dimanche 24 janvier 2016

Apprendre le magnetisme y et devenir magnetiseur





de
magnétisme
expérimental










par Marcel FOLENA











REVUE DU MAGNÉTISME
1, rue des Moulins de Garance
59800 LILLE
France



Je remercie l'Auteur et l'Editeur de ce livre de me faire l'honneur de le préfacer. C'est avec plaisir que je le fais : J'ai lu cet ouvrage d'une traite et avec beaucoup de joie, car il constitue un admirable raccourci de l'Enseignement des Maîtres. A lui seul, ce petit livre suffit pour débuter, avancer et arriver à des sommets de l'Art magnétique. Le langage alerte et parfois facétieux de l'Auteur fait de plus qu'il se lit comme un roman passionnant.

Comme Marcel Foléna a raison de lancer quelques flèches en direction de ceux qui empêchent les magnétiseurs honnêtes de faire leur métier qui est le plus beau métier du monde! 

— « Mets-ta main sur la douleur et dis à la douleur de s'en aller et elle s'en va ! » dit un papyrus égyptien. «Vous ferez toutes ces choses et de plus grandes encore » disait le Christ à ses disciples. Et voilà que l'Ordre des Médecins, cette funeste création du gouvernement de Vichy et la seule qui lui survécut, traite les magnétiseurs de charlatans ! Il faut abolir l'Ordre des Médecins — ce que demandent d'ailleurs certains médecins eux-mêmes, qui ne peuvent plus guérir selon leur génie propre, mais ont été transformés en de véritables robots à ordonnance — et il faut créer un statut des guérisseurs en faisant parmi ceux-ci une place de choix aux magnétiseurs : la place qui leur revient.

Il est grand temps de se rendre compte que les Anciens savaient et pratiquaient des choses que nous avons perdues et que nous retrouvons présentement : C'est le retour cyclique de tout ce qui vit.

Dans le cadre de ce renouveau, je souhaite un bon succès au présent ouvrage : il le mérite amplement. Et je remercie l'Auteur de l'avoir écrit.


Henri BLANQUART
Ancien professeur à l'école Henri Durville










Zone de Texte: (Respectueusement dédié à tous les Magnétiseurs et Sujets-Médiums, qui, malgré les tortures et les bûchers de l'Inquisition, nous ont transmis la science sacrée des Hiérophantes de l'Antique Egypte)



















IL existe quelques excellents cours de Magnétisme, d'Hypnotisme et de Mentalisme. Mais tous, ou presque tous, commencent dès le début à préparer les étudiants à a endormir des sujets ». Ou encore ils ne se préoccupent que de la thérapeutique magnétique, encore interdite en France sous la pression d'une maffia. C'est mettre la charrue avant les boeufs ! Il n'y a pas d'êtres à part possesseurs d'un DON de magnétiseur. Tout le monde peut devenir magnétiseur en quinze jours : hommes, femmes, enfants et vieillards. Le magnétisme a de nombreuses applications pratiques journalières et faciles. De même qu'en électricité on peut être un simple monteur ou devenir ingénieur électronicien, on peut se contenter de pratiques journalières simples et utiles ou devenir l'équivalent d'un de ces prêtres (ou prêtresses) véritables qui, dans les sanctuaires antiques accomplissaient des merveilles. Les Ombres des Puységur, des Rochas, des Durville, des Cahagnet, des Lancelin, attendent leurs continuateurs. Et peut-être leurs regards se sont-il tournés vers vous, attendant que vous repreniez, vous, le Flambeau.



LE fluide magnétique — ou fluide vital — est en chacun de nous. Quand il se retire de nous, nous mourons. Supposons, pour nous faire comprendre, que tout être humain (ou animal) possède normalement cent kgs de fluide, dont cinquante de fluide de polarité positive et cinquante de polarité négative. Si cette répartition se déséquilibre, ou si la quantité totale tombe à 90 ou 80 kgs : vous êtes malade ou anémié ; les microbes que vous absorbez chaque jour ont prise sur votre organisme, ou l'un de vos organes cesse de fonctionner normalement.

Naturellement l'organe qui est chez vous le plus faible est le premier à en pâtir ; si c'est l'intestin, le docteur Diafoirus appellera votre maladie : gastro-ceci ou gastro-cela ou entéro-autre chose ; si c'est le cerveau, il dira : céphalagie ou méningite, etc... Aussi, le malheureux étudiant en médecine est-il obligé d'apprendre par coeur une foule de noms de maladies et les symptômes à quoi on les reconnaît. Puis, il doit connaître les médicaments qu'il peut essayer sur vous les uns après les autres (il y en a, en cette année 1975, environ 18.000) en attendant que la nature ait repris le dessus et que votre tonus magnétique soit redevenu normal.

Si, par contre, vous avez en vous plus de magnétisme que les 100 kgs nécessaires, vous êtes un magnétiseur, car vous pouvez donner aux autres votre surplus de fluide, qui, d'ailleurs, déborde tout seul de votre corps.

Mais, qu'il vous manque du fluide, ou que vous en ayez seulement la quantité suffisante, vous pouvez puiser, dans l'air, et les aliments, volontairement, un surplus de fluide qui d'abord rétablira votre santé si nécessaire, et qui, ensuite, fera de vous un puissant magnétiseur. Et c'est ce que nous allons apprendre de suite. Les yogis, ces psychistes de l'Inde et du Tibet, appellent Prana, ce que nous nommons fluide, et connaissent de nombreuses façons de le capter. Nous leur en emprunterons sans vergogne quelques-unes et nous y ajouterons des connaissances plus occidentales.

Notez tout d'abord ceci : l'homme devient ce qu'il croit être. Si vous voulez devenir un magnétiseur, il faut d'abord vous persuader que vous en êtes un. Emile Coué vous aurait dit qu'il suffisait pour cela de vous répéter machinalement : « Je suis plus Magnétiseur aujourd'hui que hier et le serai plus demain qu'aujourd'hui ». C'est un peu trop simpliste ! Certes ! il faut vous persuader, en vous le répétant, que votre pouvoir magnétique augmente. Apprenez par cœur cette affirmation et répétez très souvent, avec conviction : « J'accumule sans cesse en moi le fluide magnétique ; ma puissance magnétique augmente de jour en jour ; je suis un puissant magnétiseur ».

Mais cela ne suffit pas. Les grands acteurs sont ceux qui ne se contentent pas de « jouer » un personnage, mais qui s'identifient à ce personnage, deviennent réellement ce personnage non seulement sur la scène mais même dans la vie. Aussi, dès à présent, vivez et pensez en grand Magnétiseur. Imaginez-vous sans cesse que les caméras sont braquées sur vous et JOUEZ votre personnage car, dès à présent, vous êtes un Magnétiseur...

Vous allez trouver ici les moyens d'augmenter votre potentiel fluidique, de plus en plus. Si vous êtes malade ou faible, votre santé va être rétablie par vous-même. Puis, par diverses expériences, vous allez vous prouver et prouver aux autres que votre pouvoir magnétique s'accroît.

LE SOLEIL est la grande source de toute vie. Chaque fois que vous le pouvez, vivez au soleil ; prenez des bains de soleil (prudemment et progressivement). Par le nez, aspirez en vous l'air ensoleillé, sciemment, en visualisant (c'est-à‑dire en voyant mentalement) la lumière dorée du soleil entrer à flots par vos narines et emplir tout votre corps comme si ce corps était un sac vide.

L'air, même si le soleil est caché, est rempli du fluide vital venu du soleil. L'air (surtout quand il est PUR et plein d'oxygène) est un océan de fluide vital et c'est surtout en lui que vous le puisez. Songez qu'un homme peut vivre environ un mois sans manger et deux jours sans boire, MAIS QU'IL NE PEUT VIVRE PLUS DE DEUX MINUTES SANS RESPIRER. Il faut prendre l'habitude de bien vider vos poumons de tout l'air vicié qu'ils contiennent, puis de les emplir d'air en vous disant : « Je capte et je retiens en moi le Fluide de Vie contenu dans l'air ».

Respirez à pleins poumons, SANS JAMAIS FORCER, et quand vous rejetez l'air vicié, rentrez le ventre et videz bien vos poumons. Tout cela, toujours par le nez.

Un homme qui respire normalement, rejette en chassant l'air, 25 % de l'oxygène (et du fluide) sans l'avoir employé. Aussi allez-vous, progressivement et SANS JAMAIS FORCER, vous entraîner au procédé vraiment magique des rétentions d'air. Certains psychistes déconseillent cette pratique ; ils sont dans l'erreur : ce qui est nuisible c'est de FORCER, d'aller trop vite dans l'entraînement. Peu à peu, avec l'entraînement, vos poumons absorberont davantage d'air et le retiendront plus longtemps. Il sera bon de pratiquer cinq à sept rétentions d'air avant de pratiquer les opérations magnétiques ; vous serez alors débordant de fluide. Un bon magnétiseur ne s'épuise jamais en magnétisant, car l'habitude de capter le fluide dans l'atmosphère, chaque fois qu'il aspire l'air, est devenue chez lui un automatisme subconscient.

Le fluide obéit docilement à votre volonté : il vient quand vous l'aspirez, il sort quand vous le projetez, il va là où vous le voulez accomplir ce que vous voulez. Un exemple : supposons que vous avez mal au reins ; faites de profondes aspirations avec rétentions d'air (et, de préférence, en posant vos mains sur vos reins). En ce faisant, IMAGINEZ que vous aspirez l'air, non avec vos poumons, mais avec vos reins. L'air, bien sûr, s'arrêtera dans vos poumons, mais le fluide que vous aspirez en même temps ira dans vos reins. Voyez, « visualisez » ce fluide comme une vapeur blanche et lumineuse qui emplit et illumine vos reins ; et affirmez-vous que ce fluide remet vos reins en état. Une partie du fluide jaillira aussi de vos mains dans vos reins.

Vous pouvez ainsi accumuler le fluide dans vos yeux (en y posant le bout des doigts) pour améliorer votre vue et rendre vos yeux plus brillants et plus magnétiques. (N'oubliez pas que vous projetez le fluide par vos yeux et vos mains). Avant de magnétiser, accumulez le fluide dans vos mains. Exercez-vous en toutes occasions.

L'EAU n'est pas une boisson insipide. Si l'air est rempli de fluide positif ( + ), l'eau contient du fluide négatif (—). Le matin au lever, le soir avant de vous coucher, absorbez un grand verre d'eau fraîche en concentrant votre pensée sur le fait que vous captez ce fluide et le fixez en vous. Vos nourritures « saines » (légumes, fruits, cresson, pissenlits) sont pleins de fluide négatif ; mangez lentement, en silence, en mâchant bien et en absorbant volontairement tout ce fluide.

LES ARBRES sont pleins de fluides. Promenez-vous chaque fois que vous le pouvez dans les bois en aspirant à pleins poumons. Adossez-vous à un arbre et aspirez sa force par votre dos (si vous avez des vêtements en soie ou en nylon, c'est inutile, car ils ne laissent pas passer le fluide !). Vous pouvez aussi poser votre main sur le tronc de l'arbre et aspirer sa force, par votre main gauche si vous êtes droitier, par votre main droite si vous êtes gaucher.

LA PREPARATION.

GARDEZ VOTRE FLUIDE ET SACHEZ VOUS RECHARGER. Vous savez maintenant comment charger vos accus magnétiques et devenir un puissant accumulateur de fluide. Mais ne déchargez pas vos « accus » en gesticulant sans motif, en tambourinant sur la table ou en bavardant sans arrêt comme des gens qui sont atteint d'incontinence verbale. Un penseur, dont je suis désolé d'avoir oublié le nom, a dit : « Le silence est père de l'observation, il rend impénétrable mais pénétrant ; il écarte la familiarité qui engendre le mépris ». Ecrivez cette phrase en lettres d'or sur le mur de votre chambre !

Mais après une journée de fatigue, nos accus sont vidés et nous nous endormons ; mal, très mal, non détendus, nous gesticulons en dormant. Les yogis, eux se reposent en pratiquant le « SAVASANA », c'est-à-dire : la position de la mort. Si vous vous endormez le soir en pratiquant cet exercice, deux heures de sommeil vous reposeront (vous rechargeront en fluide vital) autant qu'une nuit entière de sommeil normal. Vous pouvez pratiquement pratiquer partout cet exercice connu chez nous sous les noms de « sommeil conscient » ou de « relaxation totale ». Voici comment on le pratique :

Installez-vous confortablement dans un bon fauteuil, ou sur une chaise-longue ou sur un matelas assez rigide, ou sur le gazon, ou sur une couverture pliée sur le sol. Il faut avant tout relaxer tous vos muscles jusqu'à ce que votre corps entier soit aussi flasque qu'un drap mouillé. Vous y arriverez facilement en décontractant vos doigts, vos orteils et vos paupières ; les muscles intermédiaires se relâcheront alors facilement. Tant que vous ne réaliserez pas très bien ce premier stade, il sera inutile d'aller plus loin.

Quand vous serez bien relaxé, portez votre attention sur votre respiration ; elle devra devenir celle d'un dormeur : lente, profonde, régulière.

LA METHODE.

Enfin, voici la chose difficile à faire ! Au début elle vous sera impossible, mais avec l'entraînement on y parvient progressivement : il faut relaxer votre cerveau, CESSER DE PENSER. Pour cela : fermez vos paupières et regardez LE NOIR comme si vous vous attendiez à voir quelque chose. Restez dans l'expectative, attendant de VOIR et d'ENTENDRE... Des pensées viendront occuper votre esprit et vous vous apercevrez que vous vous êtes remis à penser. Sans vous énerver, remettez-vous dans l'état d'expectative... et un super-sommeil viendra qui réparera à merveille  votre énergie nerveuse.

Ouvrons ici une parenthèse pour vous prévenir de ce qui peut vous arriver et pour que vous n'en soyez pas effrayé. Cet exercice est le plus important du yoga de Patanjali. Si vous le pratiquez chaque jour pendant une heure, tôt ou tard suivant que vous êtes plus ou moins prédisposé, vous vous trouverez soudain HORS DE VOTRE CORPS PHYSIQUE c'est le voyage Astral que vous verrez de l'extérieur. Un simple désir de votre part vous transportera là où vous voulez aller, INSTANTANEMENT et vous saurez alors ceci : LA MORT N'EXISTE PAS.




AVANT de commencer de petites applications pratiques et des expériences faciles, il faut que vous compreniez bien ceci : votre VOLONTE ou, mieux, votre DESIR, projette votre fluide par vos yeux et par vos mains, en particulier par l'extrémité de vos doigts.

Volonté ou désir ? Les anciens Maîtres du Magnétisme mettaient l'accent sur la nécessité de déployer une très forte volonté. On a remarqué depuis qu'il vaut mieux remplacer la Volonté par un vif Désir d'obtenir le résultat cherché, une Intention ; c'est plus efficace et moins fatiguant. Naturellement ! Si vous n'avez aucun désir de réussir, pourquoi perdriez-vous votre temps à magnétiser ? Mais on a trouvé mieux : le principal moteur serait l'IMAGINATION, autrement dit : la Foi ; si vous êtes intimement persuadé du résultat de vos pratiques, alors vous réussirez certainement.


Retenez ceci : vos mains projettent du fluide ; votre regard projette du fluide fortement mêlé de psychisme, il projette votre fluide et votre pensée. C'est pourquoi aucun appareil, jamais, ne pourra remplacer le magnétiseur.

Le regard fixe ne consiste pas à regarder quelqu'un férocement, en contractant votre visage, comme si vous vouliez dévorer votre vis-à-vis. Ça, c'est le regard hypnotique, parfois utile dans certains cas urgents, mais qui ne fut guère employé que par les hypnotiseurs de foires ou de music-halls du 19° siècle.

Le regard fixe consiste à regarder une «  cible «  SANS CLIGNER DES PAUPIERES, mais on peut le faire en souriant. Chaque fois que vous en avez l'occasion, entraînez-vous à regarder, SANS CILLER, l'ongle de votre pouce. Où regardez-vous dans un miroir, à la racine du nez, juste entre les deux yeux. La télévision vous procure chaque jour de merveilleuses occasions de vous entraîner : pendant le journal parlé, entraînez-vous au regard fixe sur le journaliste, entre ses yeux.

