensemble en harmonie. Le néocortex, inutilisé à 90 %, commence à s’éveiller avec cette synchronisation : elle s’installe dans toutes les cellules du cerveau pour créer un flux d’information maximal.
Ecouter la musique accordée au La 432 Hz harmonise nos hémisphères cérébraux, ce qui nous éveille à l’orchestration de nos pensées dans les cathédrales de nos esprits.Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire (rien d’étonnant si nous prenons en considération le côté fractal de la création). La précession de la Terre compte 25 920 années, si nous divisons ce cycle par 432 nous tombons sur exactement 60, c’est donc un multiple parfait, donc un fractal, une harmonique. La précession de la Terre appartient à la rotation des étoiles dans notre ciel, c’est à dire 360°, si nous divisons 25 920 par 360 nous trouvons 72!!! Avis aux amateur de gématrie (numérologie de la Kabbale) .
Comme le précise Franck Nabet, musicien compositeur de musique, nous remarquons que les autres notes correspondent exactement aux fréquences de résonances des éléments naturels comme le sol pour l’oxygène, le do pour l’activation de système chlorophyllien chez les plantes… »

EFFET SUR L’HUMAIN

Le rythme de la fréquence cérébrale Alpha (hypnose, méditation, visualisation), lorsque nos hémisphère sont synchronisé, est de 8 Hz, donc une harmonique de 432 (8×54).Le néo-cortex commence à s’éveiller avec cette synchronisation. Écouter de la musique accordée au La 432 Hz harmonise nos hémisphère cérébraux, ce qui nous éveille à l’orchestration de nos pensées, dans les cathédrales de nos esprits.
Au niveau « énergétique », ce diapason active les énergies du cœur, ce qui amène plus de ressenti, plus d’écoute de soi .
Source d’après une interview de Frank Nabet, Sacrée Planète n°45 (http://www.neotrouve.com)

Vous pouvez partager ce texte à condition d'en respecter l'intégralité et de citr la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/

vendredi 18 septembre 2015

Monde en 3 dimensions en paralelle avec le monde Chretien, Musulman et Juif

Le Monde en 3 dimensions en paralelle avec le monde Chretien, Musulman et Juif


Le Gaon de Vilna, dans son commentaire sur la Torah (Adéret Eliahou; Béréchit, 1, 14) écrit que les dix jours - qui séparent Rosh ha-Shana et Kippour - si particuliers, si intenses au niveau spirituel, sont les jours-clé qui vont façonner tous les autres jours de l’année. Nous savons que le calendrier juif est fondé et sur la lune, et sur le soleil. 

Les mois sont lunaires, l’année est solaire. Or l’année lunaire comporte 355 jours, et l’année solaire 365 jours. Il y a une différence de 10 jours. Ainsi, au bout de trois ans, il y aura un décalage d’un mois entre les deux calendriers. C’est pour cela que les Sages d’Israel ont décrété qu’il fallait ajouter tous les trois ans un mois, le mois de Adar Bet, pour qu’il y ait compatibilité entre les saisons et les fêtes, notamment celle de Pessah, qui doit toujours tomber au printemps, d’après la Torah. Cette année embolismique est appelée par les Maîtres d’Israël « chana méʽoubéret » littéralement l’année « enceinte ». Terme bizarre, pour une chose asexuée comme le temps
Mais il faut y voir un profond enseignement, nous dit le Gaon de Vilna : le temps est aussi une œuvre créée par D.ieu, tout comme le monde et l’homme.

En fait, ces trois dimensions- le monde, le temps et l’homme : olam (monde), chana (temps), néfech (âme vitale)- 
ce sont les trois fondements de toute chose existante, nous dit le Séfer Hayétsira.
 Le monde représente la dimension spatiale, l’année la dimension temporelle, et l’âme la dimension humaine de tout existant.

Le monde et l’homme furent créés à Rosh Hashana. C’est ce que nous commémorons ce jour : l’anniversaire de la création. Puis, à la suite de la faute d’Adam, le monde a connu une grave dégradation, entraînant les punitions que l’on connaît, entre autres la mort. Au moment du Don de la Torah, les hommes se sont hissés au stade d’Adam avant la faute. Mais la faute du veau d’or les a remis dans l’état postérieur à la faute. Il faudra ensuite attendre jusqu’à Kippour pour que cette faute leur soit pardonnée, et qu’ils puissent recevoir les secondes Tables de la Loi.

