mercredi 13 mai 2015

Le Temps Quantique dans la Kabbale 2

Lumière Sans Fin (Ohr Ein Sof) et Récipient Primordial : la Vraie Réalité

La réalité du 1%

Toute cette réalité où, souvent, vous avez l’ impression de marcher sur une route qui ne conduit vers nulle part, où vous faites l’expérience de l’exil intérieur, de la relativité de tout, du manque de points de référence absolus, la Kabbale l’appelle la réalité du 1%. C’est une réalité où justement existent le temps, l’espace, le mouvement, ce qui est matériel, les limitations.
Vous nagez dans cette réalité sans que rien là-dedans ne vous garantisse quoi que ce soit. Vous ne savez pas si ce que vous sentez est vrai, si ce que vous voyez ne va pas disparaître d’un moment à l’ autre.
Si vous vous cognez le pied, vous avez mal aux orteils. Mais la douleur, en vérité, n’y est pas localisée. Elle est le résultat d’un processus neurophysiologique qui se déroule en quelque point de votre cerveau. Pourquoi alors n’avez-vous pas mal en ce point de votre cerveau ?
Des machines peuvent vous induire à sentir des choses comme si elles étaient vraies. Le physiologiste et prix Nobel Georg von Bekesy a ainsi montré dans les années soixante qu’en connectant des sujets à des machines, il arrivait à leur faire éprouver des sensations très précises que ces sujets décrivaient comme venant de sources extérieures en fait inexistantes.
La réalité du 1% représente donc tout ce que vous pouvez percevoir de la réalité totale. Du 99 % restant, vous n’avez aucune idée. Vous n’avez pas non plus les moyens ou les instruments pour découvrir par vous-même ce que cela représente. Cette réalité du 99%, selon la Kabbale, existe en-dehors du temps, de l’espace et du mouvement.
Il est important de comprendre que vous marchez dans la vie complètement hors de vos chaussures. Cela explique pourquoi votre vie a l’ aspect d’une montagne russe.

La réalité du 99%

Parfois, des personnes tout à fait ordinaires traversent sans le vouloir la paroi qui les sépare du 99%. Dans cette autre réalité, elles trouvent une source jusque là inconnue d’ énergie et de pouvoir. Il leur arrive des choses extraordinaires, incroyables.
Quand vous vous sentez sans force, sans idée, sans inspiration, et quand tout d’un coup vous voyez tout clairement et sentez que vous pouvez faire beaucoup de choses, cette illumination vous arrive du 99%.
Un cas célèbre est celui d’une femme qui était sur le point de traverser une rue avec son fils en bas âge aux États-Unis. L’enfant lâcha brusquement la main de sa mère et se mit à courir devant elle. Une voiture arriva, son conducteur tenta d’ éviter l’enfant, en vain. Ce dernier, renversé, se retrouva coincé sous l’auto. La femme, sans prendre le temps de réfléchir, courut vers l’ enfant, plaça ses mains sous la voiture, la souleva et la maintint pendant quelques minutes en l’air. L’ enfant put ainsi être assez rapidement dégagé.
Si cette femme s’était demandé pendant une seule seconde si elle arriverait à soulever la voiture, elle n’y aurait pas réussi. Cette situation extrême la connecta à une dimension qui lui fournit une quantité insoupçonnée d’ énergie.
Un autre exemple permet d’illustrer l’idée de l’existence du 99%. Un soldat israélien, pendant un entraînement de parachutisme, sauta pour la première fois en parachute. Il lui arriva ce qu’on appelle la « bougie », c’est-à-dire que son parachute demeura fermé. Devant tous les témoins horrifiés, il tomba au sol. Mais avant que personne n’arrive à l’atteindre pour l’ aider, il se leva, commença à épousseter ses vêtements, en apparence à peine endolori par la chute.
Plus tard, des journalistes l’interviewèrent sur l’événement. Ils lui demandèrent à quoi il avait pensé pendant la chute. Il répondit que cela avait son premier saut en parachute. Par conséquent, après avoir sauté de l’avion, il ne savait pas ce qu’il devait sentir. Il mit toute son attention à regarder le paysage, il trouva merveilleux le spectacle et à aucun moment, il ne pensa que quelque chose de mauvais était en train de lui arriver. Il éprouva une sensation extrêmement agréable. Seulement au moment de toucher le sol, ce qui lui provoqua une douleur assez forte, il se rendit compte qu’il était tombé sans parachute.
Le fait de n’avoir pas conscience du danger de sa situation avait empêché que ce jeune soldat s’y connectât. Il n’en souffrit donc pas.
La majorité des gens utilisent seulement 2% de leurs capacités cérébrales. Que se passe-t-il avec le 98% restant ? Votre cerveau est un fabuleux ordinateur et vous avez accès seulement à 2% de ses capacités. Imaginez-vous ce que ce serait si vous utilisiez 50% de vos capacités cérébrales ? Peut-être pourriez-vous voler et vous passer des avions et autres moyens de transport ?
La Kabbale dit que vous n’avez pas besoin de vivre des situations extrêmes pour vous connecter avec la réalité du 99%. Généralement, d’ailleurs, dans des situaciones extrêmes, les gens se bloquent, fonctionnent mal, perdent leur sang-froid. L’un des buts de la Kabbale est de vous enseigner à vous connecter au 99% de manière contrôlée, en le désirant, et non de manière accidentelle.