Ne forcez jamais jusqu'à ce que vos yeux larmoient : c'est inutile et néfaste. Par l'entraînement vous arriverez rapidement et sans forcer à garder indéfiniment le regard fixe.
Quand vous saurez regarder ainsi pendant quelques minutes, vous pourrez commencer la partie pratique de ce cours.



T OUT en vous entraînant et jouant avec conviction votre rôle de magnétiseur, vous allez commencer des applications pratiques.

Tout d'abord ! Est-ce que tout cela est vrai ? N'est-ce pas de la pure rêverie ? Le magnétisme existe-t-il vraiment ? Voilà ce qu'il faut que vous sachiez. Si le magnétisme est réel vous devez pouvoir facilement vous le prouver et le prouver aux autres.


Dans la soucoupe B, vous mettrez un autre poisson .et vous le momifierez. Pendant dix minutes, chaque matin et chaque soir (ou pendant vingt minutes chaque soir), vous le magnétiserez. Vous passerez lentement le bout de vos doigts, des deux mains, de sa tête à sa queue, à un ou deux centimètres de sa peau, en imaginant (en «  visualisant »), votre fluide sortant de vos doigts sous forme d'un jet de vapeur blanche lumineuse et pénétrant, remplissant, illuminant le poisson. En même temps vous le regarderez, en cillant le moins possible, et en vous répétant mentalement SANS VOUS LAISSER DISTRAIRE : « Je tue les ferments de décomposition qui se trouvent dans ce poisson et je le transforme en momie ».

Bientôt, votre poisson se desséchera, deviendra dur comme du bois et quand il aura perdu toute odeur vous pourrez cesser. Vous aurez prouvé le Magnétisme. Certains « savants » disent que les malades qu'on magnétise ne guérissent que parce qu'ils s'auto-suggestionnent en voyant le magnétiseur faire des passes. A qui fera-t-on croire qu'un poisson crevé s'auto-suggestionne ou que les microbes sont morts de peur ?

J'ai momifié un morceau de viande en décomposition. Les petits vers avaient tenté de fuir : ils sont restés sur la soucoupe, morts et momifiés.

Un bon magnétiseur contemporain a momifié une tête de veau entière.

Vous pouvez momifier des fleurs qui sécheront en gardant leur forme et leurs couleurs. Vous pouvez garnir votre table d'un plateau de fruits momifiés.

Si vous êtes en camping et n'avez pas de glacière, magnétisez de même votre lait, il ne « tournera » pas.


Par la suite, vous pourrez vous en prendre à l'autre pot et magnétiser ses fleurs pour les faire mourir ! C'est plus difficile, car vous luttez contre la nature, mais cela peut vous montrer que votre fluide est docile à votre volonté.

Au lieu de magnétiser la terre, vous pouvez magnétiser l'eau d'arrosage. Mais nous allons examiner ce nouvel emploi du fluide en étudiant les magnétophores.

Les magnétophores : Pour devenir un bon magnétiseur, il faut s'entraîner et magnétiser quelque chose tous les jours, n'importe quoi ! J'ai connu un magnétiseur qui, chaque jour, magnétisait un litre d'eau, toujours le même, et le gardait dans une armoire à l'abri de la lumière. II y accumulait ainsi son magnétisme avec une très forte concentration. Quand il lui arrivait de se sentir en moins bonne santé que d'ordinaire, il buvait un verre de son eau magnétisée et était aussitôt rétabli.

Une jeune fille, par ailleurs sujet magnétique, faisait avec de la mie de pain des boulettes de 10 à 15 mm d'épaisseur et les magnétisait jusqu'à ce qu'elles soient dures comme de la pierre ; puis elle les conservait dans une boite. Une de ces boules déposée cinq minutes dans un verre d'eau en faisait un verre d'eau magnétisée. Nous en verrons plus tard les différents emplois.

Paul Clément Jagot apprit le Magnétisme très jeune, en cachette, car ses parents s'y opposaient. II s'exerçait à faire des passes magnétiques sur un fauteuil Voltaire. Mais l'étoffe fut bientôt tellement saturée de fluide que les gens qui s'y asseyaient s'endormaient.

Le célèbre magnétiseur Bouvier, de Lyon, se trouvant seul dans un compartiment de chemin de fer, posa son chapeau sur la banquette et le magnétisa longuement pour voir s'il arriverait à le faire bouger. Finalement, lassé, il le mit sur sa tête... et se retrouva hors de son corps, dédoublé, ce qui lui causa une certaine émotion car il se crut mort.

Comment magnétiser l'eau :

a) Dans une bouteille : le verre arrête le courant électrique mais pas le magnétisme. Vous magnétisez donc l'eau à travers la paroi de la bouteille en faisant des « passes longues » c'est-à-dire que vous portez le bout de vos doigts de chaque côté de la bouteille, près du goulot, et vous descendez jusqu'en bas, frôlant le verre de vos doigts et pensant, visualisant, le jet de fluide jaillissant de vos doigts, pénétrant et illuminant l'eau. Dix à quinze minutes suffisent pour un litre d'eau.

b) Dans un verre : vous pouvez procéder de la même façon, mais certains prennent le fond du verre dans la main gauche et magnétisent l'eau en envoyant le fluide par la main droite posée au-dessus de la surface de l'eau.

II est excellent de boire chaque soir, par exemple, un verre d'eau magnétisée. Parfois il est utile de joindre à votre fluide une force pensée.

On peut faire des quantités de magnétophores : carrés de papier magnétisés que votre protégé portera sur lui (sur le plexus solaire ou sur l'endroit malade), coton hydrophile, maillot de corps, slips, genouillères magnétisées, etc., etc. Un magnétiseur que je connais bien magnétise des carrés de ouate, tout simplement en les gardant quelques heures fixés sur son plexus solaire.

Ceci nous amène à un véritable « secret magique ». Tout fragment de vous-même, éloigné de vous, reste relié à vous fluidiquement, et en le magnétisant on vous magnétise. Aussi pouvez-vous influencer magnétiquement une personne qui se trouve à une distance de 10.000 kilomètres de vous en magnétisant une mèche de cheveux, un linge taché de son sang, un bout de buvard imprégné de sa salive, etc. etc.

Mais le plus beau c'est le travail sur photographie et... sur le « fantôme visualisé » de la personne visée. Nous allons étudier des procédés qui vous prépareront au travail sur des personnes présentes en chair et en os.

Mais avant d'agir, étudiez la loi de KARMA et réfléchissez. Le bien que vous ferez par des procédés occultes vous sera retourné décuplé ; LE MAL AUSSI ! C'est une loi magique inexorable : « Qui sème le vent, récolte la tempête ». Si vous voulez mourir fou ou suicidé (j'en connais plusieurs cas) employez pour le mal ce que vous apprenez ici.



JUSQU'ICI, nous avons vu de petites applications journalières du magnétisme. Elles sont suffisantes pour vous prouver la réalité du fluide, vous entraîner, et vous donner confiance en vous. En extrapolant, vous trouverez aisément de multiples applications de vos connaissances.

Je signale ici que les animaux sont très sensibles au fluide magnétique. J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de soigner chiens et chats. Fait remarquable : dès que vous envoyez du fluide curatif à ces petits animaux, ils changent de position et offrent à votre main la partie malade ; dès les premières passes, mon chien se mettait sur le dos, écartait ses quatre pattes, et tendait son ventre vers ma main.

Nous allons maintenant passer à un stade plus sérieux. Nous allons tout à la fois nous entraîner : à mettre un sujet en hypnose, à agir à distance, et à vous procurer le sujet qui est l'outil, le violon, du magnétiseur.

Il y a pour vous trois façons de trouver un sujet :

a) Obtenir le concours amical d'un ami intéressé par ces études, ou d'un parent, ou de votre conjoint. Je ferai remarquer en passant que cette collaboration entre un mari et sa femme renforce étonnement les liens du couple, car il est ainsi uni, non seulement physiquement et sentimentalement, mais aussi spirituellement dans la recherche d'un même but, dans une communion de pensées qui en fait un seul être.

b) J'ai connu jadis des magnétiseurs qui avaient trouvé un sujet (et parfois une épouse) en soignant des malades. Tel ce Monsieur X... qui avait guéri une tuberculeuse considérée comme perdue, et qui l'a épousée. Leur fille a déjà deux enfants et la grand-mère se porte toujours bien. Respectueux des lois de notre soi-disant République, même quand elles sont idiotes et malfaisantes, je vous rappelle que ce moyen vous est actuellement interdit.

c) Agir à distance sur la personne que vous désirez avoir comme sujet-médium. Ici se pose une question morale : a-t-on le droit d'agir sur la pensée d'un tiers pour l'amener à vous satisfaire ? La réponse est aisée : nous ne faisons que çà tout au long de notre vie. Quand nous faisons la cour à une femme. Quand nous exposons à notre patron que nos salaires sont insuffisants. Quand nous affirmons avec véhémence que seul Dupont est capable de faire vivre tous les Français dans le beurre, ou que la poudre à laver Super-Extra-Magic fait du linge neuf avec le vieux. La femme qui se met des faux seins en coton hydrophile et se peint sur la figure le visage qu'elle voudrait avoir, en fait autant, De même le beau mâle qui met des épaules de renfort dans son veston. Et ces trucs-là sont mensongers, alors que la télépsychie ne l'est pas.

Naturellement votre action est immorale si vous avez pour but d'EXPLOITER votre sujet. Mais elle est bienfaisante si vous désirez trouver ainsi, pour vous deux, plus de bien-être, de bonheur, de spiritualité.


Souvenez-vous que vous récolterez, au centuple, ce que vous sèmerez.


Et maintenant que nous avons bien prêché : travaillons.




C'est le secret de Polichinelle ; on le trouve dans de nombreux livres ou dans les articles de revues. Mais étudions-le ici plus à fond.

Le corps charnel est totalement imprégné de a fluide éthérique »; c'est ce fluide qui EST la vie du corps physique. Si vous coupez une main à votre ami Adolphe, si vous l'emportez plus loin et si vous la magnétisez, vous magnétisez a de loin » votre ami Adolphe. Car la partie de son corps que vous détenez contient une partie de son Double éthérique, laquelle reste reliée à son Double par un lien magnétique. Sitôt après la mort de cette main, celle-ci reste imprégnée de fluide éthérique d'Adolphe. Elle constitue donc un TEMOIN FLUIDIQUE d'Adolphe. Et comme l'action magnétique agit, non sur le corps de chair, mais sur le Double éthérique, en magnétisant la main, vous magnétisez l'homme... de loin.

C'est pourquoi les prêtres égyptiens, SITOT LA MORT, d'un Pharaon ou d'un Initié, magnétisaient (et momifiaient) son cadavre pour y retenir son Double éthérique. Celui-ci, ainsi vitalisé, leur permettait de rester en rapport avec l'esprit du disparu et de continuer à bénéficier de sa protection. Ici aussi vous pouvez extrapoler ! Pour vous y aider, je vous conseille de lire « Mes cinq dernières vies », par Charles Lancelin (Omnium Littéraire).

Or, je suppose que votre ami Adolphe tient à conserver sa main. Mais une mèche de ses cheveux, un peu de son sang gardé dans une éprouvette ou sur un linge, sa salive, son urine, tout cela ce sont des témoins fluidiques.

En plus, il a été prouvé maintes fois, notamment par les radiesthésistes (les vrais !) qu'une photographie est également un «  témoin » et qui plus est : non seulement un témoin éthérique, mais aussi un témoin psychique de la personne représentée. Vous pouvez donc magnétiser une photographie, en considérant qu'elle est la personne même, et aussi lui ADRESSER DES SUGGESTIONS.


Exercice pratique : posez devant vous, sur une table, la photographie (de face si possible) d'un ami qui ne vous écrit jamais. Du bout de vos doigts, envoyez dans cette image, dans votre ami, la vapeur lumineuse de votre fluide, longuement. Puis suggestionnez-le : « X.. Tu as une envie irrésistible de m'écrire ; écris-moi ». Répétez cette suggestion, AVEC UNE FOI ENTIERE en votre pouvoir, pendant dix à vingt minutes. Recommencez chaque jour. Jusqu'à ce que cet ami vous écrive.





Peut-être n'avez-vous pas de photographie... Et de toutes façons, vous ne pouvez vous exercer sur une photographie à toutes les manœuvres magnétiques et hypnotiques que vous allez apprendre. Vous allez donc fabriquer de toutes pièces un phantasme, c'est-à-dire un personnage imaginaire sur lequel vous allez vous exercer. Il sera le sujet idéal car vous réussirez toujours à le plonger dans une hypnose profonde.

Si vous avez l'intention de travailler avec une personne connue, c'est l'image de cette personne que vous devez créer : cela augmentera sa réceptivité par rapport à vous.

Retirez-vous, seul, dans une salle où vous ne serez pas dérangé. Fermez le verrou. Placez une chaise au milieu de la salle. IMAGINEZ votre sujet, assis sur la chaise. Vous allez vous exercer aux différentes « passes ».

On  «  charge » le sujet au moyen de passes longues, exécutées comme ceci : on ferme les poings et on les porte au-dessus du sommet de la tête du sujet. On ouvre les mains qu'on laisse très légèrement incurvées, bien souples ; le bout des doigts restant à un ou deux centimètres de la peau, on descend LENTEMENT les mains jusqu'au cou. En même temps, on visualise notre fluide — sous l'aspect d'un jet de vapeur blanche et lumineuse — jaillissant un peu de nos paumes, mais surtout du bout de nos doigts et pénétrant dans la tête du sujet.

Et l'on recommence en prenant bien soin de « fermer les poings » quand on les remonte au sommet de la tête.

Au bout d'un moment, on allonge les passes jusque la poitrine... puis jusqu'au ventre... aux genoux. Certains même les allongent jusqu'aux pieds.

Quand vous aurez pris l'habitude de voir automatiquement le fluide jaillir de vos mains, joignez-y l'intention dans laquelle vous magnétisez la personne. Par exemple : magnétisez-là pour qu'elle s'endorme. Mentalement, répétez-lui qu'elle s'endort, de plus en plus profondément ; et — mentalement — voyez-là s'endormir, comme vous voyiez votre poisson se dessécher dans vos expériences de momification. Et peu à peu voyez votre « phantasme » glisser dans un profond sommeil... Suggérez-lui alors qu'il est de plus en plus sensible à votre puissance psycho-magnétique et qu'il s'endormira rapidement quand vous le magnétiserez en chair et en os.

Bien sûr, en reprenant le cas de l'ami dont vous désirez une lettre, vous pouvez endormir ainsi son image mentale et lui ORDONNER de vous écrire. Ne tombez pas dans le travers de supplier votre sujet : COMMANDEZ. Vous pouvez aussi vous entraîner à endormir par le regard fixe en répétant : « Tu t'endors, tu t'endors de plus en plus « 

Si la personne que vous avez ainsi visualisée et endormie dans le secret de votre chambre, souffre d'une paresse d'estomac, ou de constipation, n'allez surtout pas vous aviser de lui suggérer — et de visualiser — que son estomac et ses intestins fonctionnent maintenant normalement. Certes, vous la guéririez ou la soulageriez sûrement en quelques séances, mais vous seriez un mauvais citoyen irrespectueux des lois de son pays. Bien sûr, personne n'en saurait rien, mais —comme dirait Topaze — vous n'auriez pas l'approbation de votre conscience.

Maintenant : réveillez votre sujet en lui faisant des passes comme tout à l'heure, mais très rapides et à dix ou quinze centimètres de sa peau. En même temps, suggérez-lui énergiquement qu'il s'éveille « en pleine forme » gai et bien portant. Et qu'il éprouve dans tout son corps une très agréable sensation de bien-être.

Beaucoup de magnétiseurs n'en savent pas plus que cela et obtiennent SUR DES SUJETS SENSIBLES d'excellents résultats. Mais souvenez-vous : le magnétiseur Cabarel magnétisait son sujet quarante-cinq minutes avant de l'interroger. Quant à moi, j'ai magnétisé une jeune femme pendant TROIS MOIS (une fois par semaine) avant d'arriver à l'endormir. Elle est devenue ensuite un merveilleux sujet-médium. Donc soyez patient et entêté, quand — bien entraîné sur le « phantasme » — vous entreprendrez de travailler sur un sujet réel.