Rosh Hashana et Kippour représentent donc les deux dimensions du monde et de l’homme, à leur état premier puis « corrigé » (avec Kippour). Les dix jours qui séparent ces deux fêtes représentent la dimension du temps. Le temps en gestation. Cette gestation est le fondement de tout ce que sera le temps pendant toute l’année qui s’annonce. Et ce temps est articulé autour de la différence entre les deux calendriers, solaire et lunaire. Le mois que nous rajoutons tous les trois ans vient créer, façonner le temps lui-même comme œuvre de D.ieu. C’est pour cela que l’année embolismique est appelée l’année « enceinte », qui porte en elle l’embryon qui donnera le temps. Celui-ci est une création de D.ieu, comme le monde et l’homme, et c’est pendant ces dix jours de téchouva que nous façonnons véritablement tout ce que sera l’année à venir.
 Le Gaon de Vilna nous a livré la clé : ces dix jours permettent la congruence entre le calendrier solaire et lunaire.

Cette congruence a une signification métaphysique qui dépasse de beaucoup le simple problème du calendrier. En effet, deux visions du monde se cachent derrière les années solaires et lunaires
Le soleil est le vecteur agissant dans la nature, le principe «masculin » (c’est-à-dire celui qui donne), pour permettre à la végétation et à l’homme de vivre, que ce soit par la photosynthèse ou par la chaleur régnant sur la terre.
 La lune, elle, représente le facteur « féminin » de la création, c’est-à-dire qui reçoit : en effet, elle n’éclaire pas de sa propre lumière, mais uniquement de celle du soleil. Elle n’est rien par elle-même, puisque c’est le soleil qui y reflète sa lumière, mais elle n’en est pas moins aussi indispensable, car sans elle le cycle des saisons, des marées et autres phénomènes cycliques n’auraient pas pu exister.


Ces deux dimensions- l’active, le soleil et la passive, la lune

Celles-ci doivent coexister pour que le monde fonctionne. Si celui-ci ne connaissait que le premier principe, celui de l’action, l’homme se croirait maître de son destin, de ses choix, pire encore : il se prendrait pour le créateur de tout ce qui existe.
 Ce mode d’existence est celui du monde occidental : l’homme européen se veut maître de son destin, car grâce à la science et à la technologie, il pense avoir tout créé, tout fait de ses propres mains[1] . Ce n’est donc pas un hasard si le calendrier grégorien choisi par Rome, le prototype du monde occidental gréco-chrétien, s’appuie uniquement sur le soleil. Et ce n’est pas un hasard non plus si ce même monde a comme fondement la dichotomie, la dialectique, l’opposition systématique entre deux concepts, que ce soit le corps et l’âme, le citoyen et l’étranger, moi et l’autre. Le monde occidental ne peut se vivre que sur la base d’une opposition dialectique, car l’homme occidental se pense le créateur et le maître de toute chose, il ne peut donc exister fondamentalement autre chose que lui. C’est pour cela que toute la philosophie est fondée sur la recherche du même, et que le savoir se vit comme une préhension, comme un objet à posséder et à maîtriser. L’altérité fondamentale est un concept étranger à l’occident, comme l’a si bien démontré Lévinas. Alors, comment ce monde pourrait-il embrasser l’idée de D.ieu, puisqu’Il est l’Autre par excellence[2] ? A moins que l’autre ne soit pas fondamentalement autre, mais un alter ego, un autre moi-même. C’est pour cela que l’Europe a fait de D.ieu une religion, c’est-à-dire un moyen de relier les personnes entre elles, comme l’indique l’étymologie même du mot (religion : relier). Le concept de D.ieu s’est limité à la sphère individuelle et communautaire, et s’est retiré de l’organisation de la cite, dirigée maintenant par César. C’est le coup de Paul, fondateur des religions, qui sépare le royaume des cieux du royaume d’en bas, du politique, de César.

La lune, elle, ne fait que recevoir. Elle est entièrement passive. Cette attitude est liée à une profonde croyance, celle que toute chose, tout existant, ne s’origine pas en lui-même, mais en un D.ieu unique, créateur de tout et prodiguant Sa Providence sur chaque événement du monde. L’allégeance totale à D.ieu est représentée par la foi musulmane, qui prône une totale soumission au Maître du monde. Mais pour le musulman, l’homme n’est pas libre, car tout ce qui se passe sur terre n’est exclusivement que la résultante de la Volonté Divine. Il ne peut donc agir dans le monde, mais ne faire que se soumettre à son Maître. Ce n’est donc pas un hasard non plus si le monde musulman a adopté un calendrier fondé uniquement sur la lune.


Le calendrier juif, lui, conjugue les deux temps, celui du soleil et la lune. 