Le Olam Ein Sof (Monde Sans Fin)

Avoir conscience de l’ existence du 99% permet d’y pénétrer et de remonter jusqu’à l’ origine de la Création. Essayez d’ imaginer une réalité au-delà du 1%, une dimension où le temps, l’ espace et le mouvement n’ existent pas. Dans votre vie de tous les jours, ce qui se rapproche le plus de ce type d’ état est le rêve ou la pensée.
La pensée ne dépend pas du temps, ni de l’espace, ni du mouvement. Vous pouvez voyager avec l’esprit en tout lieu de la planète, dans le passé ou dans le futur le plus éloigné que vous puissiez imaginer, être une personne différente si vous voulez. Toute chose que vous pensez est une réalité. Vous ne la vivez peut-être pas physiquement mais par l’esprit oui. Voilà pourquoi l’outil dont vous disposez pour vous relier au 99% est votre esprit, votre conscience.
Paradoxalement, selon la Kabbale, la réalité totale, celle du 100%, se trouve au-dedans de vous. En dehors de vous, il n’y a rien que vous soyez en mesure de percevoir. Vous avez l’ impression que des choses extérieures vous influencent, agissent sur vous seulement parce que votre conscience est « programmée » de cette manière.
Ce monde du 100% qui se trouve au-dedans de vous, qui contient à la fois le monde du 1% et tous les mondes qui composent le 99%, la Kabbale l’appelle le « Monde Sans Fin » (Olam Ein Sof). C’est une réalité sans temps, sans espace et sans mouvement, où il y a une conscience unique et omniprésente.
Cette conscience est une force de vie immuable, une énergie intelligente d’abondance et de plénitude sans mesure, sans limite, sans commencement et sans fin. Tout ce que vous êtes capable d imaginer d’agréable, de parfait, n’est que pâle reflet à côté d’elle. Cette conscience se situe au-delà de toutes vos capacités de perception. C’est la « Lumière Sans Fin » (Ohr Ein Sof), la manifestation conceptualisable du Créateur. C’est elle qui est à l’ origine de tout, qui est la cause de tout.

Le langage des branches

Ici, une remarque s impose. Les mots utilisés pour décrire le Olam Ein Sof ne sont que des approximations. Par exemple, l’ expression « à l’origine » fait référence à une dimension où existent le temps, l’espace et le mouvement. Toutes les langues que vous connaissez sont des créations appartenant au 1%. Les mots induisent des conceptions préconçues de la réalité. Ils sont loin de pouvoir rendre compte du Olam Ein Sof. Mais ils sont les outils pour commencer à vous en approcher.
Les Kabbalistes utilisent donc des mots pris dans le monde du 1% mais en leur donnant un contenu qui appartient aux mondes spirituels. C’est ce qu’ils appellent le langage des branches. Les mots sont les branches d’un arbre et chacune d’entre elles correspond à une partie de la racine invisible à l’oeil. Il est ainsi extrêmement important de comprendre l’importance du sens des mots dans les écrits kabbalistiques. Mais pour vos débuts dans la Kabbale, gardez seulement en mémoire que vous devez essayer d’ interpréter les termes au-delà des limites de leur sens habituel, matériel.
Dans le 1%, la « chose » la plus subtile, la plus rapprochée du Ohr Ein Sof que vous puissiez capter est la lumière solaire. Elle se situe à la limite entre ce qui est matière et ce qui est énergie. Les scientifiques en parlent à la fois en termes de particules, les photons, et en termes d’ondes vibratoires. Ce qui détermine qu’elle se comporte comme particules ou comme ondes est uniquement la conscience du chercheur.

Qu’est-ce qui caractérise le Ohr Ein Sof, la Lumière Sans Fin à l’origine de tout ?