Pour activer les résultats on mêle l'hypnotisme au magnétisme. Mais avant de vous en parler et de vous apprendre à manier un sujet en hypnose, je veux encore vous dire ceci :
Dans certains cas, surtout pour soigner, on utilise d'autres procédés. Supposons que vous ayez chez vous un singe malade ! Et qu'il ait du rhumatisme dans l'épaule droite. Au lieu de faire des passes sur l'épaule vous pouvez y faire une imposition digitale. Pour cela vous dirigez vers l'épaule le bout de vos doigts et vous envoyez profondément le jet de votre fluide. Si vous voulez soigner le coeur (plus délicat) vous envoyez une projection fluidique plus faible en dirigeant vers le coeur, non pas le bout des doigts, mais la paume de la main ; cela s'appelle une imposition palmaire.

Une autre façon très efficace d'opérer est le système des électrodes. Vous mettez une main devant le corps, sur l'endroit malade, et l'autre derrière le corps de façon que l'organe soit entre ces deux électrodes que sont vos mains.
Pour dégager un organe chargé par impositions, on agit comme suit : porter les deux mains devant l'organe, poings fermés ; écarter brusquement et latéralement les mains en les ouvrant, avec la volonté de disperser le fluide accumulé. Réitérer un certain nombre de fois.



NOTEZ bien tout d'abord ceci : comme pour le Magnétisme, exercez-vous d'abord à l'hypnotisme sur un phantasme, dans le secret de votre chambre. Vous agirez franchement, sans timidité, sans crainte des maladresses et des échecs inévitables du début. De plus vous influencerez par TELEPSYCHIE la personne ainsi visualisée : Untel qui cherche à vous nuire, machin qui veut se suicider, votre fils qui se désintéresse de ses études, ou votre frère qui boit trop.

Certains magnétiseurs sont opposés à l'hypnotisme. C'est une question que nous allons examiner. Les premiers Maîtres en magnétisme pratiquaient uniquement les passes magnétiques. Ils croyaient ne pas utiliser l'hypnotisme. Et ils l'utilisaient sans le savoir car ils donnaient à leurs sujets des SUGGESTIONS (hypnotisme psychologique) et les fixaient du regard ; or le regard est aussi bien hypnotique que magnétique, car s'il émet du fluide, le patient le regarde comme il regarderait un « hypnodisc » (nous verrons plus loin de quoi il s'agit).

Le docteur James Braid constata qu'il pouvait «  endormir » les sujets par simple fixité du regard, sans passes magnétiques. Il en déduisit hâtivement que les passes magnétiques ne servaient à rien. Messieurs ses honorables confrères lui emboîtèrent le pas, les magnétiseurs n'étaient plus que des naïfs, les gens bien furent les hypnotiseurs. Ils ne le sont plus, d'ailleurs à notre époque où les servantes sont devenues des employées de maison, les concierges des gardiennes d'immeubles, les pauvres des économiquement faibles et les balayeurs des dépoussiéreurs de sol P3 ; les gens comme il faut ne sont plus hypnotiseurs mais font de la sophrologie.

Les médecins hypnotiseurs, surtout ceux de la Salpêtrière, se livrèrent sur de malheureuses hystériques à des procédés brutaux dignes de la vivisection et connus maintenant sous l'appellation de Grand Hypnotisme. On leur envoyait brusquement un phare dans les yeux, à l'improviste on tirait derrière elles un coup de fusil de chasse, et autres gentillesses de ce genre. Ce qui les détraquait complètement et... ne réussissait pas sur les gens normaux, mais sur les seules hystériques.

De nos jours, seul subsiste le petit hypnotisme, sans dangers physiques. Il se compose de fixité du regard, de légères frictions sur certaines régions de la peau, de suggestions mentales et surtout verbales.

Les résultats peuvent aussi, parfois, être différents. Le magnétisme agit en augmentant le potentiel fluidique du sujet. L'hypnotisme agit en stupéfiant le cerveau du sujet et en lui ôtant toute possibilité d'exercer son sens critique quant aux suggestions qui lui sont données. Le sujet hypnotisé devient un' automate ; il croit et exécute toutes les suggestions. Le sujet magnétisé conserve ses idées, discute avec son magnétiseur et, à l'occasion, lui signale une manoeuvre maladroite, ce que ne peut faire l'hypnotisé.
Nos anciens croyaient par exemple qu'on ne pouvait dédoubler un sujet qu'en le magnétisant interminablement, jusqu'à ce que — saturé de fluide — son Double s'extériorise peu à peu. Or, j'ai pu arriver à dédoubler rapidement des sujets simplement hypnotisés. La raison en est bien simple : une personne qui dort du sommeil naturel n'est plus attachée à son corps physique, elle est dédoublée inconsciemment. Le sommeil hypnotique est conscient. Et l'hypnotisé croit aveuglément ce que dit l'hypnotiseur. Donc, endormez profondément votre partenaire ; dites-lui : a Maintenant que vous dormez, vous n'êtes plus attaché à votre corps physique ;  « allez en pensée voir ce qui se passe à tel endroit » . Et le double astral de votre sujet ira où vous l'envoyez. Il vous dira ce qu'un tiers aura déposé sur telle table à l'insu du sujet et du vôtre. Faites l'expérience et vous verrez.

De même, les Anciens pensaient que c'était seulement par magnétisme pur qu'on pouvait faire remonter un sujet dans ses vies antérieures (ou dans les vôtres, ou dans celles d'une tierce personne). L'Américain Morey Bernstein a prouvé qu'il n'en était rien en endormant Ruth Simmons par fixation de la flamme d'une bougie, avec suggestions. (Voir « A la recherche de Bridey Murphy », aux Editions « J'ai lu »).

Quarante années de pratique m'ont cependant démontré que le magnétisme est toujours supérieur à l'hypnotisme ; il y a des choses qu'un magnétisé peut faire alors qu'un hypnotisé ne le peut pas. Lesquelles ? cela dépend des sujets car il n'y en a pas deux qui réagissent de la même façon. Le principal inconvénient de l'hypnotisme est que le sujet est d'une crédulité incroyable ; de plus, il manque souvent du potentiel fluidique nécessaire à l'obtention de ce que vous désirez. Exemple : vous dites à une personne hypnotisée : « J'évoque l'esprit d'Untel. Décrivez-le moi ». Aussitôt, votre sujet, HALLUCINE, voit ce que vous lui avez ordonné de voir et — vous servant d'interprète — il vous permet de discuter avec un mirage ; ce qu'il vous dira sera de la pure imagination.

Au contraire, endormez votre sujet par magnétisme pur. Il vous répondra peut-être : « Untel n'est pas là ; je ne le vois pas ». Ou il vous dira : « Je ne suis pas assez magnétisé ; continuez ! Or, vous l'avez déjà magnétisé quarante cinq minutes ou une heure ! Et il vous faut poursuivre la magnétisation.

Aussi, la bonne méthode est-elle de commencer par hypnotiser le sujet et de le magnétiser ensuite quelques minutes. Nous verrons plus tard comment le sujet-médium vous guidera lui-même pour ce faire. Passons aux procédés à mettre en oeuvre. Bien entendu, si vous avez la chance (rare) de trouver une personne qui tombe rapidement en sommeil magnétique, laissez de côté l'hypnotisme qui ne vous servira à rien.



Le regard et les hypnodiscs —
Quand vous serez devenu un grand hypno-magnétiseur, il vous suffira de fixer votre sujet entre les yeux en lui répétant mentalement (et énergiquement) l'ordre de s'endormir. Il fermera les yeux et dormira de seconde en seconde plus profondément, sous l'action combinée de votre regard fixe et de votre suggestion mentale. Je vous saluerai alors très bas quand j'aurai l'honneur de vous rencontrer. Mais en attendant il vous faudra avoir recours à d'autres moyens. Cependant, entraînez votre regard (voir le chapitre II ) et votre concentration mentale ; car c'est là le procédé-maître auquel vous devez tendre.

En toutes occasions, mettez en œuvre Le double procédé d'action, sans vous laisser décourager par les très nombreux échecs que vous rencontrerez au début. Sans que vous vous en rendiez compte CHAQUE TENTATIVE DEVELOPPE VOTRE POUVOIR. Vous suivez une personne dans la rue : essayez de la faire se retourner et vous regarder. Si vous n'y réussissez pas, c'est peut-être qu'elle n'est pas sensible, ou qu'une pensée l'absorbe, mais c'est plus probablement parce qu'elle résiste à une forte envie de se retourner.

Vous êtes assis à la terrasse d'un café ; une personne va passer devant vous sur le trottoir opposé ; regard fixe à sa tempe et ordre de vous regarder. Peu à peu vous obtiendrez quelques résultats, puis d'autres plus nombreux. Pour vous prouver l'efficacité de ce procédé, je vais vous citer quelques faits peu recommandables que j'ai personnellement connus : le jeune homme qui allait à la messe s'amuser à faire bafouiller le prédicateur — cet autre jeune homme qui, fixant à la nuque le conducteur d'un tramway, lui faisait franchir tous les arrêts sans stopper (et qui fut conduit au violon par un inspecteur de sûreté réfractaire à l'hypnose) — un quidam qui, fixant dans les yeux le caissier d'une banque, se faisait remettre tout l'argent de la caisse... et se fit coffrer. Quant à moi, je pus un jour mater ainsi un grand chien qui voulait tuer un tout petit chien qu'une jeune fille effrayée tenait au-dessus de sa tête.

En attendant que votre regard soit suffisamment fort, vous pourrez utiliser un de ces artifices connus sous le nom général d'hypnodisc.

Le véritable hypnodisc est un strass collé sur un disque noir et qu'on déplace lentement en cycloïde descendante devant les yeux du patient afin de les fatiguer et d'amener le sommeil. On utilise aussi d'autres instruments : pendule de radiesthésiste (en métal ou cristal) qu'on balance devant le sujet — bague ornée d'un brillant — miroir à alouettes —flamme d'une bougie, etc... etc...

Voici maintenant deux procédés d'hypnotisation : le grand procédé, à employer avec les personnes non entraînées au sommeil hypnotique ; le petit procédé, que vous pourrez utiliser plus tard quand votre sujet s'endormira facilement.

Ces procédés ne sont pas de moi, car je n'ai inventé ni le magnétisme, ni l'hypnotisme. Ils sont ceux dont je me suis servi depuis de longues années après en avoir essayé d'autres ; ils sont inspirés des ouvrages de P.C. Jagot et d'Albert Caillet.


1) Faites placer le sujet debout devant vous, les pieds joints. Assurez-vous qu'il est bien relaxé : si vous soulevez un de ses bras, celui-ci doit retomber lourdement dès que vous le lâchez.

2) Dites au sujet de vous regarder dans les yeux. Et fixez-le vous-même ENTRE LES YEUX, sans ciller. (Ou faites-lui regarder un hypnodisc). Suggérez-lui, d'une voix assez grave, lente, martelée, et autoritaire, que ses yeux se fatiguent, que ses paupières deviennent lourdes, très lourdes.. qu'il a peine à tenir ses yeux ouverts... (En vous-même IMAGINEZ FORTEMENT votre sujet les yeux fermés).

Si votre sujet commence à cligner des paupières, continuez par suggestion à lui faire fermer les yeux. Sinon, n'insistez pas et dites-lui : « Maintenant, fermez vos yeux et ne les laissez plus s'ouvrir ».

3) Passez derrière votre sujet. Appliquez-lui vos mains bien à plat sur les omoplates. En IMAGINANT FORTEMENT ce que vous dites, affirmez-lui avec autorité que, dès que vous retirerez vos mains, il sera irrésistiblement attiré en arrière. Retirez alors lentement vos mains en lui disant, par exemple : « Vous êtes attiré fortement en arrière — N'ayez pas peur : je vous tiens, laissez-vous aller. Plus vous voulez résister, plus vous êtes attiré. VOUS TOMBEZ ! VOUS TOMBEZ »

Si le sujet ne tombe pas, cessez en lui affirmant que « la prochaine fois » cela réussira.

S'il tombe, faites-le immédiatement asseoir sur une chaise et, sans le laissez se reprendre,

4) Faites-lui garder les yeux fermés et tendre les bras, fortement, devant lui. Exécutez des passes longues sur les bras, en les frôlant du bout des doigts pour qu'il les sente. En même temps affirmez-lui que, par votre magnétisme, vous lui raidissez les bras, qu'ils deviennent durs et raides comme des barres de fer. Joignez-lui les mains et faites-lui entrecroiser les doigts. Serrez ses mains dans les vôtres en lui affirmant que ses mains se soudent que quand vous aurez compté jusqu'à 7 il ne pourra plus les séparer. Dites à votre sujet d'ouvrir les yeux et de regarder les vôtres. Regardez-le fixement et posez votre main droite sur ses mains. Dites énergiquement : « 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, vos mains « sont soudées, collées, plus vous voulez les disjoindre, plus elles se soudent ».

5) Dites à votre sujet que ses bras se détendent, s'amolissent. Faites-lui serrer les poings et, lui prenant les poignets, faites tourner ses poings l'un autour de l'autre. Énergiquement, ordonnez-lui de regarder fixement ses poings. Suggérez-lui : que ses poings tournent tout seuls (lâchez-les peu à peu au fur et à mesure que l'automatisme se produit) — qu'il ne peut plus empêcher ses poings de tourner — que ses poings qui tournent lui fatiguent les yeux — que ça va l'endormir irrésistiblement — qu'il sent le sommeil le gagner — qu'il s'endort de plus en plus.

6) Quand vous voyez le sujet fermer les yeux, suggérez-lui que ses poings cesseront de tourner quand il sera complètement endormi.
Ce procédé, indiqué par Albert Caillet, est précieux, car vous savez quand votre sujet dort puisque ses poings s'arrêtent. Vous pouvez alors : ou expérimenter, ou approfondir son sommeil, ou le magnétiser avec une grande efficacité, car il est alors très réceptif.

Quand vous échouez au cours de ces essais, réveillez votre sujet en l'appelant par son prénom, en lui ordonnant de s'éveiller et en lui envoyant sur les yeux des souffles froids. Dites-lui que tout va très bien et que les résultats seront encore meilleurs la prochaine fois.

Quand vous remarquez que votre sujet s'endort maintenant très rapidement, vous pouvez essayer de passer à une méthode plus simple et plus rapide que nous appellerons le Petit procédé.



Faites asseoir votre sujet dans un fauteuil à dossier haut pour qu'il puisse appuyer sa tête. Ou sur une chaise longue, un « transat », un divan, un lit. A la rigueur vous pouvez l'endormir sur une chaise et même debout, mais dans ce cas, lorsqu'il ne saura plus tenir sa tête droite, veillez bien à ce qu'elle penche sur sa poitrine. Et ça ne sera guère aisé de travailler dans ces conditions.

Supposons donc le sujet confortablement installé dans son fauteuil.

1)      Posez vos doigts sur les côtés de sa tête. De vos pouces, massez-lui doucement les tempes. En ce faisant regardez dans les yeux, le REGARD FIXE, et suggérez-lui — d'une voix énergique, martelée et monotone — que ses yeux se fatiguent, que ses paupières deviennent de plus en plus lourdes, qu'elles vont se fermer ir-ré-sis-ti-ble-ment... qu'elles se ferment... qu'elles sont fermées et qu'il ne peut plus les ouvrir.

Continuez vos suggestions jusqu'à ce que vous ayez obtenu l'occlusion des paupières...

2)      Gardant le bout de vos doigts sur les tempes, posez DOUCEMENT vos pouces sur les paupières closes. Massez les yeux DELICATEMENT, en tournant. En même temps, suggérez à votre sujet que tous ses muscles s'amollissent, et que tout son corps se détend... que sa tête pèse de plus en plus lourd... qu'il ne sait plus la tenir droite...

Quand la tête pèse lourdement sur le fauteuil :

3)      Avec vos pouces, faites sur le front de lentes frictions partant de la racine des cheveux et allant jusqu'aux tempes en frôlant le haut des sourcils. En ce faisant, suggérez au sujet que tout est noir, que ses idées s'embrouillent, que la somnolence s'empare de lui, qu'il a sommeil, qu'il va s'endormir irrésistiblement, qu'il s'endort, qu'il dort de plus en plus profondément, que quand vous aurez compté jusqu'à 7 il sera complètement endormi : a 1... 2... 3... 4... 5... 6... 7... Vous dormez, mais du sommeil hypno-magnétique. Donc, vous m'entendez et vous pouvez me répondre sans vous éveiller ».