Les mois sont lunaires, l’année est solaire. Ceci vient signifier qu’Israël est véritablement Israël lorsqu’il agit dans le monde mais sur les ordres de son Maître.
 Israël est comparé à la lune qui sait se faire petit devant son Maître, mais qui aspire aussi à une interaction avec le soleil. Dans le traité Houlin p. 60b, un apologue du Talmud rapporte que D.ieu Lui-même, après avoir diminué la taille de la lune pour qu’elle ne soit pas identique au soleil, demande à apporter un sacrifice ! Cette étrange histoire contient un profond enseignement : il ne peut pas y avoir identité entre deux êtres créés, que ce soit les astres ou les personnes humaines. Si D.ieu créé deux astres, c’est que chacun d’entre eux a une fonction différente de l’autre et ne peut donc prétendre à la même valeur. Le Talmud l’exprime dans sa langue : « Il ne peut y avoir deux rois pour une seule couronne ». D.ieu se voit donc « obligé » de réduire la taille de la lune, pour qu’il y ait une différence entre l’identité des deux luminaires. Mais la lune n’accepte pas le décret divin. Pourquoi devrait-elle, elle, être diminuée, et non le soleil ? A cela, D.ieu répond que le peuple d’Israel, et nombre de ses savants, seront identifiés à elle, et non au soleil, et que par elle, l’histoire d’Israel sera scandée[3]. Mais cela ne console pas entièrement la lune. Alors, D.ieu demande qu’on apporte un sacrifice en Son nom : ce sera le sacrifice de la néoménie, de Rosh –Hodesh. Et pour expier quoi ? Le fait qu’il y a nécessité ontologique, à partir du moment où il y a création, d’un hiatus fondamental entre le Créateur et les créatures, celles-ci ne pouvant pas être identiques au Créateur[4]. Et à l’intérieur du monde des créatures, il existe également une hiérarchie, qui vient signifier une différence de fonction et de responsabilité. Ainsi, la lune sera le petit des astres et Israel le petit des nations, représentant l’altérité fondamentale.

Nous voyons donc que la lune est certes celle qui reçoit, mais pas dans une totale passivité. La lune revendique le même titre que le soleil, mais D.ieu se trouve dans « l’impossibilité » de répondre à sa demande, a priori justifiée. 

Cette tension positive entre d’un côté «l’équilibre de dignité » des deux luminaires créés au quatrième jour de la Genèse, et de l’autre la nécessité d’un décalage d’identité entre les deux astres, représente la fonction d'Israël dans l’histoire de l’humanité.

Le judaïsme tentera, tout au long de sa longue et difficile histoire, de vivre cette tension entre le respect et l’humilité dus à son Créateur, et la nécessaire action qu’on doit entreprendre pour faire avancer l’histoire. Lorsque nous arrivons à équilibrer ces deux forces contraires, le temps profane devient un temps saint, celui des dix jours séparant Rosh-Hashana de Kippour, et toute la création s’en trouve sanctifiée.



Vous trouvez cet article intéressante, LIKER SVP !!!
Vous pouvez partager ce texte à condition d'en respecter l'intégralité et de citer la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/
[1] Nous ne sommes évidemment pas contre la science et la technologie. Celles-ci ont permis à l’humanité de progresser dans tous les domaines, et de mieux dominer son environnement. Mais il nous semble qu’il ne faut pas voir dans la science l’aboutissement de l’humain. L’homme ne peut se résumer à ses réussites technologiques, aussi brillantes soient-elles, et il ne peut pas non plus ramener le monde à une série de réactions physico-chimiques dont il pourrait écrire l’immense équation. Nous pensons que l’humain a une dimension au-delà de la simple matérialité, qui lui permet de penser des concepts fort complexes, et de les exprimer. Cette dimension-là ne se laissera jamais enfermer dans une quelconque formule, aussi compliquée soit-elle. C’est l’étincelle de divin qui est en nous, et qui doit nous rappeler constamment que nous sommes des êtres créés par D.ieu.
[2] Voir les écrits d’Emmanuel Levinas notamment « Ethique comme Philosophie première», éditions Rivages poche p 69 « Dans le savoir, s’annonce aussi la notion d’une activité intellectuelle ou d’une volonté raisonnable – un certain faire qui précisément consiste à penser en connaissant, à faire sienne, à saisir, à réduire à la présence, à représenter la différence de l’être, activité qui s’approprie et comprend l’altérité du connu. »
[3] C’est en effet par la lune que l’on fixe les dates de toutes les fêtes du calendrier juif.
[4] Voir les écrits du Maharal, notamment le début de Ner Mitzva.

© M.C. Lʼessence de la Torah I, revu et corrigé
Source "Gestation du temps, Chabbat Chouvah" de Mordekhai Chriqui