Le Ohr Ein Sof est une conscience de partage absolu, d’amour inconditionnel. Il est créateur. Il est contrôle. Il est proactif. Il est cause. Il est parfait et par conséquent il est complet. Tout ce qu’il veut, c’est manifester sa conscience de partage. Mais attention, il n’a pas « besoin » de partager. Le mot besoin implique un manque et la nécessité de le combler. Le Ohr Ein Sof, de par sa complétude, n’a besoin de rien, ne manque de rien.
Sur ce point, il y a des philosophes qui affirment que la perfection est une chimère. Selon eux, si quelque chose est parfait, il ne lui manque rien. Or, forcément, il lui manque au moins une chose : le manque de lui-même, donc il n’est pas parfait. Et en acquérant le manque pour être complet, il va être imparfait. Ce raisonnement est un cercle vicieux qui amène ces philosophes à conclure qu’il ne peut exister rien de parfait.
Mais si vous vous souvenez de ce qui a déjà été dit, vous comprenez que vous êtes attrapé dans un tel cercle vicieux seulement parce que vous vous obstinez à raisonner dans le cadre du 1%. Le Ohr Ein Sof n’appartient pas au 1%. Il est parfait. Et sa perfection entraîne comme conséquence que sa conscience de partage absolu doit se manifester. Un manque doit exister quelque part qu’il puisse combler. Le résultat de cette situation remarquable est que le Ohr Ein Sof, pour manifester sa perfection, montre qu’il est capable de produire une imperfection, un manque. Ce manque est appelé le Récipient Primordial ou Infini, et c’est l’ unique création jamais réalisée dans l’ univers.
Comment du Ohr Ein Sof peut sortir quelque chose qui ne s’y trouve pas ? Cette question semble n’avoir pas de réponse, une fois encore, tant que vous demeurez prisonnier de vos limitations conceptuelles. Dans le 1%, rien ne peut être créé à partir du néant. Mais dans le 99%, cela est possible. Puisque le Ohr Ein Sof remplit tout l’Infini, il suffit qu’il cesse de révéler son existence en un point et ce point manque de Lumière.
En abandonnant au vide un point en lui, le Ohr Ein Sof crée un espace pour tous les mondes à venir. Le mot pour dire « monde » en hébreu est « Olam ». Il vient d’une racine qui signifie le « lieu où quelque chose a disparu ». Mais en vérité, le Ohr Ein Sof ne cesse pas d’ exister en ce point, il s’y est dissimulé.
Imaginez que vous couvrez une lampe allumée avec un voile. La lumière de la lampe continue d’exister mais elle est dissimulée par le voile. Là où elle n’est pas révélée, il y a obscurité. Ainsi le Ohr Ein Sof, en créant le Récipient Primordial, manifeste paradoxalement qu’il est parfait. Il ne contient pas de manque mais il peut le créer.
La création du Récipient Primordial est considéré comme un processus de « Yesh Meayin ». Ces mots hébreux se traduisent par « Il y a d’il n’y a pas » et signifient que quelque chose est créé à partir du néant. On les comprend généralement comme la création du monde à partir de rien. Mais en réalité la création du Récipient est celle d’un manque à partir d’une complétude.

Qu’est-ce qui caractérise le Récipient Primordial, l’unique création du Ohr Ein Sof ?

Le Récipient est ce qui est opposé au Ohr Ein Sof. Si le Ohr Ein Sof est abondance infinie, le Récipient est manque infini. Si le Ohr Ein Sof est combler, partager, le Récipient est recevoir. Si le Ohr Ein Sof est créateur, le Récipient est entité créée. Si le Ohr Ein Sof est contrôle, le Récipient est contrôlé. Si le Ohr Ein Sof est proactif, le Récipient est réactif. Si le Ohr Ein Sof est cause, le Récipient est résultat, effet.
Quand vous entendez parler du Récipient Primordial Infini, vous tendez à vouloir imaginer sa taille. Mais dans le 1%, vous n’allez jamais avoir un Récipient infini. Vous n’allez jamais pouvoir imaginer quelque chose de suffisamment grand pour être infini. C’est parce que votre imagination fonctionne dans une dimension finie. Comment pouvez-vous concevoir alors un Récipient Infini ? C’est un point, c’est quelque chose d’infiniment petit, sans dimension. Où va-t-il alors recevoir la Lumière Sans Fin ? Dans une dimension sans espace, un point peut tout recevoir. Il n’a pas de parois, pas de limitations.
La Lumière Sans Fin, avec son désir infini de donner, dispose donc maintenant du Récipient Primordial avec son désir infini de recevoir. Par définition, le Récipient Primordial a le droit de désirer recevoir infiniment et, de sa part, tout désir de recevoir est légitime. Une fois donc qu’il l’a créé, le Ohr Ein Sof le remplit infiniment. Il se produit de ce fait un état complet, harmonieux. Le Récipient est comblé de Lumière infiniment. Ceci forme le « Olam Ein Sof », le Monde Sans Fin, un monde parfait. Tout désir du Récipient est immédiatement satisfait par la Lumière.
Mais alors, il se passe quelque chose de remarquable. Tous les désirs possibles et imaginables du Récipient sont satisfaits par le Ohr Ein Sof, sauf un seul qui, par définition, ne peut pas l’être : celui d’être comme la Lumière. Imaginez le verre qui se remplit d’eau chaude. Il acquiert la caractéristique de l’eau, sa paroi devient chaude mais il ne se transforme pas en eau. Le Récipient acquiert les caractéristiques du Ohr Ein Sof et naît en lui le désir de pouvoir agir comme la Lumière Sans Fin : donner, être créateur, être contrôle, être proactif, être cause.
Le Récipient se heurte à un problème insurmontable. Par définition, il est ce qui est opposé à la Lumière. Il a le droit de tout désirer et la possibilité de tout recevoir. Mais le fait de tout recevoir sans être la cause de sa plénitude produit en lui une sensation de vacuité. Il désire donc être la cause de sa plénitude, il veut l’obtenir par lui-même. Comprenez cependant qu’il ne se rebelle pas, il ne veut pas prendre la place de la Lumière, il veut être AUSSI comme la Lumière.
 La sensation de vacuité qu’ éprouve le Récipient en recevant la plénitude sans en être la cause est appelée en Kabbale le « Pain de la Honte ». Elle l’amène à provoquer une série de phénomènes qui sont à l’ origine de la création de l’ univers matériel.