QUE vous ayez endormi votre sujet par l'hypnose ou par magnétisme, vous devez vérifier le sommeil et en mesurer la profondeur. En voici plusieurs moyens :

a) Demandez au sujet s'il dort. Si, de sa voix la plus naturelle il vous répond : a Oh, non pas du tout », c'est raté. S'il vous répond : non, d'une voix blanche, endormie, c'est qu'il dort sans le savoir. Dites-lui qu'il ne s'agit pas du sommeil naturel et que, bien qu'il vous entende il dort. S'il ne répond pas, c'est qu'il est trop endormi pour dire non, mais pas assez pour vous répondre. Dans ce cas faites-lui des passes magnétiques lentes. S'il vous répond a oui », passez aux expériences prévues.

b) Etendez-lui un bras, horizontalement ou verticalement. Et dites-lui que son bras reste ainsi. Lâchez le bras, s'il reste étendu le sujet dort.

c) Tout en suggérant au sujet qu'il dort de plus en plus fort et que vous seul pouvez l'éveiller, soulevez-lui doucement une paupière ; si le sujet dort, l'oeil est révulsé et vous ne voyez que le blanc de l'oeil.

Si votre sujet dort, massez-lui doucement le sommet de la tête ; cela donnera à son sommeil un caractère somnambuloïde très utile.

Ici, ouvrons une petite parenthèse : les anciens hypnotiseurs ont dit que le sujet était d'abord en léthargie, qu'on le mettait en catalepsie en lui ouvrant les yeux et que, ensuite, on le mettait en somnambulisme en lui pressant le vertex. Vous n'obtiendrez tout cela que chez certains sujets, si vous le croyez, si vous le suggérez, si vous voulez l'obtenir. Chaque sujet a SON SOMMEIL à lui.

Par suggestion, par passes magnétiques, approfondissez le sommeil et suggérez l'impossibilité de s'éveiller sans votre ordre. Expliquez alors à votre sujet que lui et vous allez convenir d'un code : le sujet sera en sommeil léger, moyen, profond, très profond. Ce sera à lui de vous le dire. Et demandez-lui si son sommeil est léger, moyen, profond ou très profond. Suivant ce qu'il vous répondra et ce que vous obtiendrez, vous serez guidé pour vos travaux suivants.
Il faut, par suggestions répétées au début de chaque séance, dresser votre sujet, à ne vous répondre que ce dont il est certain. Il faut lui suggérer l'impossibilité de lire dans votre cerveau, les réponses que vous souhaiteriez, consciemment ou non ; ceci est TRES IMPORTANT.


Je tiens à signaler ici un procédé de mise en sommeil que le Maître Cabarel utilisait toujours avec succès. Cabarel endormait son sujet pour entrer en rapports avec des Entités spirituelles, esprits des morts, ou (mieux encore) esprits de la nature très intelligents. Il obtint ainsi des prédictions et révélations d'ordre scientifique dont certaines furent attestées par l'Union Spirite Française et par des autorités officielles.

Il commençait par évoquer les Esprits à l'aide d'un guéridon. Puis, quand la communication était bien établie : il posait le guéridon à la gauche du sujet, posait le bras gauche du sujet sur le guéridon pour établir une connexion avec l'Esprit, et, uniquement de la main droite, il magnétisait son sujet-médium pendant 45 minutes avant de l'interroger...

Je sais que certains magnétiseurs « matérialistes » hausseront ici les épaules : « Des Esprits ! calembredaines ! » Je demande à ceux là d'appliquer la METHODE de DES-CARTES : expérimenter d'abord, prendre parti après !

Emploi de la bougie. — Votre sujet assis confortablement DANS L'OBSCURITE, placez une bougie allumée devant lui, à quelques distance. D'une voix ferme et monotone, dites-lui de bien se relaxer et de regarder fixement la flamme. Suggérez que la flamme est de plus en plus éblouissante... que cela fatigue ses yeux... que ses yeux se ferment... que, les yeux fermés, il continue à voir la flamme, une flamme de sommeil qui l'endort... Alors, taisez-vous et magnétisez par passes...

Entrainement progressif du sujet-médium

LA meilleure des méthodes consiste à hypnotiser votre sujet pour le rendre plus sensible à l'action magnétique et à le magnétiser abondamment ensuite. Cependant, si vous parvenez à plonger votre sujet en état second uniquement par des passes magnétiques, il est inutile d'avoir recours aux manoeuvres hypnotiques.

Ne mettez pas la charrue avant les boeufs et entraînez doucement et progressivement votre partenaire. N'hésitez pas à vous faire conseiller par lui ; demandez-lui s'il est suffisamment magnétisé, s'il se sent bien, si votre façon de travailler est bonne.

Une des premières expériences à tenter est l'autoscopie.

Si votre sujet souffre de quelque trouble de santé, dites-lui que a dans l'état où il se trouve » il peut voir dans son organisme l'origine de ce trouble et savoir comment on peut supprimer la maladie. Un malade en sommeil magnétique ne se trompe jamais sur son état ; votre sujet VERRA ce qui est défectueux en lui, vous dira quelle est la cause de cette défectuosité et vous indiquera comment y remédier.

Si votre partenaire n'éprouve aucun trouble, dites-lui de s'examiner méthodiquement de la tête aux pieds et de vous signaler ce qu'il pourrait voir d'anormal.

Vous passerez alors à l'hétéroscopie.

Prenez les mains du sujet dans les vôtres. Suggérez-lui qu'il va voir vos organes dans votre corps, comme dans le célèbre homme de verre des musées d'anatomie. Et faites-vous examiner de la même façon. Le sujet peut ausculter ainsi, par voyance, toutes les personnes dont il tient les mains... ou une photographie. Ou encore, vous faites asseoir devant lui, sur une chaise, le « phantasme » (nous y revenons) d'un malade absent.

Le jour où il ne sera plus interdit aux médecins de pratiquer des examens par ce moyen, dans les cas douteux, ou de recourir en cas de besoin au sujet somnambule, ils ne prendront plus des foetus pour des fibromes et autres erreurs de diagnostics parfois mortelles. Bien des médecins sérieux et à l'esprit ouvert le voudraient, mais on le leur interdit. C'est à vous qui êtes malades, ou qui le serez demain, d'intervenir auprès de vos députés pour qu'ils exigent la modification en ce sens des lois régissant l'exercice de la médecine et que défendent quelques vieilles barbes imbues d'orgueil.


Quand votre sujet vous indiquera les remèdes naturels à appliquer, posez-lui cette question « Comment donc savez-vous tout ça ?» — Il vous répondra souvent : « On me le dit » ou « c'est un esprit qui me le dit ». Dès lors, il est devenu un sujet médium, appelé aussi médium magnétique. Il vous indiquera les manoeuvres magnétiques à exécuter. Parfois une entité étrangère au médium s'empare de son corps et soigne elle-même le malade.

Les maîtres magnétiseurs contemporains (DurvilleJagot) avaient conservé une conception très médicale du magnétisme thérapeutique. Pour telle ou telle maladie, ils conseillaient de faire telle passe à tel endroit, telle imposition perforante ou palmaire, etc... On sait maintenant qu'au point de vue magnétique, il n'y a qu'une seule maladie : le déséquilibre fluidique, souvent amené par une forme-pensée négative, et qui se manifeste sous des formes différentes (bronchite, entérite, etc.) suivant l'organe dans lequel il se manifeste. Il suffit alors de détecter l'endroit à magnétiser (qui n'est pas toujours l'endroit douloureux). Le magnétiseur exercé passe lentement ses mains sur le malade, à un ou deux centimètres de la peau. Et il magnétise là où il sent le fluide lui jaillir des mains. Le fluide jaillit-il plus fortement de sa main + il magnétise en positif ; est-ce de la main — ? il magnétise en négatif. C'est simple. D'ailleurs le sujet le guide.

Certains, qui pratiquent la radiesthésie, font cette détection au moyen de leur pendule.

Voyance ; clairaudience. — Votre médium magnétique se développant, vous pouvez maintenant aborder le domaine de l'Occulte. Ici encore je demanderai que l'on veuille bien «  essayer » avant de nier.

Bien avant que le moderne Spiritisme soit né aux Etats-Unis (1845), les occultes de l'Ecole Magnétiste, en particulier A. Cahagnet (Revue du Magnétisme, page 162, revue n° 4) communiquaient avec les Esprits. Si vous êtes intéressé par cet aspect de l'Art magnétique, vous avez intérêt à lire les ouvrages du grand magnétiseur Charles Lancelin, ami et continuateur d'Albert de Rochas et de Hector Durville. Voir surtout ses livres : L'âme humaine — L'évocation des morts —La vie posthume — Méthode de dédoublement personnel —Mes cinq dernières vies antérieures.

Bien que pratiquant le spiritisme à l'aide du oui-jà (aujourd'hui supplanté par un simple verre à boire), Lancelin fit surtout ses étonnantes expériences à l'aide de nombreux sujets-médiumsendormis par le magnétisme.

Cette partie très importante de notre science eut pu être placée en fin de ce cours dont elle constitue le couronnement Nous la plaçons ici parce que, dès le début de son entraînement, le sujet devient apte à vous mettre en relations avec ce que Lancelin appelait : les Entités du Mystère. Le sujet endormi passe rapidement en somnambulisme, surtout si vous lui massez doucement le sommet du crâne (où les yogis situent le chakra Brahmanandra). Il voit et il entend les esprits, les esprits des morts et aussi les esprits de la nature dont certains sont extraordinairement évolués et intelligents. Notez que souvent les esprits des morts nient l'existence des esprits de la nature, car ils ne les ont jamais vus.

Votre sujet étant bien endormi, aussi profondément que possible, demandez-lui s'il est suffisamment magnétisé pour voir les esprits. Sinon magnétisez encore.

Ne lui dites pas qu'il va voir des esprits, afin de ne pas courir le risque de provoquer chez lui des hallucinations. Dites-lui : «  Nous allons appeler des esprits. Prenez garde de ne pas prendre des images mentales pour des êtres réels. Ne me dites rien dont vous ne soyez sûr ».

Comme vous ne savez pas QUI peut se manifester, il est prudent de tracer autour du sujet, un cercle magique de protection. Plus tard vous pourrez, par des expériences, constater que c'est chose sérieuse et non mômerie.



Les spirites traditionnels évoquent les Esprits au moyen  d'un guéridon, d'une planchette spirite dite « oui-jà », ou d'un verre retourné, planchette et verre étant posés sur un alphabet. Ou bien, après avoir prié (c'est-à-dire appelé télépathiquement) les Entités de l'Au-delà, ils se mettent en vide mental ; et s'ils ont le don de médiumnité, ils voient et entendent les Esprits ; ou se trouvent incorporés par eux, c'est-à-dire que l'Entité s'empare de leur corps et parle par leur bouche. Il existe encore d'autres moyens ; citons : les déplacements d'objets, les photographies d'Esprits, les matérialisations (excessivement rares). Parfois l'Esprit écrit un message sur un papier enfermé dans une boîte (écriture directe) ou matérialise des fleurs ou autres objets dans la salle de séance. Enfin, les médiums écrivains, écrivent sous la dictée des Esprits (ou de leur subconscient) des « messages » dont quelques-uns sont sensationnels... mais dont beaucoup sont purement imaginaires et même parfois ridicules.

La supériorité écrasante du Médium magnétique, c'est que — profondément endormi du sommeil magnétique, et mis en somnambulisme par un doux massage du vertex —IL VOIT ET ENTEND les Entités si elles se manifestent... et ne voit rien si elles ne viennent pas. Il ne risque donc pas de prendre pour des communications d'Esprits les divagations de son subconscient et de se décourager !



Après avoir appelé ardemment les Esprits et avoir ORDONNE à votre sujet-médium de joindre ses appels aux vôtres, demandez-lui à mi-voix s'il voit quelque chose. Si c'est non, continuez à faire alterner vos appels avec des passes longues pour approfondir le sommeil.

Quand votre médium dira voir des Etres ou des Lumières, soyez encore prudent. Si le médium voit simplement une lumière c'est que l'Entité est d'un ordre élevé ; le sujet ne voit que l'aura lumineuse dont est entouré cet Etre trop peu matérialisé pour que sa forme astrale soit vue. La première fois que je pratiquais une telle évocation, mon médium dit voir deux Esprits, l'un bon, l'autre mauvais. Mais ils disparurent aussitôt. La deuxième fois, il vit deux Entités lumineuses « suspendues en l'air ». Elles étaient vêtues de robes blanches et coiffées de turbans et avaient un air sévère et majestueux. Elles dirent qu'elles venaient pour nous aider.

Dites d'abord à votre sujet-médium de ne pas se laisser leurrer par des images mentales issues de son psychisme, ou du vôtre, ou de celui d'un tiers. Dites-lui d'affirmer : « Si je vois là de simples formes-pensées, j'ordonne qu'elles disparaissent ». Si les Etres sont toujours là, il faut alors lui faire examiner l'aura, c'est-à-dire la lueur dont ils sont entourés. Si elle est blanche, bleue ou dorée c'est excellent ; verte c'est passable ; mais si elle est rouge, orange, brune ou grise, méfiez-vous.

N'oubliez pas que vous pouvez aussi appeler le Double d'une personne vivante qui viendra à votre appel tout aussi bien qu'un être désincarné.


Pour appeler un Esprit, Cahagnet l'appelait à haute voix par son nom et son prénom. Et son médium, même s'il ignorait tout de cet être, prouvait sa présence en donnant de lui son signalement exact. J'ai employé maintes fois le même procédé avec succès. Le prénom et le nom d'un être ont une grande puissance pour l'appeler, par leurs vibrations verbales. C'est pourquoi les Esprits-Guides répugnent souvent à donner leur nom et se parent d'un pseudonyme.

Gardez-vous bien d'appeler directement un décédé dont vous désirez la visite. Vous ignorez s'il est en état de vous répondre et si vous ne lui nuirez pas gravement. Ne l'appelez ainsi que si vous êtes déjà entré en contact avec lui. Dans les autres cas, dès qu'un Invisible se sera manifesté aimablement à vous, demandez-lui d'aller voir celui que vous voulez appeler et de vous l'amener si cela n'est pas nuisible pour lui.

Quand votre médium sera bien entraîné, vous pourrez par « suggestion post-hypnotique » (voir plus loin) lui conférer la faculté de conserver après son réveil, la faculté de voir et d'entendre les Esprits. Mais notez bien deux choses :

1) N'oubliez pas de préciser dans votre suggestion que votre sujet pourra, s'il le veut, suspendre momentanément cette faculté, car elle pourrait devenir obsédante.

2) Si vous cessez de travailler magnétiquement avec votre sujet, il perdra peu à peu cette précieuse faculté.

En accord avec l'Esprit instructeur qui, tôt ou tard et sur votre demande, suivra vos travaux, vous pourrez obtenir — en suivant ses indications — des apports, matérialisations et autres phénomènes du Spiritisme transcendantal. Des médecins, chirurgiens et guérisseurs désincarnés, viendront à votre appel vous soigner et soigner ceux qui vous sont chers, dans des cas parfois sans espoir.



LES anciens Maîtres français du Magnétisme : Rochas, Hector et Henri Durville, Charles Lancelin, dédoublaient leurs sujets par de longues séances de passes magnétiques. Ils déversaient en eux de telles quantités de fluide que le MOI des sujets, revêtu de leur corps fluidique, sortait de leur corps physique et se projetait avec la vitesse de l'éclair là où on voulait les envoyer — aussi bien dans le monde physique que dans les plans de l'Au-delà.

Or, en lisant un ouvrage du colonel Caslant, l'idée me vint qu'on pouvait procéder plus simplement. Puisque, quand nous dormons, nous ne sommes plus dans notre corps (tous les spiritualistes le savent), le sujet en simple hypnose, ou tout simplement endormi par passes, peut très bien quitter son corps POURVU QU'ON LE LUI SUGGERE. Et c'est ce qui se produisit dès le premier essai.

Demandez à votre sujet s'il est profondément endormi. Sur sa réponse affirmative, dites-lui que, en ce cas, il n'est plus attaché à son corps physique. Dites-lui alors, par exemple, ceci : « Ne vous occupez plus de votre corps physique si encombrant ; voyez le corps fluidique dans lequel vous êtes maintenant, beau, jeune, léger ; ne vous servez plus que de lui ; levez-vous hors de votre enveloppe physique, avancez-vous de quelques pas ; allez voir ce qui se trouve de l'autre côté du mur et dites-moi ce que vous voyez ».