Vous trouvez cet article intéressante, LIKER SVP !!!
Vous pouvez partager ce texte à condition d'en respecter l'intégralité et de citer la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/

mercredi 16 septembre 2015

L âme humaine, selon la physique quantique

ame humaine e la physique quantique


Boris Iskakov est né le 14 novembre 1934 à Magnitogorsk. En 1957, il a achevé ses études à l’Institut de techniques physiques de Moscou.
Auteur de la théorie des réactions en chaîne dans l’économie, il a consacré une série d’ouvrages à l’application des méthodes mathématiques en agriculture. Docteur en économie, Boris Iskakov étudie depuis quelques années les méthodes statistiques et quantiques servant à modéliser les processus qui s’opèrent au niveau leptonique. Il est l’auteur de nombreuses publications évoquant la nécessité d’allier la Science et la Religion. L’article que nous publions est le fruit de sa collaboration avec le journaliste Mikhaïl Dmitrouk.
pensées boris isakovLes équations de Schrödinger-Dirac sont bien connues dans la physique quantique. Elles décrivent les lois qui régissent la conservation des probabilités pour les flux de matière au niveau des particules élémentaires du microcosme. Procédant à des transformations mathématiques, j’ai obtenu des équations analogues dont la sphère d’application est pourtant plus vaste : il s’agit des lois qui déterminent la conservation des probabilités pour les flux de matière, d’énergie et d’information. Ces équations ont un sens philosophique qui dépasse de loin le cadre de l’interprétation traditionnelle des équations de Schrödinger-Dirac.
Pour leur donner un nom, j’ai utilisé un terme relevant de la philosophie orientale : le karma. Ce terme signifie au sens strict l’inévitabilité de la récompense et du châtiment pour les actions et pensées selon qu’elles sont bonnes ou mauvaises. Au sens large, le karma désigne le principe de l’unité, de l’intégrité, de l’interdépendance et de la causalité dans l’Univers.
Ainsi donc, les « équations du karma » (dont l’outillage mathématique est emprunté à la mécanique quantique) décrivent non seulement les mouvements de la matière, mais aussi – et surtout – l’évolution de l’ensemble des interdépendances, signaux, évènements et processus.