La Réalité Matérielle : un Cadeau de la Lumière Sans Fin (Ohr Ein Sof) au Récipient Primordial

Le Pain de la Honte ou l’ ultime désir non satisfait du Récipient

Le Récipient Infini se trouve ainsi aux prises avec le Pain de la Honte. Vous rencontrez ici une première Loi cosmique : Une vraie plénitude reste intégralement en possession d’un récipient si et seulement si le récipient a été la cause de sa plénitude.
Vous pouvez voir à l’oeuvre cette loi dans votre vie de tous les jours. Jusqu’à un certain degré, tout le monde aime recevoir gratuitement. Ceci est une réminiscence du Olam Ein Sof, le Monde Sans Fin. Mais il arrive toujours un moment où on se sent mal en continuant de recevoir gratuitement. Cela fait partie de la nature humaine, du moins chez la plupart des gens.
Des exemples innombrables illustrent cette loi. Vous savez très bien que quand vous vous occupez des pauvres en leur procurant, régulièrement et sans rien leur demander en échange, de la nourriture, des vêtements, des soins, il arrive un moment où ces pauvres rejettent vos dons, parfois même de façon agressive. Ils sentent qu’ils ont aussi besoin de partager.
Si vous avez un ami propriétaire d’un restaurant, si chaque fois que vous allez manger dans son restaurant il ne vous fait rien payer, croyez-vous que vous continuerez toujours de vous y rendre ? Les gens à la retraite qui ne cherchent pas une autre activité, déclinent au bout d’un certain temps et tombent facilement malades. Ils vieillissent plus vite que lorsqu’ils étaient actifs. Ils ont besoin de continuer à se sentir nécessaires, de continuer à pouvoir partager.
Pour revenir au Récipient Infini, quand il ne supporte plus le Pain de la Honte, il décide de faire une action de type Lumière. Laquelle ? Il ne peut pas créer. Il ne peut pas non plus donner parce qu’il n’a « personne » à qui donner. En effet, la Lumière n’a aucun manque, donc aucune nécessité de recevoir. Alors, il fait la seule action de type Lumière qui lui soit possible et qui lui donne le contrôle de la situation, qui lui permet d’être proactif et d’être cause. Le Récipient décide de ne plus recevoir la Lumière et la rejette.

Le Tsimtsoum ou la restriction

Ainsi le Récipient, bien que soumis à la nécessité de recevoir, ne veut plus le faire. Non avec la sensation du Pain de la Honte. En allant contre son désir naturel, il agit de façon proactive et, par la même occasion, prend le contrôle de la situation. En outre, il est la cause de son action.
Quel résultat obtient-il ? Il satisfait son dernier et plus important désir : être aussi comme la Lumière. Que se passe-t-il de plus ? La Lumière sort du Récipient, obéissant par là à une seconde Loi cosmique : Il ne doit jamais exister de coercition dans le domaine spirituel. Exercer une contrainte en spiritualité n’apporte aucun résultat véritable.
Alors la Lumière elle-même dépend maintenant du Récipient. Or, si le Récipient ne reçoit pas, il n’y a plus de Récipient. Une action qui fait disparaître le Récipient est-elle possible ? En réalité, il ne disparaît pas, il continue d’exister mais de façon voilée.
Cette action du Récipient, en hébreu, est appelée Tsimtsoum (« Restriction » ou « Contraction » ou « Retrait », selon les auteurs). Une fois vide, il veut de nouveau recevoir. Mais il se trouve dans un cercle vicieux. S’il veut recevoir, il est instantanément comblé. Après avoir reçu toute la Lumière, il est en proie au Pain de la Honte et, ne pouvant pas être comme la Lumière, il la rejette, il ne veut plus la recevoir. Par conséquent, il se vide et, de nouveau, veut recevoir.
Une fois encore, le Ohr Ein Sof démontre qu’il est parfait. Il trouve une solution à la situation. Il arrive à un accord avec le Récipient. Cet accord en Kabbale est appelé le Contrat.