Il se produit alors un phénomène curieux et très pratique. Même si vous avez envoyé le Double de votre sujet voir et entendre ce qui se passe à 1.000 kilomètres, il vous parlera étant là-bas, MAIS SON CORPS PHYSIQUE REPETERA SES PAROLES.

Ainsi, étant à Roubaix, j'ai pu suivre grâce à mon sujet, une partie des discussions qui se déroulaient à cet instant à un congrès spirite international à Londres. Mon sujet, sur ma demande, me donnait le signalement des interlocuteurs. Et les délégués français les reconnurent ensuite quand je les leur décrivis. Or, je ne connaissais pas ces participants étrangers. Petit détail : mon sujet ne connaissait pas un seul mot de la langue anglaise ; son Esprit, lui, comprenait « le sens des mots » et traduisait.

Lorsqu'il s'agit de visiter les « plans » de l'Astral, de l'Au-delà, confiez le Double du médium à un « Esprit-Guide » sûr. Et convenez avec ce guide qu'il ramènera votre médium, de gré ou de force, au maximum dix minutes plus tard. Car, très souvent le médium se trouve si bien dans l'Au-delà qu'il ne veut plus revenir.

Avant de réveiller votre médium : demandez-lui s'il se sent bien — suggérez-lui que tout son organisme fonctionne à merveille — qu'à son réveil il se sentira très bien, plein de force, très heureux — ordonnez-lui de se souvenir parfaitement de tout ce qu'il a vu, entendu, ressenti, perçu. Et vous verrez que le récit qu'il fera à son réveil sera plus détaillé, plus intéressant que ce qu'il aura dit en état second.

Faites des vérifications. Envoyez votre sujet voir ce qu'un tiers aura mis, à son insu et à votre insu, sur une table dans telle salle éloignée. Ou faites-lui décrire l'intérieur d'un local où ni vous ni lui n'avez jamais pénétré, mais que vous pourrez visiter ensuite pour vérifier.

Votre sujet, dédoublé, peut aller questionner votre ennemi acharné sur ses intentions à votre égard. Et cet ennemi, ou plutôt son subconscient, répondra, sans que l'individu en ait conscience. Ce procédé m'a bien rendu service. D'autant plus que, sur vos indications, votre sujet pourra suggérer à ce quidam de renoncer à vous nuire. De même, votre médium peut aller au loin soigner un malade par magnétisme et suggestion. Il pourra même se faire aider en cela par des entités charitables.

Et si vous voulez que des entités de l'Au-delà vous répondent (humains désincarnés ou esprits supérieurs de la nature) n'oubliez pas de les appeler télépathiquement, de les « prier » de vous répondre en s'incorporant dans le corps physique du médium dédoublé.

J'ajouterai ceci : alors que les spirites français ont peu de bons médiums et éprouvent de sérieuses difficultés à prouver l'existence réelle de l'Au-delà, les spirites d'Angleterre, des Etats-Unis et du Brésil, sont comblés de médiums de qualité et de faits expérimentaux indéniables. Pourquoi ? Parce que, dans ces trois pays, le spiritisme n'est pas pratiqué comme en France dans un esprit froid et méfiant de laboratoire ; les entités spirituelles ne sont ni des microbes, ni des cobayes, ni des clowns. Et je préciserai qu'ils n'ont pas pour fonction de vous faire gagner le tiercé. Pour les Anglais, les Américains du Nord, les Brésiliens, le spiritisme est un acte religieux. Les psychistes (yogis) de l'Inde, du Tibet, du Japon, de Thaïlande, etc... pratiquentdans le même esprit spiritualiste leur entraînement à l'accession consciente aux plans supérieurs de l'Univers. Et l'on sait quels prodiges ils opèrent.

Faut-il donc que nous fassions du Magnétisme une religion ? Certes pas ! Mais retenons la leçon. Si ces expérimentateurs religieux ont ces résultats, C'EST QUE LA FOI ACTIVEFORTEMENT LES VIBRATIONS DE LEUR ETRE PSYCHO-FLUIDIQUE. Au moment d'expérimenter, exaltons notre pensée et celle de notre sujet-médium jusqu'à un certain mysticisme religieux. Croyons, prions et travaillons AVEC FOI !

Ensuite, examinons les résultats obtenus avec l'esprit froid et critique des chercheurs, des expérimentateurs ; que notre Oratoire devienne alors un Laboratoire où toute expérience douteuse sera nulle et non avenue.

Alors, les « Frères Ainés » qui nous guident, voyant notre ardeur et notre sérieux, viendront chercher le Double de notre médium endormi et avec son concours, s'emploieront à nous aider. Ils chercheront à se matérialiser, à se faire photographier (en pose, dans la pénombre, ou à l'infrarouge) à enregistrer leur voix sur les bandes de nos magnétophones, à nous guérir, à nous instruire.

Je n'ai pas l'intention de développer dans ce cours toutes les connaissances acquises par les magnétiseurs. Je vous rappellerai « in fine » une courte liste d'ouvrages que vous pourrez consulter. Il me reste à vous enseigner : la suggestion post-hypnotique — la régression de la mémoire — la précursion de l'avenir.


EN fait, les chapitres précédents vous ont déjà fait pratiquer la suggestion. Mais, avant de nous pencher sur la suggestion post-hypnotique, il faut que nous soyons bien maîtres de cet Art qu'est la suggestion.

Quand nous adressons à quelqu'un une suggestion mentale, l'opération est simple parce que la personne ainsi influencée croit que les pensées qui surgissent dans son mental sont ses pensées à elle. Mais, lorsque vous donnez une suggestion verbale, votre patient — s'il n'est pas plongé dans une hypnose profonde — se rend compte que vous cherchez à lui faire admettre vos idées, voire vos ordres. Et cela risque fort de faire naître chez lui une contre-suggestion, c'est-à-dire qu'il aura tendance à refuser votre suggestion et à en prendre le contre-pied. L'art du suggesteurconsiste donc à le persuader que c'est lui-même qui pense ce que vous voulez lui faire admettre ; ou tout au moins à lui présenter la chose de façon telle qu'il accueille votre suggestion avec plaisir.

Supposons par exemple que vous vouliez endormir votre nouveau sujet par des suggestions jointes à vos passes magnétiques. Si vous regardez votre partenaire comme un serpent qui va croquer un oiseau, en lui criant sous le nez : « Dormez, je le veux, et obéissez-moi », votre patient, s'il n'est pas naïf et aboulique, se rebiffera, effrayé, et repoussera l'hypnose. Parlez-lui donc fermement mais gentiment ; dites-lui — ce qui est vrai d'ailleurs — que l'action magnétique est excellente pour sa santé, qu'il va être bien détendu, se sentir très bien, que d'ailleurs il sent déjà ses muscles bien relaxés, qu'il sent déjà un très agréable engourdissement s'emparer de lui, que ce lui serait agréable de dormir un peu, que —d'ailleurs — il sent ses paupières devenir lourdes, qu'il a envie de dormir, etc... etc...

Et avant de le réveiller suggérez-lui : qu'il se sent très bien, très calme, très reposé, qu'en s'éveillant il se sentira gai, plein de vie et qu'une sensation très agréable se répandra dans tout son corps. Ainsi il sera désireux d'être mis à nouveau dans cet état d'hypnose magnétique.

De même, vous pouvez être amené à guérir un fumeur de sa manie d'emplir ses poumons de fumée et ses artères coronaires de nicotine. Il serait maladroit de lui dire : « Je vous défends de fumer ; quand vous voudrez fumer vous sentirez votre gorge se serrer, etc... ». Décrivez-lui les ravages horribles de l'infarctus ou du cancer des poumons ou de la gorge ; montrez-lui combien c'est effrayant ; suggérez-lui de voir, dans sa pensée, le cancer noir allongeant partout ses tentacules comme une pieuvre. Faites-lui alors remarquer que la fumée du tabac a un goût âcre ; dites-lui que ce goût lui fait lever le coeur et qu'il en a horreur, que le tabac le dégoûte chaque jour davantage et qu'il n'en supporte plus l'odeur, etc... Questionnez-le ; faites-lui fumer une cigarette en lui suggérant adroitement l'écœurement. Affirmez-lui alors que ce profond dégoût glisse dans son subconscient et en jaillira chaque fois qu'il sera sur le point de fumer.

Ici commence la SUGGESTION POST-HYPNOTIQUE ! Dites à votre patient de vous dire lui-même : « En m'éveillant je vais oublier les suggestions que je viens de recevoir mais elles veilleront dans mon subconscient. Chaque fois que je serai sur le point de fumer j'éprouverai un profond dégoût du tabac ». Et éveillez doucement votre sujet.

Pour donner une suggestion post-hypnotique à une personne en état second, il faut :

a) s'assurer que cette personne est bien en hypnose,

b) qu'elle vous comprend bien,

c) bien lui expliquer, clairement mais brièvement, ce que vous voulez,

d) lui faire dire elle-même qu'à tel moment elle agira de telle façon,

e) lui faire dire qu'à son réveil elle oubliera l'ordre, mais qu'il restera dans son subconscient et qu'à tel moment ou en telle circonstances elle obéira à la suggestion.

Une brave dame qui faisait partie autrefois de mon groupe expérimentait, niait toujours avoir été « endormie » parce que — disait-elle — elle m'avait toujours entendu parler. Je lui avais expliqué en vain que l'hypnose, surtout obtenue par les procédés magnétiques, est différente du sommeil naturel ; rien n'y faisait. Un jour, je lui donnais la suggestion post-hypnotique qu'elle ne pourrait se lever de sa chaise tant que je ne lui en donnerai pas la permission. Eveillée, elle soutint encore n'avoir pas dormi. Sans insister, j'emmenai les autres participants s'asseoir autour d'une table qui se trouvait derrière elle. La malheureuse faisait des efforts désespérés pour s'arracher de cette chaise sur laquelle elle restait collée. Saisissant le siège à deux mains elle poussait de toutes ses forces, devenait toute rouge, pâlissait, tandis que les assistants très égayés, lui demandaient ce qu'elle faisait là. Finalement, je lui dis qu'elle ne pourrait se lever que lorsque je le lui permettrais. Elle demanda la permission, je l'accordai et elle se leva aussitôt. Cette dame fut très amusée par son aventure ; mais elle ne se souvint jamais de la suggestion reçue, alors qu'elle se rappelait très bien du reste de notre conversation. Et elle fut alors persuadée d'avoir été effectivement en hypnose.

D'ailleurs, l'état second, dit : hypnose, n'est pas forcément un sommeil. Le sujet s'endort quand, étant en hypnose, il reçoit l'ordre de dormir. On peut mettre une personne en hypnose et lui suggérer qu'un bloc de glace est brûlant, sans qu'elle soit le moins du monde « endormie ». Il est certain, par contre, qu'en saturant une personne de fluide on finit par la mettre, généralement, dans une sorte de sommeil conscient appelé : sommeil magnétique ou hypnose magnétique. Quand vous réveillez votre sujet, il est possible qu'il ait tout oublié ou qu'il se souvienne de tout ou d'une partie de l'expérience. Vous devez, avant le réveil, lui dire s'il doit oublier ou se souvenir. Mais, en cas de suggestion post-hypnotique, il faut lui faire oublier celle-ci même si vous lui ordonnez de se souvenir de tout le reste du travail fait.

Chaque fois que cela est possible, il faut donner un signal de déclenchement de l'exécution, Par exemple :

—        quand la pendule sonnera neuf heures, vous entendrez crier « au feu »,
—        le dix août prochain, à 10 heures, vous éprouverez le besoin irrésistible de me voir et vous viendrez chez moi,
—        quand vous prendrez une cigarette à la main, vous éprouverez un profond dégoût du tabac,
—        quand Monsieur X essaiera de vous endormir, vous deviendrez aussitôt absolument réfractaire à son action,
—        dès que je poserai mon pouce sur votre front (ou : quand je dirai « dormez ») vous tomberez dans une hypnose profonde.

Le signal indiqué, quand il se produira, déclenchera un choc psychique chez le sujet et l'ordre jaillira de son subconscient. Ainsi, quand votre sujet sera bien entraîné à voir les Esprits, vous pourrez lui donner la faculté de les voir quand il les appelle ET CELLE DE NE PLUS LES VOIR quand il ne le voudra plus. C'est très important. Et retenez bien qu'il faut lui suggérer LA FACULTE de les voir et non l'ORDRE de les voir, car vous risqueriez alors qu'il soit sujet à une hallucination et aperçoive, par ordre, des Esprits inexistants.

Régression de la mémoire et précursions dans l'avenir

LA doctrine de la Réincarnation a fait couler beaucoup d'encre et de salive ; les peuples anglo-saxons, pétris de Bible, répugnaient à l'admettre. Il est d'ailleurs difficile de faire admettre à un Anglais qu'il est peut-être la réincarnation d'un Boër, et que, dans sa vie future, il sera peut-être hindou. Cependant, tout pratiquant de l'hypno-magnétisme peut prouver la réalité de cette doctrine, savoir ce que furent les précédentes incarnations de son sujet-médium, ce que furent les siennes ou celles de telle autre personne qu'il examinera.

Nous ne ferons pas ici l'historique de ces recherches accomplies en France au XIXe et au XXe siècle par les de Rochas, les Durville et les Lancelin. Précisons cependant que ces Maîtres compliquèrent beaucoup la chose en croyant qu'il était nécessaire de faire repasser les sujets par la vie utérine. On sait maintenant que, si l'Esprit prêt à s'incarner a un lien fluidique avec le fœtus, il ne s'incarne réellement qu'au moment où le nouveau-né aspire sa première bouffée d'air pour pousser son premier cri. C'est pourquoi la Bible dit que Dieu (ou plus exactement : L'ELOHIM) ayant formé le corps de l'homme, lui donna la vie en lui soufflant dans les narines.

Donc, voici notre sujet plongé dans un profond sommeil. Annonçons-lui que nous allons le faire retourner dans son passé. Allons lentement car toute précipitation serait nuisible. Disons-lui de se reporter dans les souvenirs de son passé, qu'il se retrouve plus jeune. Après un moment de silence pendant lequel nous le magnétisons encore, demandons-lui : « Quel âge avez-vous ? » ce qui est beaucoup mieux que lui fixer dès l'abord, arbitrairement, un âge à notre gré. Dès qu'il a répondu, posez-lui des questions : où est-il ? que fait-il ? quelle est sa principale préoccupation ? Prenez des notes ou enregistrez tout cela avec un magnétophone. Vous pouvez alors essayer d'indiquer au sujet, en partant de l'âge qu'il a indiqué, celui auquel vous désirez le faire « rétrograder ». Ne tombez pas dans l'erreur de lui dire « d'avancer » à un âge antérieur, ou de lui demander : « où ETIEZVOUS ? » au lieu de : où ETES-VOUS ? ». Prenez bien garde aux mots que vous employez, ils doivent être exacts et précis pour ne pas créer de confusion dans le subconscient du sujet.

Pour la première séance, ne remontez pas plus loin que son enfance. Beaucoup d'expérimentateurs veulent, sur un quart d'heure, remonter de plusieurs siècles, ce qui amène le sujet à faire de graves erreurs.

Votre sujet étant RAMENE A LA DATE REELLE (ne l'oubliez jamais) et ceci progressivement et lentement, vous pourrez constater qu'il a retrouvé des souvenirs qu'il avait complètement oubliés.

A la séance suivante, amenez rapidement le sujet à l'époque que vous aviez atteinte la fois précédente. Et reprenant LENTEMENT la régression, essayez de le reporter à l'époque où il n'était qu'un bébé. A ce moment, normalement, votre sujet NE PARLE PAS ENCORE. Charles Lancelin lui ordonnait de « têter » pour acquiescer à ses questions. Alors, demandez-lui de se reporter bien avant sa naissance. Il y a de grandes chances pour qu'il soit dans l'Au-delà et vous précise dans quelle ambiance il vit. Demandez-lui : comment il est mort — quel âge il avait — et reportez-le à un âge antérieur dans son incarnation précédente. « Où êtes-vous ? — que faites-vous ? — quelle est votre préoccupation principale ? — qui dirige le pays ? — quels grands événements se passent-ils ? — etc... ». Notez bien toutes les réponses pour contrôle. Et demandez au sujet s'il vous tonnait déjà ; vous apprendrez peut-être que vous étiez déjà avec lui dans cette incarnation, car ce n'est pas rare.