Il existe deux équations de ce genre : l’une est directe, l’autre, conjuguée :
Où les opérateurs se présentent comme suit :
Les symboles employés sont :
Les équations du karma permettent d’arriver à des conclusions philosophiques d’importance fondamentale. Il en découle notamment que la diffraction s’opère non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps.
C’est comme si tout événement qui se déroule subissait une sorte de fission au niveau temporel et spatial à la fois. Un signal, tout en se propageant, engendre une série de pré-signaux qui s’affaiblissent au fur et à mesure qu’ils le devancent. Mais il entraîne également des post-signaux, qui le suivent et qui s’atténuent au fur et à mesure de leur éloignement. C’est donc d’après les premiers présages que les chercheurs les plus perspicaces parviennent à prévoir un événement qui doit avoir lieu à l’avenir. Ce phénomène est appelé « prévision scientifique ».
Mais il existe également une prévision intuitive. C’est elle qui, il y a des centaines d’années, permit aux extra-lucides d’alors de prédire certains évènements qui se produisent de nos jours.
L’existence des pré-signaux est à l’origine de la « précognition relative », phénomène qui fait qu’un sujet doué d’une sensibilité très élevée apprend le premier l’événement qui vient d’avoir lieu.
Il capte les signaux extra-faibles qui précèdent cet événement et que la plupart des gens ne sont pas en mesure de sentir.
Je vous citerai un exemple. Figurez-vous une explosion puissante qui se produit au Soleil, en projetant des protubérances à des millions de kilomètres alentour. Le « vent solaire » doit atteindre la Terre 2 à 3 jours plus tard. Il entraînera de violentes tempêtes magnétiques nuisibles aux êtres vivants. Pendant ces périodes, on constate dans tous les pays un accroissement sensible du taux de mortalité.
Il y a des dizaines d’années, Alexandre Tchijevsky a démontré que les cataclysmes qui se produisent au Soleil exercent une action néfaste sur les habitants de la Terre. Est-il possible de prévoir l’approche du « vent solaire » ? Il se trouve que oui, car celui-ci est précédé de signaux, à savoir de flux rapides de photons et de neutrinos qui atteignent notre planète en l’espace de huit minutes. Après les avoir captés, on pourrait prévenir les services de santé du monde entier qu’une tempête magnétique doit éclater dans deux ou trois jours. Ce temps suffirait à prendre les dispositions nécessaires.
L’étude des phénomènes psi requiert la définition du champ énergétique informationnel.
Son vecteur matériel – le gaz leptonique – est composé de particules infinitésimales, les microleptons, dont la masse varie de 10-40 à 10-30 g. Beaucoup plus légères que les électrons, ces particules sont capables de traverser tout corps existant dans l’Univers, car l’espace entre les noyaux des atomes est tout aussi vaste pour elles que les mailles d’un filet de pêche pour les molécules de l’air.
Bien qu’elle se rapproche de la notion d’éther universel (très répandue au XIXe siècle), l’idée du gaz microleptonique est pourtant beaucoup plus complexe sur le plan scientifique.
Il ne s’agit pas d’un fluide subtil, impondérable, qui imprègne les corps, mais d’une structure quantique spatio-temporelle remplie de flux tourbillonnaires de microleptons polarisés.
Les expériences et calculs du chercheur russe Anatoli Okhatrine démontrent que ces particules constituent le support matériel des pensées et des sentiments humains et les transmettent à des vitesses supérieures à celle de la lumière.
La vitesse de la lumière ne représente la limite que pour un flux continu de vitesses, dit le « continuum ».
Quant aux signaux extra-faibles, ils peuvent atteindre des vitesses beaucoup plus grandes. Il en découle que les possibilités de l’homme quant à la connaissance de l’Univers sont pratiquement infinies.
On croyait jusqu’ici que ces possibilités étaient limitées par le rayon Poincaré-Einstein. En multipliant la vitesse de la lumière par la durée de la vie humaine, on obtient une limite que même les vaisseaux spatiaux les plus sophistiqués ne sont pas en mesure de franchir.
Par conséquent, au niveau des signaux extra-faibles, il devient possible d’explorer l’Espace bien au-delà du rayon Poincaré-Einstein.
La pensée humaine est en mesure d’atteindre les régions les plus reculées de l’Univers.
Et ce, à des vitesses incroyables. L’homme est capable de recevoir une information sur ce qui se passe à n’importe quelle distance de lui… Telle est la conclusion philosophique fondamentale que j’ai tirée des équations du karma.
Il faut dire d’ailleurs que les tentatives d’allier la Science et la Religion avaient été entreprises bien avant moi, notamment par les fondateurs de la physique quantique. Comme il découle des équations conjointes de Schrödinger-Dirac, l’existence des anti-particules serait possible.
Les équations conjuguées du karma laissent présumer également l’existence des anti-signaux.
Si les signaux ordinaires suivent le fleuve du temps, en allant du passé à l’avenir à travers le présent, les anti-signaux vont en sens inverse, de l’avenir au présent et du présent au passé. Cette propriété des anti signaux ne manque pas de surprendre : il se trouve que des personnes et des instruments particulièrement sensibles sont en mesure de capter les signaux émanant de l’avenir !
La voyance, les prédictions, les prophéties sont appelées « précognition absolue ». Ce terme désigne la faculté d’obtenir une information sur des évènements futurs, ceux qui ne se sont pas encore produits, mais dont les personnes hypersensibles ont déjà connaissance.
Le problème consiste seulement à déterminer le degré de cette sensibilité. Les anti-signaux qui viennent de l’avenir sont tellement faibles que seule une poignée d’individus est en mesure de les capter.
Ici, le principe de causalité n’est pas violé, mais son interprétation devient plus complexe, plus subtile, plus dialectique. Des choses analogues sont observées en physique quantique.
Les équations conjuguées du karma attestent que le temps, dans le microcosme, peut inverser son cours, en devenant, pour ainsi dire, l’ »anti-temps ».
Cela offre la possibilité d’observer, à partir d’un même point temporel, à la fois le passé et l’avenir des micro-particules et, par là-même, de voir les évènements qui ont eu lieu et ceux qui vont encore arriver.
Certes, l’information sur l’avenir ne nous parvient que sous forme de probabilité. Seuls les paramètres stratégiques de la destinée humaine sont fixés d’avance. Pour le reste, la liberté du choix est totale.
En d’autres termes, l’homme est libre de prendre n’importe quelle décision et d’en assumer l’entière responsabilité. Ainsi donc, son avenir est composé, pour ainsi dire, de deux parties : l’une est prédéterminée, l’autre est celle qu’il peut modifier à sa guise, tout en prenant la responsabilité de ses actes.
pensée auraEn résolvant les équations stationnaires, on obtient des résultats fort curieux. Les ondes absorbées et émises par des centaines de points biologiquement actifs se superposent de façon à former une série d’ondes stationnaires qui entourent le corps humain.
Il apparaît donc que ce dernier n’est qu’un noyau dense entouré d’hologrammes énergétiques.
Le premier hologramme imite les contours du corps et contient, au fond, toute l’information sur celui-ci. Cette information est accumulée par les microleptons qui se déplacent le long de l’enveloppe quantique servant de limite au premier hologramme.
Le deuxième hologramme et son enveloppe sont plus grands, mais ils renferment une information plus faible et plus difficile à déchiffrer. Il en est de même du troisième hologramme, etc.
La forme des enveloppes s’arrondit au fur et à mesure qu’elles s’éloignent du noyau. Chacun des hologrammes microleptoniques contient, à un degré de plus en plus affaibli, toute l’information sur l’individu, y compris sur son état d’esprit, sa conscience, ses pensées et ses sentiments les plus intimes. Ces hologrammes, pris ensemble, constituent l’âme leptonique de l’homme.