Le contrat : une manifestation d’ amour du Ohr Ein Sof

En quoi consiste-t-il ? Il fournit au Récipient une occasion de pouvoir gagner la Lumière au lieu de la recevoir gratuitement. Il met à la disposition du Récipient une dimension virtuelle, illusoire, mais apparemment très réelle. Dans cette dimension, les lois de l’ existence sont changées. Le Récipient va maintenant recevoir la Lumière sous des conditions bien précises :
  • seulement s’il va donner aussi ;
  • seulement s’il est la cause de ce qu’il va recevoir ;
  • seulement s’il est créateur ;
  • seulement s’il est proactif ;
  • seulement s’il est en contrôle de son action.
Dans le monde véritable, pour recevoir la Lumière, il suffit au Récipient de vouloir la recevoir, d’obéir à sa nature qui est désir de recevoir, en somme d’être réactif. Dans ce monde virtuel, le Récipient peut recevoir la Lumière seulement à travers des actions de type Lumière et avec la conscience de la Lumière. S’il agit uniquement sous l’ influence de sa nature originelle, il ne va pas pouvoir la recevoir. Ou alors, il va momentanément la recevoir, pour la perdre ensuite à plus ou moins court terme et toujours avec des séquelles.

La création du monde matériel

Ainsi, dans le Olam Ein Sof, le Monde Sans Fin, en agissant comme la Lumière, le Récipient perd tout, ou presque tout puisqu’il lui reste la satisfaction d’avoir été la cause de son action. Mais à l’intérieur de cette dimension spéciale envisagée dans le Contrat, le Récipient va pouvoir agir comme la Lumière et ne pas la perdre.
Au contraire, plus il va y agir comme la Lumière, plus il va y gagner de Lumière. C’est justement ce que veut le Récipient Infini : pouvoir agir comme la Lumière et néanmoins la recevoir de façon permanente. Le Contrat est le détonateur de ce phénomène unique et inexplicable que les scientifiques appellent le Big Bang. C’est une manifestation physique.
Depuis le néant, il se produit une explosion, une extension ou une bulle d’une autre dimension.
Dans cette bulle, existent le temps, l’espace, le mouvement, la matière, la fragmentation et tout type de limitation. En d’autres termes, la Lumière crée le monde du 1% dans lequel le Récipient va pouvoir la gagner en adoptant le même comportement qu’elle.
Comment se traduit le Big Bang hors du 1% ? Le Récipient Primordial éclate en une infinité de morceaux, en une infinité de récipients ayant un caractère fini. Toutes les choses matérielles qui existent dans ce monde correspondent à l’ ensemble des morceaux du Récipient Primordial. Cette dimension du 1% est son terrain de jeu. Pourquoi ? Quels bénéfices peut bien lui apporter cette fragmentation ?

La réalité matérielle permet au Récipient de partager

Chaque morceau du Récipient peut dorénavant partager avec les autres. Bien qu’en réalité tout ce qui existe dans le monde matériel fait partie du même Récipient Primordial, l’illusion du 1% empêche cette prise de conscience. Vous pouvez y croire de façon intellectuelle parce qu’on vous l’a dit, mais vos cinq sens vous crient à tout moment que vous êtes un individu bien distinct de votre voisin. Pour arriver à vraiment sentir que vous faites un avec l’ univers, vous devez parcourir un long chemin qui vous mène au stade du « Juste » ou du « Sage ».
Suite à la fragmentation, ce n’est plus un seul Récipient qui reçoit la totalité de la Lumière.
Chaque petit récipient maintenant est un canal pour en attirer une partie, la partie bien spécifique que lui seul peut attirer.
Cela signifie que chaque être humain, bien que faisant partie du tout, est unique. Il possède quelque chose que personne d’autre dans le monde ne possède et qu’il peut partager avec les autres. Cette vérité vaut autant pour le dernier grain de sable que pour le plus grand Sage.
Le dénominateur commun de tous est le désir de recevoir du Récipient Infini. Mais chaque personne est un désir de recevoir différent et il lui correspond une partie différente de la Lumière.