Le sport va commencer quand vous voudrez vérifier tout çà !

Votre partenaire vous avait dit : « J'ai quarante ans, je suis soldat au 2e Dragons, nous sommes en 1870, Napoléon III dirige le pays, je suis dans une caserne, rue Clémentine, à Trifouilly-les-Dindons. Le maire est Jean Dupont ».

Vous écrivez au maire de cette localité. S'il veut bien répondre au farfelu que vous lui paraissezêtre, c'est pour vous signaler qu'il n'y a jamais eu dans sa commune ni dragons, ni rue Clémentine. Le sujet s'est tout simplement trompé de ville ; il a mélangé sa ville natale, la rue où habitait sa grand-mère dans un autre département, et un événement marquant de sa vie qui s'est passé ailleurs. N'allez pas croire qu'il vous trompe, qu'il affabule, ou que « tout ça c'est de la blague ». Il y a erreur de parcours et il faut recommencer plus lentement.

Par contre, il est fort possible que Monsieur le Maire vous réponde qu'il y avait à l'époque des dragons à Trifouilly et que la rue qui s'appelait autrefois Clémentine est actuellement baptisée : rue du Sergent Dupont. Vous pouvez alors approfondir les recherches, vous faire raconter toute la vie de Jean Dupont. Et remonter ensuite à une incarnation antérieure.

L'examen de cette nouvelle incarnation sera plus difficile. D'abord parce que son ancienneté sera telle que les preuves, et même les simples indices, se seront raréfiés. Ensuite, parce que votre médium magnétique mélangera aux souvenirs de cette incarnation ceux de sa vie sous Napoléon III. Et qu'il placera sous Louis XIII l'évasion en ballon de Gambetta. Il vous faudra faire patiemment le départ et vingt fois sur le métier remettre votre ouvrage. Lorsque Charles Lancelin reconstitua ses cinq dernières vies, il utilisa douze sujets magnétiques, ne retenant que ce qu'ils voyaient tous.

Votre sujet, vous tenant les mains, peut de la même façon remonter dans vos incarnations antérieures ; ou celles d'une tierce personne dont il tiendra les mains.

Le plus beau critère de sa véracité sera le récit de vos jeunes années dans la présente incarnation, alors qu'il ne vous connaissait pas et que vous-même aviez oublié totalement tous ces moments de votre vie dont l'émouvant souvenir ne manquera pas de vous émouvoir.

Hélas ! vous qui pensiez être la réincarnation de Caton l'Ancien ou de Socrate, vous apprendrez probablement que vous n'étiez qu'un obscur sabotier et peut-être même un bien triste sire. Et c'est normal puisque la logique veut que vous soyez en cette vie plus évolué que dans la précédente. Le contraire serait tragique puisque vous seriez alors en régression sur le passé.

Et l'étude de vos vies précédentes vous fera mieux comprendre le pourquoi de vos goûts, de vos phobies, ou de vos « dons ». Car il n'y a pas de dons mais seulement des acquis antérieurs.

Et vers l'avenir. — Mais voici que vous avez ramené votre Sujet du Passé jusqu'au moment présent (ne l'oubliez jamais !). Vous n'avez pas brûlé les étapes ; vous l'avez fait repasser lentement par les stades que vous lui aviez fait remonter. Il s'agit maintenant de l'envoyer explorer l'Avenir.

Ici, nous vous recommandons la plus extrême prudence : vous ne savez pas si votre Sujet ne sera pas mort l'année prochaine ; si vous l'envoyez deux ans en avant dans l'Avenir que se passera-t-il ? ne vous restera-t-il pas un cadavre dans les mains ? nous n'en savons rien ; alors soyez prudent.

Il faut d'abord suggérer à votre Sujet de scruter son avenir immédiat ; peut-il prévoir ce qui lui arrivera demain ? son organisme est-il en bon état ? peut-il s'avancer d'un jour dans l'avenir ? oui ? Alors nous sommes demain soir... y êtes-vous ?... que s'est-il passé dans la journée ? Recommencez pour remonter encore. Si votre partenaire vous assure qu'il peut sans danger avancer d'un mois, qu'il le fasse. N'oubliez surtout jamais de le ramener au jour, à l'heure et au lieu où vous expérimentez.

Naturellement, si votre Sujet s'est avancé sans encombres jusqu'à une certaine date, vous pouvez, à la séance suivante, le pousser de suite à cette date et reprendre alors votre avance circonspecte. Ne lui dites jamais : « Que faisiez-vous à telle date ? » dites lui : « NOUS SOMMES à telle date; QUE FAITES VOUS ? ».

Il faut ici bien préciser la différence entre « prévision de l'avenir » et « précursion dans l'Avenir ».

Prévision de l'Avenir : Votre Médium vous dit : « Au mois d'Août vous aurez un grave accident de voiture ». Décidez de rester enfermé chez vous tout le mois d'Août et vous n'aurez pas d'accident ; vous aurez conjuré le Destin.

Précursion dans l'Avenir : Le Sujet-Médium vous dit : «Je suis au mois de septembre. Je vous avais prévenu que vous auriez un accident de voiture en août. Vous n'en avez pas tenu compte. Vous pouviez DECIDER de ne pas sortir, mais vous avez DECIDE de sortir. Une voiture vous a tué le 14 août ; vous êtes mort ». Et ici il n'y a plus rien à faire ! Le Sujet, lui n'est plus avec vous dans le temps : il est déjà en septembre ; pour vous août c'est l'avenir, mais pour lui août C'EST LE PASSE : il se souvient de ce que vous avez fait en août.

En 1910, le colonel de Rochas avait ainsi envoyé Madame Lambert en 1917. Elle lui dit : « Vous êtes mort depuis trois ans » —. de Rochas est mort en 1914.



V OUS trouverez dans cet ultime chapitre un assemblage disparate d'indications diverses qui pourront vous rendre service.

• N'admettez jamais des imbéciles à assister à vos travaux. C'est, je crois, Albert de Rochas, à moins que ce soit Hector Durville, à qui est arrivée cette aventure. Le Sujet dédoublé avait été envoyé s'asseoir sur une chaise désignée, dans une pièce voisine. Un médecin « sceptique », qui se trouvait dans cette salle pour voir si quelque chose se produirait, eut une idée lumineuse : il saisit un gros marteau qui traînait là et en frappa violemment la chaise. Le Sujet resta de longs jours dans le coma et fut alité pendant plusieurs mois.

• Lorsqu'un Sujet est réfractaire au sommeil magnétique, on peut en venir à bout de plusieurs façons :

a) en l'influençant de plus en plus par travail sur son image mentale (phantasme).

b) en le magnétisant pendant quinze à vingt minutes pendant son sommeil naturel ; cela transforme le sommeil en sommeil magnétique.

c) Charles Lancelin faisait respirer de l'éther à la personne réfractaire jusqu'à ce qu'elle s'endorme, et la magnétisait alors.

• Un bon Magnétiseur doit pratiquer l'hypnotisme, au moins sur le phantasme d'un Sujet imaginaire. Ainsi, il acquiert la détermination, l'autorité, la certitude mentale que les choses se passeront comme il le veut. Un Magnétiseur timide et manquant de foi en lui ne sera jamais un Grand Magnétiseur. D'ailleurs, si vous connaissez un jeune homme timide, faites le s'exercer à l'hypnose et sa timidité s'évanouira comme neige au soleil.

• Si vous soignez un malade, passez lentement vos mains tout le long de son corps. Magnétisez là où vous sentirez un picotement dans le bout de vos doigts, ou une sensation de froid, ou une sensation de sortie du fluide comme si on dévidait du fluide hors de vos doigts. Et ne soyez pas surpris si cela se produit à hauteur du foie alors que la personne se plaint de migraine.

Il est très utile de faire cette recherche et cette magnétisation sur les ganglions de la colonne vertébrale ; ainsi le fluide joindra les organes en suivant les nerfs qui y portent l'influx nerveux.

Et n'oubliez pas que les vêtements de soie ou de nylon arrêtent en grande partie votre fluide.

• Souvenez-vous que votre Sujet-Médium, endormi sur les lieux où se sont passés des événements (combats, crimes, vols, rixes, etc.) et reporté à l'époque de ces événements, peut les voir et les entendre se dérouler.

Même, en tenant simplement une petite pierre venant d'un monument druidique (pierre de sacrifice) un Sujet m'a décrit les cérémonies qui s'y déroulaient, et m'a mis en rapport avec l'Esprit d'une druidesse.

On peut aussi utiliser des dessins symboliques : celtes, égyptiens, incas, etc, qui nous mettent en rapports avec les Egrégores correspondants.


Ce petit cours n'a pas la prétention de TOUT vous apprendre ; il vous met seulement le pied à l'étrier. Mais il est suffisant pour vous mener aux sommets de l'art magnétiste. Notez les expériences faites, les résultats obtenus, interrogez votre Sujet-Médium, lisez les ouvrages de nos Maîtres et intéressez-vous aux travaux de vos confrères.

Et que l'Esprit Universel bénisse vos efforts.




PRINCIPAUX OUVRAGES A CONSULTER

LUZY Antoine. — La puissance du regard.
JAGOT P. C. — Méthode scientifique moderne de magnétisme, hypnotisme, suggestion.
JAGOT P. C. — Initiation à l'art de guérir.
JAGOT P. C. — L'influence à distance.
LANCELIN Charles. — Tous ses ouvrages et en particulier « Mes cinq dernières vies antérieures ».
CAILLET Albert. — Traitement mental et culture spirituelle.
DURVILLE Hector. — Tous ses ouvrages.
DURVILLE Henri. — Tous ses ouvrages.
TROIS INITIES. — Le Kybalion.
Dr CROUZET. — Les merveilles du spiritualisme.




PARMI toutes les utilités du sujet somnambule, il faut faire une place à part aux divers contrôles de toutes sortes qu'on peut faire par son intermédiaire. Par exemple, j'ai eu connaissance jadis d'indications données par des somnambules au sujet de travaux de physique et de mécanique, d'inventions réalisées avec leur concours. Et aussi d'une panne de moteur automobile à laquelle le mécanicien ne comprenait rien et dont le motif fut trouvé par une somnambule qui ignorait ce que pouvait être un delco.

Moi-même, j'ai relaté par ailleurs (Forces spirituelles), comment un de mes sujets indiqua la cause d'une panne dans une machine qui venait d'être inventée et dont, seuls, l'inventeur et son fils connaissaient l'agencement interne.

Dans un autre article, je vous raconterai une séance de magie cérémonielle, telle qu'elle fut menée, et telle que la vit un sujet en hypnose. C'est depuis cette expérience que j'abandonnai totalement la magie traditionnelle, beaucoup trop dangereuse.

Aujourd'hui, je veux vous parler de séances de Spiritisme observées par ce moyen. Ce que je vais écrire ne plaira peut-être pas à tout le monde ; j'en suis navré, mais je ne désire pas me faire élire député. De plus TOUT LE MONDE peut refaire ces expériences et faire les mêmes constatations. Enfin, j'approuve pleinement la belle devise de la Société Théosophique : « Il n'y a pas de religions supérieures à la Vérité ». Des tonnes d'encre, de salive, et... de bile ont coulé dans la bataille entre spirites et métapsychistes ; ces derniers voulant, en général, expliquer tous les phénomènes spirites en niant l'existence des Esprits par n'importe quels arguments. Pour ma part, rompu au maniement de sujets mis en somnambulisme par hypno-magnétisme, j'ai examiné le problème spirite par ce moyen. Voici ce que j'ai fait ; à vous de reprendre ces expériences si le cas vous intéresse.

Tout d'abord, j'ai utilisé plusieurs sujets, successivement. Suivant le conseil du Maître que je m'étais choisi : Charles Lancelin, j'avais soin de donner à mes sujets la plus grande autonomie possible en leur suggérant :

1) L'impossibilité de lire dans ma pensée et celle des quelques assistants.

2) En leur ordonnant de ne dire que ce dont ils étaient certains pour l'avoir constaté eux-mêmes.

Des essais de transmissions de pensées eurent alors lieu ET ECHOUERENT !

Ces précautions prises, les sujets ont été testés par diverses expériences :

a) Me plaçant derrière eux, je tournais les aiguilles de ma montre SANS LA REGARDER, et le sujet m'indiquait l'heure ainsi marquée.

b) Je suggérais au sujet qu'étant en hypnose il n'était plus attaché à son corps ; je l'envoyais alors regarder ce qu'un tiers (et non moi) était allé poser sur une table ou un lit, dans une autre pièce ou à un autre étage. Ou je l'envoyais décrire l'intérieur d'une maison ou d'une chambre dans laquelle il n'avait jamais pénétré. Ou encore je l'envoyais voir ce que faisait —et pensait — telle personne éloignée.

Toutes ces expériences réussirent pleinement, démontrant ainsi la réalité de ce que voyaient ces sensitives. Et on voudra admettre, je pense, que de telles études sont plus intéressantes et plus probantes que les sempiternelles cartes de Zener dont on nous rebat les oreilles depuis de longues années sans aboutir à rien de pratique.

Il était donc assuré que ce que le sujet voyait était exact. A un certain nombre de reprises, je fis assister les somnambules à des séances de spiritisme. Il y eut des échecs marqués. Exemple : une de nos amies, profondément spiritualiste, idéaliste, intelligente, se croyait Médium écrivain. Elle écrivait « sous la dictée des Esprits supérieurs » des messages empreints d'une belle philosophie christique, exortant les assistants à la pratique d'une spiritualité splendide. Le jour où, réfugié dans un coin de la salle, je faisais observer la scène par mon sujet, celui-ci me dit : « Mais, il n'y a aucune Entité de l'Au-Delà ici ». Sur mes instructions il se dédoubla, et ne vit pas d'avantage d'Esprits. Puis, il « incorpora » le Double de sa main dans la main du soi-disant Médium et il me dit qu'il sentait sa main (fluidique) se glisser comme un gant dans la main (physique) de cette dame. Mais le sujet essaya longuement, en vain, de faire écrire la courte phrase que j'indiquais ; notre amie continua à pondre son homélie. On m'objecta alors qu'elle était un « Médium Inspiré ». Moi je veux bien, mais en ce cas nous le sommes tous et ce n'est plus là du « spiritisme ».

Je dois cependant dire que les expériences négatives furent beaucoup plus rares que les expériences positives. Il arriva fréquemment que tandis qu'un Médium donnait un message de Monsieur X..., le sujet me disait que c'était un Monsieur X... qui se manifestait et qu'il en donnait une description parfaitement conforme à la réalité.

Ou bien : une partie du message était donnée par la planchette oui-jà et le reste était dit au Sujet-Médium.

Je pus aussi refaire les expériences du Maître Albert Cahagnet. Comme lui, je demandais au somnambule en train de prescrire à un malade un traitement naturel : « Comment le savez-vous ? » et comme Adèle (le sujet de Cahagnet) il me répondit : « C'est un Esprit qui me le dit » ou encore : « On me le dit ». Ou, sur la demande d'une personne totalement inconnue, j'évoquais l'Esprit de... Jean Dupont. Le Médium-Sujet voyait alors un Etre, le décrivait en détail, transmettait ce qu'il disait. Et le signalement était reconnu exact, et le message concordait avec les préoccupations de l'Esprit et du consultant. Je sais bien que les savants « Je sais tout » expliqueront cela en mots à racines grecques et par des hypothèses cent fois plus invraisemblables que celle de la Survie, mais mon opinion est faite et vous pouvez faire vous-même la vôtre.

Voici maintenant le « bouquet ». On le sait, les médiums à effets physiques et à matérialisations sont rares, très rares. Et, sauf deux, ils furent tous pris à tricher, tôt ou tard, lorsque — leur faculté diminuant — ils se refusèrent à s'arrêter. Ce qui n'empêche pas que les premiers phénomènes produits aient été vérifiés et reconnus authentiques. De même qu'un savant devenu gâteux peut avoir été intelligent auparavant, et qu'un vieillard peut avoir eu vingt ans.

Or, je fus un jour invité à assister à une séance à effets physiques et à matérialisations non visibles mais tangibles. Séance tenue dans une obscurité totale et dont les contrôles me parurent nettement insuffisants.