D’habitude, les enveloppes énergétiques sont invisibles. Mais dans certaines conditions, il devient possible de faire luire le premier hologramme, surtout sa partie qui entoure la tête. Cela tient au fait que les chakras supérieurs sont plus saturés d’énergie.
La puissance énergétique de la première enveloppe correspond à quelques fractions d’électron-volt. Cela suffit à provoquer une faible luminescence dans le spectre optique d’ondes. Mais pour y parvenir, il faut communiquer une grande quantité d’énergie aux chakras supérieurs.
Cela signifie que l’homme doit mener un mode de vie particulier : se délivrer des viles passions et faire en sorte que ses pensées sentiments et actions soient nobles et élevés.
Alors, en excitant la première orbite de quelques fractions d’électron-volt, l’énergie des chakras supérieurs fait apparaître autour de la tête d’un tel homme (un saint par exemple) une auréole lumineuse visible à ceux qui l’entourent.
Dans la peinture chrétienne, on représente en qualité de nimbe la partie supérieure de l’hologramme, celle qui est située autour de la tête. Dans les temples bouddhiques, on peut trouver des images montrant la luminescence de toute l’enveloppe.
Les documents bouddhiques anciens parlent de sept corps de l’homme, dont l’un est dense et les six autres, subtils.
Le premier hologramme s’appelle « corps éthérique » ; le deuxième, « corps astral » ; le troisième, « corps mental » et ainsi de suite. Selon l’hypothèse leptonique, le nombre d’hologrammes peut être encore plus grand.
Mieux, il y a lieu de croire que les hologrammes entourent non seulement les gens et les autres êtres vivants, mais aussi les objets inanimés.
Qu’est-ce que cela signifie ? Si, au niveau informationnel, chaque corps est présent dans tout le Cosmos, il doit y avoir, dans un secteur limité de l’espace et du temps, une information extra-faible sur l’ensemble de l’Univers.
« Tout est dans le tout », donc « tout est dans le petit », dit le célèbre postulat du Bouddha. Au sens large, cette thèse pourrait être formulée comme suit : chaque point de l’espace et du temps renferme une information exhaustive sur les autres points.
Par conséquent, chaque fraction de l’espace est l’encyclopédie la plus complète, une formidable banque de données sur l’Univers. Il faut seulement apprendre s’en servir.
Il s’ensuit de l’hypothèse leptonique que l’âme est une substance matérielle. Son existence est indéniable.
L’homme, au sens traditionnel de ce terme, n’est qu’un noyau dense autour duquel circulent des flux de leptons.
L’ensemble des enveloppes leptoniques représente un bioplasma froid qui renferme toute l’information sur le noyau.
On pourrait l’appeler l’ »âme leptonique » de l’homme.
Il est à noter que cette notion est susceptible d’une interprétation rigoureusement matérialiste.
Selon la conception leptonique, les pensées et les sentiments sont matériels.
Ils sont transmis par les impulsions extra-faibles des champs électromagnétiques et microleptoniques. Les images visuelles, auditives et autres, les pensées et les sentiments existent sous forme d’amas de particules élémentaires extrêmement légères. Ici, je tiens à rappeler la thèse de Platon selon laquelle les « eidos », à savoir les idées, les pensées et les sentiments, existent de façon autonome : ils évoluent dans l’air, en ignorant les obstacles.
C’est à cette conclusion que Platon aboutit voici 2000 ans, et même plus. Aujourd’hui, nous pouvons la formuler en termes de mathématiques. Il est possible de déterminer la masse de la pensée humaine. Celle-ci varie de 10-30 à 10-40 grammes, ce qui signifie que la pensée d’un homme est approximativement 100 fois plus légère que son âme.
L’homme génère des pensées et des sentiments qui sont matériels par essence et qui vivent de manière autonome dans l’espace et le temps. Des études théoriques et des expériences, notamment celles d’Anatoli Okhatrine, attestent que les « eidos » sont capables d’échanger mutuellement l’information qu’ils contiennent.
Il en découle donc que les idées conçues par une personne peuvent venir à l’esprit d’autres gens.
Les eidos sont pareils à de petits êtres vivants qui existent au niveau leptonique de la matière. On dirait qu’ils sont nos enfants et qu’ils communiquent entre eux au moyen de signaux extra-faibles.
Durant sa vie, l’homme produit des millions, voire des milliards d’eidos. Par conséquent, il assume de ses sentiments et pensées une énorme responsabilité vis-à-vis de l’humanité.
En enfantant les eidos du bien, de l’amour, de la charité, nous assainissons la leptonosphère de l’humanité.
Mais chaque fois que nous nourrissons des pensées criminelles ou des sentiments d’avidité, de lâcheté, de vanité et d’arrogance, nous polluons l’environnement leptonique.
Si les mauvais eidos dépassent la masse critique, l’humanité sera condamnée. Ainsi donc, sa survie dépend dans une large mesure de l’écologie spirituelle.
L’hypothèse leptonique donne également une explication scientifique de Dieu. Les croyants, lorsqu’ils se réunissent en prière, créent un eidoscollectif de divinité.
Quand des millions de personnes adressent leurs prières à une divinité concrète, son eidosmatériel reçoit une grande énergie au niveau leptonique. Mais ce processus implique un effet de rétroaction : non seulement un croyant alimente la divinité, mais celle-ci lui apporte à son tour l’appui dont il a besoin.
Les eidos du Christ, du Bouddha, d’Allah existent réellement, et ces dieux entretiennent des contacts étroits avec leurs fidèles dans une bande bien déterminée de fréquence. Cette interaction ressemble en quelque sorte à une opération bancaire : le client fait un dépôt, et la banque lui apporte son aide au moment difficile. Mais la « banque » microleptonique ne prête pas son concours aux clients étrangers, à ceux qui ne sont pas en résonance avec elle.
Chaque dieu a ses fidèles et il ne veille pas sur les fidèles d’un autre dieu.
Comme nous le voyons, les dieux existent pour de bon au niveau leptonique. Quant aux grandes religions mondiales, elles ne décrivent, au fond, que les divers aspects du même être suprême. Cela fait que la plupart des habitants du globe, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou bouddhistes, vénèrent le même Dieu, mais dans ses manifestations différentes.
Après la mort du noyau atomique et moléculaire de l’homme, ses hologrammes leptoniques subissent des transformations différentes.
Certains d’entre eux, ceux qui sont composés de microleptons lourds, se détruisent complètement. Des recherches montrent que la période de demi-vie des hologrammes relativement lourds est de 7 à 9 jours. A l’expiration d’une quarantaine de jours, ils se désagrègent à 99%.
Par conséquent, le but d’un office des morts est d’amener les vivants à émettre des eidos qui, en alimentant en énergie l’âme du défunt, lui facilitent ses transformations dans le monde leptonique. Grâce aux offices des morts, les hologrammes leptoniques relativement lourds subsistent beaucoup plus longtemps.
Selon certaines estimations, si elles sont bien alimentées par les pensées et les sentiments des vivants, les fractions lourdes de l’âme peuvent exister plusieurs millénaires. Tant qu’on se souvient d’un défunt et qu’on commémore les anniversaires de sa naissance et de sa mort, son âme demeure à peu près la même qu’elle a été de son vivant. Il est parfaitement possible de communiquer avec elle au moyen de procédés bien connus des mystiques.
Quant aux fractions moyennes et légères de l’âme, elles se désagrègent plus lentement. Nous ne pouvons pas le vérifier expérimentalement, mais il y a lieu de croire que leurs périodes de demi-vie et de désintégration sont beaucoup plus longues. Il n’est pas à exclure que les fractions légères existent éternellement : l’âme, comme l’enseignent les grandes religions du monde, est immortelle.
Seule la synthèse de la Science et de la Religion permettra à l’humanité de dévoiler les grands mystères de la vie…
source :Quanthomme
Vous pouvez partager ce texte à condition d'en respecter l'intégralité et de citr la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/