Les quatre catégories de récipients

L’ensemble de tous les morceaux du Récipient Primordial peut être divisé en quatre catégories générales. Chacune d’entre elles correspond à une intensité différente du désir de recevoir. Évidemment, dans chaque catégorie vous pouvez trouver une infinité de sous-catégories.
1 ] CE QUI EST INANIMÉ. Les minéraux, les pierres, les objets fabriqués par l’homme, etc. Ce sont de petits récipients dans le sens que leur désir de recevoir est de peu d’ intensité. Ils sont passifs. Vous ne voyez jamais par exemple un verre qui saute pour se placer sous un robinet d’ eau. Ils ne croissent pas et se transforment pas non plus seuls.
2 ] CE QUI EST VÉGÉTAL. Ce sont des récipients plus grands que les précédents. Les plantes se développent, se multiplient, orientent leurs feuilles et leurs fleurs vers le soleil, envoient leurs racines dans la terre à la recherche de l’eau, rompent même si c’est nécessaire la roche. Ici, vous avez du mouvement et de l’action.
3 ] LES ANIMAUX. Ce sont des récipients encore plus grands que les précédents. Ils ne sont pas immobilisés comme les plantes dans un lieu. Ils utilisent ce qui est inanimé et ce qui est végétal pour leur vie. Ils se multiplient, croissent, etc.
4 ] LES ÊTRES HUMAINS. Vous vous trouvez ici en présence des récipients les plus grands, possédant le désir de recevoir le plus intense. Ce sont aussi les seuls qui sont dotés du libre arbitre. Dans les autres catégories, les récipients sont programmés pour fonctionner selon un scénario prédéterminé. Ils ne vont jamais sortir le monde d’un équilibre naturel auquel ils contribuent. L’être humain est le seul qui peut détruire le monde pour obtenir ce qu’il veut ou le mener vers des sommets de réalisation scientifique et technologique qui défient l’ imagination.

La réalité matérielle permet au Récipient de gagner la Lumière avec effort

La fragmentation procure donc la sensation illusoire que les êtres humains sont séparés et différents. Ainsi, chacun peut canaliser un aspect différent de la Lumière et le partager. C’est justement ce que veut le Récipient Infini : recevoir pour partager. Mais si tous se précipitaient pour partager ce qu’ils reçoivent avec leurs voisins, la Création se terminerait en une heure.

Ce qui est facile ne fait pas partie du jeu.

Le Récipient Infini veut aussi se comporter comme la Lumière en étant proactif, en étant la cause de sa plénitude. Si votre unique désir était de partager et si vous ne faisiez qu’obéir impulsivement à votre désir, que suivre naturellement vos élans, vous seriez réactif.
L’être réactif est celui qui agit poussé par des stimulis internes ou externes, et dont le comportement est un effet. L’être proactif agit sans être contrôlé par des désirs, des inclinations, des tendances ou des nécessités, et même à l’encontre de sa propre nature.
En outre, si vous agissiez de manière réactive, vous n’exerceriez pas le contrôle. Pour éviter que les êtres humains se retrouvent dans la situation du Récipient Infini qui est seulement réactif et sans contrôle, le Ohr Ein Sof fait encore autre chose.
La Lumière injecte dans chaque être une conscience différente qui fonctionne comme un virus informatique, une espèce de maladie.
Chacun est désormais la coexistence simultanée de deux récipients.
L’un contient la conscience du Récipient Primordial qui est le « Désir de Recevoir pour Partager » tandis que l’autre contient ce virus qui est le « Désir de Recevoir Seulement pour Soi-Même ». Ce virus va toujours se manifester le premier pour vous contrôler. Le récipient en vous qui contient la conscience du Récipient Primordial souffre donc parce qu’il veut partager mais est infecté par le virus.
Le « Désir de Recevoir Seulement pour Soi-Même » se présente comme un défi, comme un adversaire que vous portez en vous-même. Maintenant, il vous coûte de partager. Vous allez toujours penser : « Pourquoi dois-je partager ce que j’ai ? C’est à moi. Je l’ai gagné. Pourquoi dois-je le donner à une autre personne gratuitement ? ».
Avec l injection de ce virus, tout est parfait. Maintenant, vous avez l’occasion de donner. Mais pour pouvoir réellement donner, vous devez être proactif et prendre le contrôle de votre seconde nature, utiliser des manières très créatives pour être la cause de votre action. Vous avez un défi à relever. Il ne vous est plus naturellement facile de recevoir la Lumière. Pour y arriver, vous devez faire des efforts pour agir avec toutes les caractéristiques de la Lumière.