Certaines choses furent vraiment étonnantes et excluaient toute tricherie. Le cadre de cet article ne me permet pas de détailler les faits et ce n'est pas d'ailleurs mon but. Mais il y eut une chose qui me parut suspecte : de nombreux apports de fleurs que les Esprits étaient censés matérialiser dans la salle. Il m'eût paru normal que ces fleurs, sitôt matérialisées, tombent verticalement. Or, j'en entendais claquer sur le mur voisin avant de tomber sur le sol ; comme si « l'Esprit » les lançait à toute volée. C'était trop beau ! La lumière rallumée, je trouvais sur le sol l'étiquette d'un fleuriste. C'était encore beaucoup plus beau !

Rentré chez moi, je fus convaincu qu'il ne s'agissait que d'une farce grossière. Mais ça n'expliquait pas tout. Par exemple qu'assis le dos au mur j'ai été touché par deux mains dont le propriétaire eut dû être... dans le mur. Où comment mes lunettes, ôtées de mon nez, s'étaient trouvées, DANS LA MEME SECONDE, sur le nez d'une dame, à cinq mètres de moi, dans une salle encombrée de chaises, dans l'obscurité complète, et sans que la dame ait pris les branches des lunettes dans la figure. Je voulus savoir comment avait opéré le « médium illusionniste ».

Deux jours après cette mémorable représentation, je plongeais mon sujet dans une hypnose profonde. Par suggestion, je le reportais au jour de la réunion et je lui dis que j'y allais ET QU'IL M'Y ACCOMPAGNAIT ; et me décrivait tout ce qu'il voyait.

Premier détail inattendu : le sujet me signale trois voitures stationnant devant la maison où nous nous rendions. A cette époque lointaine (peu après la dernière guerre) les voitures n'encombraient pas les rues et, cette rue étant courte, il n'y avait là que ces trois voitures. Le sujet les décrit etje reconnais parfaitement ces trois véhicules que je connais bien car ils appartiennent à des amis. Et, sans même attendre mes questions, il me raconte en détail toute la séance, me précisant les trois endroits de la salle où je m'étais assis et les voisins que j'y avais. Naturellement je ne lui avais pas raconté ces choses.

J'apprends ainsi que trois Entités de l'Au-Delà avaient accompli les attouchements et les déplacements d'objets, que parmi ces trois Entités l'une était celle d'un enfant. De fait, j'avais eu une main touchée par une toute petite main, ce que je ne m'expliquais pas.

Quant aux fleurs, elles avaient effectivement été « apportées » non par des Esprits, mais par le médium qui avait voulu ajouter cette faculté fausse à celles qu'il avait réellement. Et qu'il a d'ailleurs totalement perdues par la suite, ce qui l'a amené à se faire prendre en flagrant délit de fraude.

Voilà qui démontre l'intérêt qu'ont ceux qui étudient ces questions, à connaître et à pratiquer l'hypno-magnétisme.




DANS un chapitre précédent, nous avons vu comment un sujet en somnambulisme peut contrôler les expériences spirites et dégager le vrai du faux. Les chercheurs du Métapsychisme, sous quelque nom qu'on lui donne maintenant, ont là un moyen simple et sérieux de mener à bien leurs recherches.

Voici une autre expérience, plus scabreuse comme on le verra. Elle remonte à quelques années, mais je ne projette pas de la reprendre.

Curieux de tout ce qui concerne l'occultisme, j'avais lu des ouvrages traitant de la magie cérémonielle. Je dois dire que de prime abord j'avais considéré cette branche de l'occultisme comme un fatras de mômeries risibles. Mais le démon de la curiosité me poussa à essayer. Et, dès le premier essai, il se produisuit des choses... inquiétantes. J'en parlais à quelques amis et nous décidâmes de reprendre l'expérience mais en la faisant observer par un sujet en somnambulisme magnétique. Je reproduis ici le compte rendu de l'opération qui est sous mes yeux. Les sceptiques pourront recommencer avec le livre de J. B. « La Magie Pratique » (Ed. Niclaus) et se faire une opinion.

L'expérience devait avoir lieu dans le parc d'une propriété privée. Mais le temps ne le permettant pas, nous travaillons dans une pièce de mon appartement de cette époque.

L'Autel est dressé sur un bahut : nappe blanche portant le Pentagramme Magique et les quatre éléments : hache préhistorique en pierre polie (la Terre), eau magnétisée incantée, brûle-parfum (l'Air). Le feu est représenté par une bougie ; une autre bougie est posée sur une sellette servant de pupitre. En plus de ces deux flammes, une ampoule électrique rouge très sombre sert d'éclairage de secours. Car il n'est pas impossible que les flammes soient éteintes, cela s'est produit déjà.

J'officie, revêtu de la robe rituelle blanche avec pentagramme doré, protégé par deux pentacles de plomb sur la poitrine et le dos, armé de la baguette magique confectionnée par moi et de l'épée rituelle ; la baguette pour condenser un agglomérat de fluides et l'épée pour la dissoudre, suivant le précepte magique : « Solve et Coagula ». Deux assistants, seulement gantés de blanc, posent leur main droite sur mes épaules pour renforcer mon magnétisme : MM. L. et H. Le Sujet-Médium, Madame F. est contrôlée par le magnétiseur D.

Je procède à la purification de la salle et à sa consécration rituelle pour en faire un occultum. Je procède de même pour les divers objets qui seront utilisés. Le Médium voit apparaître et flotter dans la salle trois Entités hindoues qui nous suivent dans nos travaux : H. F. et D. Au moment où j'asperge la salle avec l'Eau lustrale, il voit les gouttes d'eau lumineuses (yeux clos).

Je trace le Cercle magique autour de notre groupe et ce cercle est pour le Sujet un rideau de flammes. Pendant toute l'expérience le Sujet voit, les yeux fermés.

Récitation de la Prière des Trente-trois Taus. Puis, tenant de la main droite l'épée, pointe en haut, et pointant la baguette vers l'Autel, où fume l'encens consacré, j'appelle les Forces Elémentales, les conjurant de nous apparaître. Le Sujet-médium manifeste de l'effroi : il voit un grouillement de formes qui se ruent vers nous dans un grondement. Le Cercle les arrête mais elles cherchent à y entrer. Ces formes ont pour la plupart une tête semblable à une tête humaine mais elles n'ont ni bras ni jambes. Il y en a des noires, des bleues, des rouges, des vertes et des jaunes. Il émane de ces êtres une rumeur qui n'est entendue que par le Médium. Sans lui nous penserions qu'il ne se passe rien. Les trois Entités (H. F. et D.) observent, impassibles.

La concentration de nos trois volontés continue. Alors le Sujet voit apparaître une grosse tête noire, horrible, à l'air méchant, qui tente d'entrer de force dans le cercle. Le médium s'agite et crie de peur. L'Esprit H. disparaît... la tête noire disparaît... H. réapparait souriant.

Je demande que les Forces manifestent leur présence. Les Esprits-guides disent au médium qu'on va essayer de bouger une boîte en bois léger qui se trouve sur une extrémité du bahut. Le Sujet dit que ce sont les Etres bleus qui essaient.

La baguette magique est pointée vers la boîte, mais les élémentals n'arrivent qu'à soulever LE DOUBLE ETHERIRIQUE de la boîte. Le Sujet est stupéfait de voir ainsi deux boîtes. Quant à nous, nous ne voyons toujours rien... Les Esprits annoncent qu'on va essayer de « souffler » la flamme de la bougie... Pendant trois minutes, cette flamme placée sur l'Autel, à l'extérieur du Cercle, vacille tumultueusement, s'incline souvent jusqu'à l'horizontale. Cette flamme est à deux mètres de nous, au moins ; il nous serait impossible, en soufflant, de l'agiter ainsi dans tous les sens. La salle est complètement close et il ne peut y avoir de courant d'air. De plus, la bougie du pupître, à cinquante centimètres de l'autre, garde sa flamme immobile, droite et régulière, surmontée d'une mince colonne de fumée droite, absolument rectiligne.

Les Esprits nous font dire : « Regardez la nappe ». Le bord pendant de la nappe d'autel oscille doucement.

Je procède au renvoi rituel des Elémentals. C'est fini. Ou je le crois ! Au moment où je vais supprimer le Cercle de protection, le sujet dit : « Arrête ! ils ne sont pas tous partis : les jaunes sont restés ». Je recommence et je zèbre l'espace en tous sens avec l'Epée. « Ils sont partis ». Mais, tous les cinq, nous éprouvons un violent mal de tête. Je fais observer l'ambiance par le sujet ; il voit des nuages mauves qui flottent dans la salle ; ils sortent du radiateur à gaz qui n'est pas bien fermé. Etant dans la salle nous n'en percevions pas l'odeur ; c'est un phénomène bien connu. Sans la voyance du sujet, nous aurions été asphyxiés pendant notre sommeil.

Voilà, n'est-il pas vrai ? un beau sujet d'investigations dans le « monde parallèle » pour les curieux. Comme le dit Hamlet : « Il y a beaucoup plus de choses sous le soleil, Horatio, que n'en enseigne ta philosophie ».


La force-pensée

LE Psychisme Expérimental est intimement mêlé au Magnétisme. La Force-Pensée, ou (si l'on préfère) la concentration mentale, est forcément employée par l'opérateur tant en hypnotisme qu'en magnétisme. La pratique de la force-pensée est aussi appelée : Mentalisme ou Mentalisation. Mais nous allons voir que la force mentale est inséparable du magnétisme et que le terme : psychomagnétisme serait sans doute celui qui conviendrait le mieux à cette discipline.

Beaucoup de personnes se font une idée fausse du mental ; la pensée n'est pas une chose abstraite et purement immatérielle. Le Maître Jean Varagnat faisait très justement le départ entre l'idée et la pensée. L'idée est purement subjective et on ne peut se la représenter par une image mentale ; vous ne pouvez pas visualiser, c'est-à-dire en pensée, l'Idéal, la Spiritualitéla Rectitude, l'organisation, la pensée juste, la méchanceté, car ce sont des IDEES ; elles sont purement abstraites. La pensée, elle, est concrète et vous pouvez la voir mentalement ; par exemple : un ange, un chien, un juge, une route, un train, un diable. Notez donc bien cette différence car nous allons étudier ici, non les idées, mais la pensée.

Les pensées sont des choses tellement existantes qu'on a pu fréquemment les photographier. Et comme il n'est pas bon d'avancer ce qu'on ne peut démontrer, voici deux moyens de photographier la pensée. Il n'est pas certain que tout le monde puisse le faire, mais certains y ont réussi et vous le pouvez peut-être si vous êtes capable de maintenir votre pensée sur une image mentale nette pendant dix minutes, sans vous laisser distraire.

Premier procédé : Dans un bain révélateur posez une plaque ou pellicule photographique, support au-dessus. Sur ce support posez le bout des doigts de l'une de vos mains ; sur le dos de cette main, posez le bout des doigts de l'autre main ; et sur le dos de cette deuxième main, posez votre front. SANS VOUS LAISSER DISTRAIRE voyez mentalement un carré, ou un triangle, ou une bouteille, un aigle, une canne, etc... La « forme-pensée » doit se reproduire sur votre pellicule, plus ou moins nette suivant la netteté de votre vision mentale.

Deuxième procédé : Posez sur votre front une pellicule enveloppée de son enveloppe de papier noir. Pendant dix à quinze minutes, visualisez votre image mentale. Développez votre pellicule comme une photographie ordinaire.

Les voyants (les vrais) voient les images mentales qu'ils appellent souvent : « clichés ». Vous aussi vous les voyez, mais vous ne vous rendez pas compte. Faites cette expérience : prenez votre stylo et une feuille de papier ; décrivez par écrit un de vos meubles, au choix, sans le voir. Maintenant, rendez-vous compte que si vous n'avez pas VU MENTALEMENT ce meuble, sa forme, sa couleur, les objets posés dessus, vous n'auriez jamais pu le décrire. Vous avez vu l'image mentale de votre meuble. De même vous vous représentez mentalement le visage de votre tante Adèle, votre chien, ou un paysage qui vous a plu pendant vos vacances.

Maintenant que vous savez ce qu'est une image mentale (ou forme-pensée) remarquez que ces images ne sont pas uniquement visuelles ; vous pouvez vous souvenir en imagination du son des cloches, du bruit des vagues déferlant sur une plage, de l'odeur du bois brûlé ou du parfum d'une rose. L'image peut être tactile : souvenez-vous de la sensation qu'avait votre main caressant le poil de votre chien ou un objet en cuivre, ce qui était bien différent. Maintenant, voici quelque chose de très important : essayez de vous souvenir de sensations cénesthésiques, par exemple : les sensations que vous avez dans vos muscles lorsque vous fléchissez les jambes, les bras.

Sachez maintenant ceci : c'est uniquement par le moyen des images mentales que s'exerce le pouvoir de la pensée, la force mentale. Et la force de la pensée est la FORCE LA PLUS PUISSANTE de l'Univers. Nous allons l'utiliser consciemment, nous entraîner, faire de l'athlétisme mental.

ENTRAINEMENT. — Soyez tout d'abord positifs ; si vous doutez de l'efficacité de ce que vous faites, vous agissezcomme Pénéloppe qui défaisait la nuit ce quelle avait fait pendant la journée. Ayez confiance et vous obtiendrez ce que vous voulez. Comme le dit justement Richard Ingalese : « Otez-vous de l'idée que Dieu vous récompense parce que vous êtes bon ; vous obtenez ce que vous voulez parce que vous utilisez une Loi de l'Univers ; Dieu lui-même ne pourrait s'y opposer car ce serait annuler ses propres créations ». Toute image mentale, vitalisée et entretenue, se réalisera tôt ou tard dans le monde objectif. Si, par conséquent, vous visualisez une image mentale de vous-même, heureux et en bonne santé, vous vous préparez un avenir de bonheur et de santé. Bien sûr, s'il vous manque un bras, il serait fou de visualiser qu'il repousse. Mais des hommes grisonnants ont fait reprendre à leurs cheveux leur teinte naturelle, des personnes ont effacé peu à peu leurs rides, des femmes ont modifié leurs formes, de nombreux malades se sont guéris.

Inutile de préciser que le malade qui se complait à imaginer et à raconter ses malaises, s'enfonce inexorablement dans sa maladie.

Lorsque vous voyez un athlète soulever des haltères de cent cinquante kilos, vous comprenez de suite que c'est là le résultat d'un long entraînement. Il en est de même du sport mental ; entraînez-vous progressivement à obtenir de petits résultats. Peu à peu vous en obtiendrez de merveilleux.

Premier exercice : Sur un papier blanc, écrivez en noir, et en grande majuscule d'imprimerie la première lettre de votre prénom. Regardez-là intensément... Fermez les yeux et MENTALEMENT voyez-la en lettre lumineuse sur un fond noir.

Exercez-vous jusqu'à ce que vous puissiez la voir nettement.

Ajoutez-y alors la deuxième lettre de votre prénom... et ainsi de suite jusqu'à ce que vous puissiez voir briller sous vos paupières closes votre prénom entier.

Deuxième exercice : Commodément installé, regardez (yeux ouverts) une surface unie, le plafond par exemple, et visualisez que vous voyez votre prénom s'y inscrire en lettres rouges.
Troisième exercice : Placez devant vous une statuette ou un bibelot que vous connaissez bien. Regardez-le bien... Fermez les yeux et revoyez-le mentalement. Puis voyez-le tourner lentement sur lui-même...

Quatrième exercice : Reprenez votre statuette. Les yeux ouverts, visualisez-la posée sur un meuble où elle ne se trouve pas.

Cinquième exercice : Contemplez une photographie représentant un paysage. Fermez les yeux et reconstruisez mentalement ce paysage, pièce par pièce : cet arbre au premier plan... cette petite maison plus loin... la campagne... le ciel. Regardez à nouveau votre photographie ; notez ce que vous avez oublié. Et recommencez.

Sixième exercice : Les yeux fermés, imaginez que vous êtes assis devant le paysage que vous avez créé mentalement. VOYEZ-le bien. ENTENDEZ le chant d'un oiseau et le murmure de l'eau qui coule. SENTEZ le parfum des plantes, le souffle du vent sur votre visage. En imagination levez vous et SENTEZ vous vous dresser sur vos jambes, marchez en sentant bien le jeu de vos muscles.

Cet exercice est très important. Il faut vous y entraîner souvent. Le soir, au lit, visualisez que vous vous levez, vous sortez de votre chambre, de votre maison ; vous marchez dans la rue... ; vous vous envolez dans l'espace.