Recevez nos derniers articles

les coups de coeur

Maître

de Sagesse

Auteur Un-connu

Si tu te contentes de boire l'eau de mon puits, demain tu mourras de soif, soit parce que j'ai fermé la porte, soit parce que je suis en voyage.

Si tu veux étancher ta soif, creuse ton terrain et tu trouveras la source car elle est en toi.

Creuse ton puits, ainsi tu auras toujours de l’eau partout où tu iras.

Le puits est en toi,

la source est en toi.

Cherche et tu trouveras le trésor qui t’enrichira.

N’oublie jamais que celui qui compte sur la richesse d’autrui est semblable à celui qui fait un beau rêve dans lequel il reçoit beaucoup d’argent, et qui constate au réveil que sa poche est vide. Le bien des autres est pour nous comme la fortune d’un rêve.

Cherche en toi et tu trouveras.


CRÉER DE LA LUMIÈRE À PARTIR DE RIEN

A sa manière, Raymond Devos avait eu l’intuition de la nature ambiguë du vide, en expliquant dans un sketch que « rien … ce n’est pas rien. La preuve c’est qu’on peut le soustraire. Exemple : Rien moins rien = moins que rien ! Si l’on peut trouver moins que rien c’est que rien vaut déjà quelque chose ! On peut acheter quelque chose avec rien ! En le multipliant. Une fois rien … c’est rien. Deux fois rien… c’est pas beaucoup ! Mais trois fois...