Les règles de la vie

Considérez l’ exemple suivant. Vous faites partie d’une équipe de joueurs de Basket Ball non professionnels. Vous devez jouer contre une équipe assez professionnelle. Vous voulez toutefois gagner et faites tous les efforts pour vous entraîner, pour travailler en groupe, pour pouvoir mettre en échec vos adversaires. Votre équipe joue et gagne. Vous vous sentez merveilleusement bien. Ceci signifie que vous recevez de l’énergie. Si, la semaine suivante, vous jouez contre une autre équipe de niveau inférieur et votre équipe gagne de nouveau, vous n’allez pas vous sentir aussi bien que la première fois.
Dans cet exemple, vous pouvez voir agir une troisième Loi cosmique : En gagnant une chose sans effort, sans avoir affronté un défi, on ne va pas recevoir l’ énergie que contient cette chose.
C’est seulement quand vous gagnez quelque chose en ayant relevé un défi que vous allez vous sentir satisfait. Et plus le défi est grand, plus votre satisfaction sera grande. Ceci signifie, et c’est un point de vue révolutionnaire, que tout ce que vous qualifiez de problème, d’obstacle, d’ennui, de peine, de souffrance, tout ce qui est soi-disant mauvais dans la vie n’est rien de plus qu’un défi. Grâce à cela, vous avez l’occasion de vous comporter comme la Lumière et de pouvoir recevoir la Lumière. Sans le défi, vous retourneriez immédiatement à la situation du Pain de la Honte.
Ainsi, rien de ce qui est en apparence mauvais n’est mauvais. Mais cela ne signifie pas que ce qui est en apparence bon est mauvais. Certes, c’est seulement derrière les tracas, les difficultés, les situations pénibles, qu’il y a une Lumière nouvelle. Derrière les choses faciles, lisses, qui ne requièrent pas d’ effort, il n’y a pas de Lumière nouvelle. Mais il y a la Lumière déjà révélée dans votre vie et manifestée dans ces choses faciles et lisses. Vous profitez de la Lumière que vous avez déjà dans votre compte courant cosmique.
Or vous êtes dans le monde physique pour y révéler tout votre quota de Lumière, cette part de la Lumière totale que vous seul pouvez attirer. Et pour déposer de la Lumière nouvelle à votre nom dans la banque cosmique, vous devez impérativement parcourir un chemin de défis.
Vous voyez que le Ohr Ein Sof est parfait. Il vous donne la possibilité d’être la cause de votre vie. Le Récipient peut désormais recevoir et en même temps être la cause de sa plénitude. Ceci doit changer toute votre attitude dans la vie. Vous êtes capable de voir des choses que le reste du monde ne voit pas et dont l’ignorance peut leur occasionner une dépression. Vous êtes en mesure ainsi de récolter une Lumière énorme susceptible de changer tout votre destin.
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr

Recevez nos derniers articles

les coups de coeur

Maître

de Sagesse

Auteur Un-connu

Si tu te contentes de boire l'eau de mon puits, demain tu mourras de soif, soit parce que j'ai fermé la porte, soit parce que je suis en voyage.

Si tu veux étancher ta soif, creuse ton terrain et tu trouveras la source car elle est en toi.

Creuse ton puits, ainsi tu auras toujours de l’eau partout où tu iras.

Le puits est en toi,

la source est en toi.

Cherche et tu trouveras le trésor qui t’enrichira.

N’oublie jamais que celui qui compte sur la richesse d’autrui est semblable à celui qui fait un beau rêve dans lequel il reçoit beaucoup d’argent, et qui constate au réveil que sa poche est vide. Le bien des autres est pour nous comme la fortune d’un rêve.

Cherche en toi et tu trouveras.


CRÉER DE LA LUMIÈRE À PARTIR DE RIEN

A sa manière, Raymond Devos avait eu l’intuition de la nature ambiguë du vide, en expliquant dans un sketch que « rien … ce n’est pas rien. La preuve c’est qu’on peut le soustraire. Exemple : Rien moins rien = moins que rien ! Si l’on peut trouver moins que rien c’est que rien vaut déjà quelque chose ! On peut acheter quelque chose avec rien ! En le multipliant. Une fois rien … c’est rien. Deux fois rien… c’est pas beaucoup ! Mais trois fois...