Vous pouvez ensuite visualiser que, à travers murs ou portes, vous arrivez dans la chambre d'un malade que vous connaissez. Etendant vos mains vers lui vous projetez en lui votre fluide magnétique sous forme d'un rayon de lumière blanche. Entendez-vous lui suggérez à haute voix qu'il se guérit.

La pratique quotidienne de cet exercice, toujours sur le même malade, peut le guérir et le soulagera certainement.

Si possible, persévérez dans cet exercice, chaque jour, pendant des mois. Un jour vous aurez la surprise de vous trouver OBJECTIVEMENT HORS DE VOTRE CORPS PHYSIQUE. Ce phénomène appelé « dédoublement » ou « sortie en astral » est le point culminant de l'Art Psychique et fait de vous un INITIE.

Septième exercice : Contemplez longuement la photographie d'une personne... Fermez les yeux et visualisez le visage de cette personne... Entraînez-vous bien. A partir du moment où vous voyez nettement l'image d'une personne, vous êtes en rapport psychique avec elle. Répétez-lui x fois la même suggestion : qu'elle se porte de mieux en mieux, par exemple. Si elle n'en a pas conscience soyez certain que son Inconscient reçoit et enregistre votre message. Essayez donc par ce moyen de suggérer de vous écrire à un ami dont vous êtes sans nouvelles ; le temps que vous mettrez à obtenir un résultat vous donnera la mesure de votre force.

Huitième exercice : Confortablement installé dans une salle où vous êtes seul, les yeux ouverts, visualisez que la porte s'ouvre, que X... entre en souriant et vous dit bonjour...

Neuvième exercice : Reprenez l'exercice 8. Votre ami X... qui vient de vous dire bonjour, vous dit qu'il souffre (par exemple) de l'estomac. ALORS LEVEZ-VOUS, faites-le s'asseoir sur une chaise. Magnétisez longuement l'image mentale de X... assis sur cette chaise, en lui suggérant que sa douleur diminue et disparaît... Entendez-le vous dire qu'il est guéri et voyez cette image partir (pour aller se fondre dans le corps matériel de X...).

INDICATIONS DIVERSES.

En pratiquant, comme des rêves éveillés, les exercices précédants, vous êtes devenu un Psychiste. Peut-être n'avez-vous pas obtenu exactement tout ce que vous vouliez. Ayez confiance : vous y arriverez, mais perfectionnez votre entraînement en tenant compte de ce qui suit :

Rendez-vous compte de ce fait : tout vient du mental ; le siège sur lequel vous êtes assis n'aurait jamais pu exister si l'artisan ne l'avait vu mentalement avant de le réaliser dans la matière. Rien n'est exécuté qui n'ait d'abord été pensé. De même, votre vie de demain doit être pensée aujourd'hui par vous pour qu'elle soit harmonieuse et réponde à vos désirs.
Désormais, vous ne pourrez jamais plus vous ennuyer. A vos moments perdus, visualisez votre avenir ; ou bien, en guise d'exercice, fermez les yeux et, sur votre écran noir, visualisez ce que vous aimeriez voir : une danseuse par exemple. Désirez-vous faire une excursion en mer ? Visualisez que vous êtes à bord d'un navire ; sentez sous vos coudes le bastinguage sur lequel vous vous appuyez ; voyez la mer et ses vagues et entendez leur bruit sentez le plancher bouger sous vos pieds...

Il n'y a que deux choses qui puissent vous faire échouer dans votre travail mental : la folie et le manque de confiance.

Si vous voulez que la lune change le sens de sa course dans le ciel, vous êtes anormal et, bien sûr, vous échouerez

Si le résultat tarde à venir et si vous abandonnez, vous échouez et vous perdez toute confiance en vous. La gestation peut être plus ou moins longue suivant les difficultés à vaincre ; NE VOUS DECOURAGEZ JAMAIS : tôt ou tard vous obtiendrez ce que vous créez mentalement. Vous créez votre KARMA en appliquant une loi cosmique.

Imaginez ce que vous voulez obtenir et non la façon dont vous pensez que cela doive se produire. Par exemple : vous désirez aller visiter l'Inde. N'allez pas imaginer que vous prenez un billet de loterie et que vous gagnez la somme nécessaire pour vous offrir ce voyage. Vous pouvez très bien avoir l'argent et ne pouvoir aller en Inde par suite de telle ou telle circonstance. Par contre vous pouvez très bien y aller sans bourse déliée parce que vous y serez invité ou envoyé par une société, une entreprise, etc... Visualisez-vous visitant l'Inde et AFFIRMEZ que vous y ALLEZ réellement. (Et non que vous IREZ car vous reporteriez sans cesse votre voyage dans l'avenir). Affirmez « Ce voyage se réalise matériellement dans ma vie ».

Il y a des visualisations immédiates et des visualisations pour l'avenir. Exemples : Vous magnétisez quelqu'un ou quelque chose. En ce faisant vous visualisez un jet de fluide lumineux jaillissant de vos mains ; c'est donc l'immédiat. Un de vos proches va passer un examen. Pendant neuf jours vous le visualisez assis à un pupitre, détendu, souriant, dégagé de toute appréhension, en pleine possession de toutes ses facultés. Vous affirmez tout cela et sachant que cet examen aura lieu le 10 juin, vous affirmez : « Cela va se produire immanquablement dans... jours, le 10 juin ».

Mais si vous désirez effectuer votre voyage aux Etats-Unis, il serait vain et présomptueux d'en fixer la date. Si vous soignez un malade voyez (par transparence) l'organe malade s'améliorer dans le corps. Puis voyez votre malade guérit et affirmez qu'il EST comme cela, plein de force et de santé, souriant. Mais ne fixez pas de date !

En créant des images mentales vous actionnez l'Inconscient Universel. Si en les créant, vous priez en plus les protecteurs spirituels en lesquels vous croyez de vous aider dans cette réalisation, ils interviendront. Mais l'Inconscient Cosmique et ses Entités savent mieux que vous par quels moyens votre volonté peut s'accomplir. Et vous ignorez quelles sont les difficultés à vaincre. Ne précisez donc ni les moyens ni le temps, mais seulement le but à atteindre. Terminez toujours par l'affirmation : « Cela est en train de s'accomplir. C'est fait ».

Si vous écrivez une lettre à quelqu'un et si vous la gardez en mains, elle ne parviendra jamais à destination. Il faut la poster et la laisser partir.

De même il faut « poster » votre « image mentale » pour qu'elle glisse dans l'Inconscient qui — par le Subconscient Universel — l'acheminera où elle doit aboutir. Donc, dès que avez affirmé « C'est fait » il faut oublier votre création mentale. Préparez-vous une occupation absorbante à laquelle vous vous livrerez aussitôt après ; lisez, travaillez, rêvez, MAIS OUBLIEZ votre action jusqu'au moment prévu pour la reprendre. Si la pensée vous en vient, dites-vous que c'est en train de s'accomplir et pensez à autre chose.

Les coques de protections : Si vous vous sentez en butte à des pensées hostiles, ou si vous vous trouvez dans une foule peu sympathique, visualisez-vous dans un oeuf de cristal qui vous isole, vous met à l'abri des vibrations mauvaises. Affirmez que cette coque demeure autour de vous.

Vous pouvez aussi empêcher de nuire un Etre mauvais en le visualisant dans une coque qui arrête ses pensées mauvaises. Voyez ces pensées comme des éclairs rouges qui jaillissent de son cerveau et sont arrêtées par la coque.

Désirez-vous rencontrer des personnes pour vous en faire des amis, ou des clients ? Visualisez une foule d'inconnus venir vers vous, souriants, la main tendue. Précisez dans votre affirmation ce que vous voulez, par exemple : « J'attire à moi des personnes s'intéressant à mes recherches ». Des inconnus sensibles aux vibrations analogues aux vôtres seront aimantés vers vous. 

Les courants cosmiques : Il existe dans le Cosmos des courants cosmiques colorés que vous pouvez attirer en les visualisant : le courant orangé contient la vitalité, l'énergie vitale animale — le courant bleu apporte le calme et aussi la puissance psychique, mentale — le courant vert fortifie les nerfs et donne un certain égoïsme ; on l'utilise pour guérir certaines gens d'un altruisme exagéré — le courant rose est la tendresse — le jaune c'est l'intelligence et le doré c'est l'Amour divin. Visualisez-vous dans un nuage de fluide orangé qui vous pénètre ; aspirez-le en vous. Ou encore visualisez-le entourant et pénétrant un de vos organes déficients. La vitalité cosmique vous régénèrera.

Votre imagination vous permettra d'élaborer les schémas de visualisation convenant à ce que vous voulez créer. Si vous éprouvez de la difficulté à en établir un, écrivez sur un papier les affirmations successives, par exemple : « Je vois le ciel bleu — je vois s'y former un petit nuage — il grossit — il devient noir — la pluie tombe ». Et les images vous viendront d'elles-mêmes.

Il est évident que si vous changez de but chaque jour, rien ne se produira. Et que si vous ne mettez aucune passion dans vos actions, les résultats seront faibles et lents à venir. Etablissez une liste des buts que vous voulez atteindre. Ne commencez pas par le plus difficile mais par des choses simples qui vous encourageront. Réfléchissez bien avant d'agir car si vous causez des dégâts vous en encourrez la responsabilité, même si c'est involontaire de votre part. Utilisez votre Art de la Visualisation pour vous, mais aussi pour le bien d'autrui. Et bientôt vous constaterez les effets bienfaisants qui résulteront POUR VOUS de votre action altruiste. Vous vous sentirez aimé et, souvent, il vous semblera qu'une protection s'étend sur vous. Evitez les pensées de colère, car peu à peu, vous verrez vos pensées devenir puissantes ; et vous savez que si vous semez sur d'autres le vent de la haine, la tempête du malheur s'abattra sur vous.



























Achevé d’imprimer
Le vingt sept mars mil neuf cent soixante dix huit
Sur les presses
De l’Imprimerie F.PLANQUART
1 rue Moulins de Garance, 59800 LILLE

Recevez nos derniers articles

les coups de coeur

Maître

de Sagesse

Auteur Un-connu

Si tu te contentes de boire l'eau de mon puits, demain tu mourras de soif, soit parce que j'ai fermé la porte, soit parce que je suis en voyage.

Si tu veux étancher ta soif, creuse ton terrain et tu trouveras la source car elle est en toi.

Creuse ton puits, ainsi tu auras toujours de l’eau partout où tu iras.

Le puits est en toi,

la source est en toi.

Cherche et tu trouveras le trésor qui t’enrichira.

N’oublie jamais que celui qui compte sur la richesse d’autrui est semblable à celui qui fait un beau rêve dans lequel il reçoit beaucoup d’argent, et qui constate au réveil que sa poche est vide. Le bien des autres est pour nous comme la fortune d’un rêve.

Cherche en toi et tu trouveras.


CRÉER DE LA LUMIÈRE À PARTIR DE RIEN

A sa manière, Raymond Devos avait eu l’intuition de la nature ambiguë du vide, en expliquant dans un sketch que « rien … ce n’est pas rien. La preuve c’est qu’on peut le soustraire. Exemple : Rien moins rien = moins que rien ! Si l’on peut trouver moins que rien c’est que rien vaut déjà quelque chose ! On peut acheter quelque chose avec rien ! En le multipliant. Une fois rien … c’est rien. Deux fois rien… c’est pas beaucoup ! Mais trois fois...


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE POINT ZERO ET CHAMP AKASHIQUE

Le champs de Cohérence akashique Les mystiques et les sages nous informent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information, connu sous le nom de «champ akashique». De récentes découvertes en physique quantique indiquent: celui-ci est réel et il a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace comme


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


LES CHAMPS DE TORSION PRODUIT PAR LA CONSCIENCE EST LA CLÉ DE LA « THÉORIE DU TOUT »

Les champs de torsion, la clé de la « Théorie du Tout » incluant la conscience On attribue généralement la première recherche concernant la découverte du « champ de torsion » appellée aussi « 5ème force ou élement », au russe le Pr Mychkine dans les années 1800. C’est un collègue d’Einstein, le Dr Eli Cartan qui a le premier appelé cette force champ de « torsion »

------------------------------------------------------------------------------------------------------


LA LUMIÈRE D APRÈS L'ARBRE SÉPHIROTIQUE

D’après la tradition Kabbalistique, la lumière est née dans Ain Soph Aur (Lumière illimitée), qui lui-même est né dans Ain Soph (L’infini), qui lui-même est né dans Ain (Vide absolu). Cette lumière illimitée se manifeste comme une étincelle...


-------------------------------------------------------------------------



LA MEDECINE LUMIERE -1

La Médecine Lumière Commençons par quelques définitions: Qu'est ce qu'est la médecine: La médecine de type occidentale est la science et la pratique étudiant l'organisation du corps humain (physique, qq fois psychologique), son fonctionnement normal, et cherchant à le restaurer la santé par le traitement,.


-------------------------------------------------------------------------

LE LIVRE DE NOE OU LA MEDECINE INDIENNE

Originaire de l'Inde, la médecine Indienne, ou médecine orientale, est un système médical complet et cohérent, tout comme le sont la médecine occidentale ou la Médecine traditionnelle chinoise, par exemple. Il est considéré comme le plus ancien système médical de l'histoire humaine. La tradition indienne fait remonter ses débuts à 5 000 ans, même 10 000 ans. Toutefois, les écrits sur lesquels repose ce savoir médical..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA TRADITION PRIMORDIALE -2

Tradition Primordiale et Torah de Sion : Aux source de la Kabbale Originelle. Mission d’un Peuple Élu pour la réaliser Les premières questions que nous poserons dans cet exposé, sont les suivantes: Y a-t-il véritablement une Mission d’Israël parmi les Nations ? La réponse est catégoriquement: Oui! Et elle ait été préfigurée par le Patriarche Abraham, ancêtre du peuple d’Israël, et des Juifs, à qui Dieu promis la Terre d’Israël en Héritage...
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

L ÂME HUMAINE, SELON LA PHYSIQUE QUANTIQUE

Boris Iskakov est né le 14 novembre 1934 à Magnitogorsk. En 1957, il a achevé ses études à l’Institut de techniques physiques de Moscou. Auteur de la théorie des réactions en chaîne dans l’économie, il a consacré une série d’ouvrages à l’application des méthodes mathématiques en agriculture. Docteur en économie, Boris Iskakov étudie depuis quelques années les méthodes statistiques et quantiques servant à modéliser les processus qui s’opèrent...
-------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE CORPS RÉCEPTEUR DE VIBRATION ELECTROMAGNÉTIQUE

La médecine occidentale est une médecine symptomatique, qui s’intéresse plus aux conséquences qu’aux causes. L’approche réductionniste de la médecine occidentale Les médecins aujourd’hui sont éduqués pour répondre de façon chimique à une extraordinaire diversité de symptômes, dont la plupart procèdent de mécanismes ...




LE TEMPS QUANTIQUE DANS LA KABBALE 2

Lumière Sans Fin (Ohr Ein Sof) et Récipient Primordial : la Vraie Réalité La réalité du 1% Toute cette réalité où, souvent, vous avez l’ impression de marcher sur une route qui ne conduit vers nulle part, où vous faites l’expérience de l’exil intérieur, de la relativité de tout, du manque de points de référence absolus, la Kabbale l’appelle la réalité du 1%. C’est une réalité où justement existent le temps, l’espace, le mouvement, ce qui...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

LUNE DE SANG, LA FIN ET LE DÉBUT DE NOUVEAU TEMPS

Lune de sang Le livre de la Genèse dit que DIEU utilise le soleil, la lune et les étoiles pour des signes et les saisons. De tels exemples peuvent être trouvés dans la Bible, d ailleurs le calendriers juifs et basé à la fois sur le calendrier solaire et lunaire. Or il va apparaitre ces années des Eclipses 2014 et 2015, pendant les fêtes juives appelées les Tetrades, au cours desquelles, à chaque fois, il s’est passé un évènement...

------------------------------------------------------------------------------------------------------

À la différence de l’espace, le temps est une dimension incontrôlable. Qu’on le veuille ou non, la flèche du temps semble dirigée invariablement vers le futur. « Nous ne nous baignons jamais deux fois dans le même fleuve », précisait Héraclite. Plus de deux millénaires se sont cependant écoulés depuis cette affirmation du philosophe grec. Aujourd’hui, à l’heure de la science atomique et de la conquête spatiale, notre regard sur le cosmos...