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE POINT ZERO ET CHAMP AKASHIQUE

Le champs de Cohérence akashique Les mystiques et les sages nous informent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information, connu sous le nom de «champ akashique». De récentes découvertes en physique quantique indiquent: celui-ci est réel et il a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace comme


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


LES CHAMPS DE TORSION PRODUIT PAR LA CONSCIENCE EST LA CLÉ DE LA « THÉORIE DU TOUT »

Les champs de torsion, la clé de la « Théorie du Tout » incluant la conscience On attribue généralement la première recherche concernant la découverte du « champ de torsion » appellée aussi « 5ème force ou élement », au russe le Pr Mychkine dans les années 1800. C’est un collègue d’Einstein, le Dr Eli Cartan qui a le premier appelé cette force champ de « torsion »

------------------------------------------------------------------------------------------------------


LA LUMIÈRE D APRÈS L'ARBRE SÉPHIROTIQUE

D’après la tradition Kabbalistique, la lumière est née dans Ain Soph Aur (Lumière illimitée), qui lui-même est né dans Ain Soph (L’infini), qui lui-même est né dans Ain (Vide absolu). Cette lumière illimitée se manifeste comme une étincelle...


-------------------------------------------------------------------------



LA MEDECINE LUMIERE -1

La Médecine Lumière Commençons par quelques définitions: Qu'est ce qu'est la médecine: La médecine de type occidentale est la science et la pratique étudiant l'organisation du corps humain (physique, qq fois psychologique), son fonctionnement normal, et cherchant à le restaurer la santé par le traitement,.


-------------------------------------------------------------------------

LE LIVRE DE NOE OU LA MEDECINE INDIENNE

Originaire de l'Inde, la médecine Indienne, ou médecine orientale, est un système médical complet et cohérent, tout comme le sont la médecine occidentale ou la Médecine traditionnelle chinoise, par exemple. Il est considéré comme le plus ancien système médical de l'histoire humaine. La tradition indienne fait remonter ses débuts à 5 000 ans, même 10 000 ans. Toutefois, les écrits sur lesquels repose ce savoir médical..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA TRADITION PRIMORDIALE -2

Tradition Primordiale et Torah de Sion : Aux source de la Kabbale Originelle. Mission d’un Peuple Élu pour la réaliser Les premières questions que nous poserons dans cet exposé, sont les suivantes: Y a-t-il véritablement une Mission d’Israël parmi les Nations ? La réponse est catégoriquement: Oui! Et elle ait été préfigurée par le Patriarche Abraham, ancêtre du peuple d’Israël, et des Juifs, à qui Dieu promis la Terre d’Israël en Héritage...
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

L ÂME HUMAINE, SELON LA PHYSIQUE QUANTIQUE

Boris Iskakov est né le 14 novembre 1934 à Magnitogorsk. En 1957, il a achevé ses études à l’Institut de techniques physiques de Moscou. Auteur de la théorie des réactions en chaîne dans l’économie, il a consacré une série d’ouvrages à l’application des méthodes mathématiques en agriculture. Docteur en économie, Boris Iskakov étudie depuis quelques années les méthodes statistiques et quantiques servant à modéliser les processus qui s’opèrent...
-------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE CORPS RÉCEPTEUR DE VIBRATION ELECTROMAGNÉTIQUE

La médecine occidentale est une médecine symptomatique, qui s’intéresse plus aux conséquences qu’aux causes. L’approche réductionniste de la médecine occidentale Les médecins aujourd’hui sont éduqués pour répondre de façon chimique à une extraordinaire diversité de symptômes, dont la plupart procèdent de mécanismes ...




LE TEMPS QUANTIQUE DANS LA KABBALE 2

Lumière Sans Fin (Ohr Ein Sof) et Récipient Primordial : la Vraie Réalité La réalité du 1% Toute cette réalité où, souvent, vous avez l’ impression de marcher sur une route qui ne conduit vers nulle part, où vous faites l’expérience de l’exil intérieur, de la relativité de tout, du manque de points de référence absolus, la Kabbale l’appelle la réalité du 1%. C’est une réalité où justement existent le temps, l’espace, le mouvement, ce qui...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

LUNE DE SANG, LA FIN ET LE DÉBUT DE NOUVEAU TEMPS

Lune de sang Le livre de la Genèse dit que DIEU utilise le soleil, la lune et les étoiles pour des signes et les saisons. De tels exemples peuvent être trouvés dans la Bible, d ailleurs le calendriers juifs et basé à la fois sur le calendrier solaire et lunaire. Or il va apparaitre ces années des Eclipses 2014 et 2015, pendant les fêtes juives appelées les Tetrades, au cours desquelles, à chaque fois, il s’est passé un évènement...

------------------------------------------------------------------------------------------------------

À la différence de l’espace, le temps est une dimension incontrôlable. Qu’on le veuille ou non, la flèche du temps semble dirigée invariablement vers le futur. « Nous ne nous baignons jamais deux fois dans le même fleuve », précisait Héraclite. Plus de deux millénaires se sont cependant écoulés depuis cette affirmation du philosophe grec. Aujourd’hui, à l’heure de la science atomique et de la conquête spatiale, notre regard sur le cosmos...