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE POINT ZERO ET CHAMP AKASHIQUE

Le champs de Cohérence akashique Les mystiques et les sages nous informent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information, connu sous le nom de «champ akashique». De récentes découvertes en physique quantique indiquent: celui-ci est réel et il a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace comme


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


LES CHAMPS DE TORSION PRODUIT PAR LA CONSCIENCE EST LA CLÉ DE LA « THÉORIE DU TOUT »

Les champs de torsion, la clé de la « Théorie du Tout » incluant la conscience On attribue généralement la première recherche concernant la découverte du « champ de torsion » appellée aussi « 5ème force ou élement », au russe le Pr Mychkine dans les années 1800. C’est un collègue d’Einstein, le Dr Eli Cartan qui a le premier appelé cette force champ de « torsion »

------------------------------------------------------------------------------------------------------


LA LUMIÈRE D APRÈS L'ARBRE SÉPHIROTIQUE

D’après la tradition Kabbalistique, la lumière est née dans Ain Soph Aur (Lumière illimitée), qui lui-même est né dans Ain Soph (L’infini), qui lui-même est né dans Ain (Vide absolu). Cette lumière illimitée se manifeste comme une étincelle...


-------------------------------------------------------------------------



LA MEDECINE LUMIERE -1

La Médecine Lumière Commençons par quelques définitions: Qu'est ce qu'est la médecine: La médecine de type occidentale est la science et la pratique étudiant l'organisation du corps humain (physique, qq fois psychologique), son fonctionnement normal, et cherchant à le restaurer la santé par le traitement,.


-------------------------------------------------------------------------

LE LIVRE DE NOE OU LA MEDECINE INDIENNE

Originaire de l'Inde, la médecine Indienne, ou médecine orientale, est un système médical complet et cohérent, tout comme le sont la médecine occidentale ou la Médecine traditionnelle chinoise, par exemple. Il est considéré comme le plus ancien système médical de l'histoire humaine. La tradition indienne fait remonter ses débuts à 5 000 ans, même 10 000 ans. Toutefois, les écrits sur lesquels repose ce savoir médical..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA TRADITION PRIMORDIALE -2

Tradition Primordiale et Torah de Sion : Aux source de la Kabbale Originelle. Mission d’un Peuple Élu pour la réaliser Les premières questions que nous poserons dans cet exposé, sont les suivantes: Y a-t-il véritablement une Mission d’Israël parmi les Nations ? La réponse est catégoriquement: Oui! Et elle ait été préfigurée par le Patriarche Abraham, ancêtre du peuple d’Israël, et des Juifs, à qui Dieu promis la Terre d’Israël en Héritage...
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

L ÂME HUMAINE, SELON LA PHYSIQUE QUANTIQUE

Boris Iskakov est né le 14 novembre 1934 à Magnitogorsk. En 1957, il a achevé ses études à l’Institut de techniques physiques de Moscou. Auteur de la théorie des réactions en chaîne dans l’économie, il a consacré une série d’ouvrages à l’application des méthodes mathématiques en agriculture. Docteur en économie, Boris Iskakov étudie depuis quelques années les méthodes statistiques et quantiques servant à modéliser les processus qui s’opèrent...
-------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE CORPS RÉCEPTEUR DE VIBRATION ELECTROMAGNÉTIQUE

La médecine occidentale est une médecine symptomatique, qui s’intéresse plus aux conséquences qu’aux causes. L’approche réductionniste de la médecine occidentale Les médecins aujourd’hui sont éduqués pour répondre de façon chimique à une extraordinaire diversité de symptômes, dont la plupart procèdent de mécanismes ...




LE TEMPS QUANTIQUE DANS LA KABBALE 2

Lumière Sans Fin (Ohr Ein Sof) et Récipient Primordial : la Vraie Réalité La réalité du 1% Toute cette réalité où, souvent, vous avez l’ impression de marcher sur une route qui ne conduit vers nulle part, où vous faites l’expérience de l’exil intérieur, de la relativité de tout, du manque de points de référence absolus, la Kabbale l’appelle la réalité du 1%. C’est une réalité où justement existent le temps, l’espace, le mouvement, ce qui...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

LUNE DE SANG, LA FIN ET LE DÉBUT DE NOUVEAU TEMPS

Lune de sang Le livre de la Genèse dit que DIEU utilise le soleil, la lune et les étoiles pour des signes et les saisons. De tels exemples peuvent être trouvés dans la Bible, d ailleurs le calendriers juifs et basé à la fois sur le calendrier solaire et lunaire. Or il va apparaitre ces années des Eclipses 2014 et 2015, pendant les fêtes juives appelées les Tetrades, au cours desquelles, à chaque fois, il s’est passé un évènement...

------------------------------------------------------------------------------------------------------

À la différence de l’espace, le temps est une dimension incontrôlable. Qu’on le veuille ou non, la flèche du temps semble dirigée invariablement vers le futur. « Nous ne nous baignons jamais deux fois dans le même fleuve », précisait Héraclite. Plus de deux millénaires se sont cependant écoulés depuis cette affirmation du philosophe grec. Aujourd’hui, à l’heure de la science atomique et de la conquête spatiale, notre regard sur le cosmos...